background preloader

CHARLIE HEBDO

Facebook Twitter

Emmanuel Todd : «Le 11 janvier est un tour de passe-passe» Comme ils le reconnaissent eux-mêmes, ces deux-là ne peuvent pas «se piffer».

Emmanuel Todd : «Le 11 janvier est un tour de passe-passe»

Et cela fait presque trente ans que ça dure. Pourtant, ils se revendiquent tous les deux de gauche, et ont voté pour François Hollande en 2012. Sinon, tout ou presque les sépare. Pourfendeur d’une pensée unique de gauche à la fois pro-européenne, libérale et antiraciste, Emmanuel Todd n’a jamais cessé de provoquer sa famille politique d’origine. Le traité de Maastricht (1992), puis le référendum pour la Constitution européenne (2005) ont, selon lui, entériné la grande rupture du Parti socialiste avec les classes populaires, et contribué à l’émergence du Front national. Libération : Après le 11 janvier, Libération titre «Nous sommes un peuple», et Laurent Joffrin son édito «Un élan magnifique»… Emmanuel Todd : C’est contre ça que mon livre a été écrit. Et si on aimait la France. Aller au contenu principal Suivez toute l'actualité Grasset : Je m'inscris à la newsletter Vous êtes ici Accueil > Et si on aimait la France Parution : Pages : Format :

Et si on aimait la France

Que la liberté s’arrête devant la vulnérabilité de l’autre ! Notre hommage à Bernard Maris, avocat avant-gardiste du revenu d'existence. Parmi les personnes assassinées ce mercredi 7 janvier, il y avait Bernard Maris, chroniqueur, économiste hétérodoxe et membre du Conseil Général de la Banque de France.

Notre hommage à Bernard Maris, avocat avant-gardiste du revenu d'existence

En son hommage, nous reproduisons sa chronique du 27 décembre 2013 pour Charlie Hebdo où il défendait le revenu minimum d’existence. Pourquoi le Revenu minimum d’existence est-il une nécessité de la société post-capitaliste ? Chronique de Bernard Maris publié le 27 décembre 2013 sur Charlie Hebdo Encore faut-il qu’on croie à une société au-delà du capitalisme… Une société non violente, altruiste, respectueuse de l’environnement, bref, une société anti-humaine sachant que l’homme isolé ou en groupe est violent, égoïste et destructeur de l’environnement. (La Commission européenne vient d’autoriser la pêche en eaux profondes, histoire de détruire plus vite ce qui est en voie de disparition…) Emmanuel Todd mal à l'aise avec la "sanctification" de "Charlie Hebdo"

L'anthropologue et historien français Emmanuel Todd a confié au quotidien japonais Nikkei être mal à l'aise avec le mouvement "Je suis Charlie", né en France après l'attentat contre Charlie Hebdo, jugeant que les caricatures de Mahomet humilient les faibles de la société.

Emmanuel Todd mal à l'aise avec la "sanctification" de "Charlie Hebdo"

"Il y a un grand écart entre ce qui se passe actuellement en France et ce que je pense", a déclaré Emmanuel Todd au correspondant du Nikkei à Paris. "En France, si on ne touche pas à une personne en particulier, on considère qu'il est possible de tout caricaturer. Avant l'attentat, je critiquais les dessins satiriques de Charlie Hebdo. « L’éducation à la tolérance, ce n’est pas quand une circulaire l’exige, c’est tous les jours. Ils vont à contre-courant du bruit de fond médiatique.

« L’éducation à la tolérance, ce n’est pas quand une circulaire l’exige, c’est tous les jours

Ces témoignages de professeurs d’histoire-géo, recueillis par le blog Agiornamento Histoire-géographie, décrivent la diversité des réactions des élèves après les attentats de début janvier : la théorie du complot, la peur des représailles chez les élèves musulmans, l’incompréhension suscitée par les caricatures, la solidarité et le sentiment d’appartenance à une même communauté, l’importance de la liberté d’expression. Ces témoignages démontrent aussi l’ingéniosité et le travail quotidien des professeurs, les dispositifs mis en place pour susciter la parole, l’échange, et déconstruire les préjugés et les incompréhensions. En filigrane, ils affirment tous une même idée, loin des discours entendus depuis deux semaines : l’école et ses enseignants, malgré les difficultés rencontrées, jouent bel et bien leur rôle.

Rendez-vous au prochain attentat. Rendez-vous quand le sang sera encore versé et qu’on sera tous de nouveau solidaires.

Rendez-vous au prochain attentat

L’attention, la proximité, tout se tempérera, tout se dissoudra puis on se donnera rendez-vous à la prochaine tuerie. Il y aura des étreintes et il y aura la conviction que la liberté d’expression doit être défendue à tout prix, car c’est le fondement de tous les droits. Et avant, tous ceux-là, où étaient-ils ? Du Parlement européen, des chefs d’Etat, de Matteo Renzi, Angela Merkel, François Hollande et David Cameron, j’attends qu’ils organisent, un mois après l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, un conseil européen consacré à ceux qui paient et ont payé le prix fort en défense de la liberté d’expression, ceux qui vivent sous protection policière, qui ont subi des menaces et des agressions, qui ont été victimes de chantages et de violences en tout genre.

Noam Chomsky: « Beaucoup de journalistes ont aussi été tués à Gaza » Après l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo, qui fit 12 morts, dont l’éditeur et 4 autres dessinateurs, et les meurtres de 4 juifs dans un supermarché cachère qui s’ensuivirent, le premier ministre Français Manuel Valls déclara « une guerre contre le terrorisme, contre le djihadisme, contre l’islam radical, contre tout ce qui vise à détruire la fraternité, la liberté et la solidarité » .

Noam Chomsky: « Beaucoup de journalistes ont aussi été tués à Gaza »

Des millions de gens ont défilé pour condamner les atrocités sous une bannière « Je suis Charlie ». « Notre société a produit ce qu’elle rejette aujourd’hui comme une monstruosité infâme » Par Didier Fassin, professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study de Princeton (New Jersey) Après le temps de la sidération, le temps de la communion et le temps du recueillement autour des victimes des assassinats des 7, 8 et 9 janvier, devra venir le temps de la réflexion sur ces événements tragiques.

« Notre société a produit ce qu’elle rejette aujourd’hui comme une monstruosité infâme »

Or l’émotion légitime et l’apparent consensus qui en a résulté tendent à délimiter l’espace du pensable et a fortiori du dicible. Un périmètre de sécurité idéologique impose ce qu’il est acceptable d’interroger et ce qui ne saurait l’être. Condamner est nécessaire, analyser devient suspect. « Il y en a assez de toujours essayer de comprendre. À force de trop vouloir expliquer, nous avons fait preuve de complaisance depuis trop longtemps », me disait une personnalité de gauche connue pour ses engagements citoyens.

Notre hommage à Bernard Maris, avocat avant-gardiste du revenu d'existence. "Charlie Hebdo" : Docteur Tariq et Mister Ramadan. Les télés et Charlie Hebdo : devoir d’informer ? Mon cul ! Si je ne décolère pas depuis ce 7 janvier, c’est parce que le traitement des tragiques événements dans les médias me rappelle de mauvais souvenirs.

Les télés et Charlie Hebdo : devoir d’informer ? Mon cul !

» Charlie à tout prix ?, par Frédéric Lordon. Texte de Frédéric Lordon du mardi 13 janvier 2015 (vous pouvez remettre la vidéo au début pour avoir toutes les interventions)

» Charlie à tout prix ?, par Frédéric Lordon

Article offert : Lettre à la France. Bernard Maris : « La recherche de la croissance infinie, une quête morbide » En février 2013, Bernard Maris nous avait fait l’amitié de se prêter au jeu de l’interview dans le cadre du tournage du premier numéro de l’émission Déchiffrages d’Arte intitulé « La croissance à tout prix ? », réalisé avec les Films d’ici. Ces dirigeants qui étaient «Charlie» dimanche, qui ne le sont plus aujourd'hui. Une épidémie de schizophrénie s’est abattue sur quelques-uns des dirigeants étrangers présents dimanche 11 janvier à la marche parisienne, en hommage aux victimes des frères Kouachi et de Coulibaly, et notamment aux douze «Charlie» tués à la kalachnikov. Une marque de solidarité envers la France, touchée par le terrorisme, mais qui pourrait s’interpréter comme un soutien de leur part à la liberté d’expression… Cela ne les a pas empêchés de critiquer, voire faire interdire, la dernière édition de l’hebdomadaire satirique.

Niger. L’enfance misérable des frères Kouachi. Elle en rêvait, de son logement social. A Bernard Maris. L’attentat qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo, et provoqué la mort de deux policiers, nous remplit d’horreur et de dégoût. Certains de ces journalistes étaient connus de tous. La mort de Cabu laisse le Grand Duduche (et la fille du proviseur…) orphelin ; celle de Wolinski signe la fin des années de « l’après-1968 ». L’invention de Cactus-Man (l’homme aux épine rétractiles…), mais aussi de Paulette et de bien d’autres personnages me reste en mémoire. Tout ceci est désormais comme carbonisé devant la sauvagerie de sang froid du fanatisme militant.

BORIS CYRULNIK : LES TERRORISTES SONT MANIPULES.... Boris Cyrulnik, l'interview intégrale - Replay. Je ne suis pas Charlie. Pour poursuivre à l'appui de l'excellent billet de Mathias Delori et de plusieurs des commentaires qu'il a suscités, je tiens à le dire ici, je ne suis pas Charlie. Je ne suis pas Charlie parce que Cabu et Wolinski, j'en suis convaincu, n'auraient pas été Charlie. ENTRETIEN AVEC BERNARD MARIS. Charlie-berté : libérons l’information ! (communiqué intersyndical) Nous publions un communiqué cosigné par le SNJ, le SNJ-CGT et la CFDT-Journalistes. Les syndicats de journalistes (SNJ / SNJ-CGT / CFDT-Journalistes), avec leurs Fédérations FIJ (internationale) et FEJ (européenne), saluent les quelque quatre millions de citoyens qui ont participé aux marches et rassemblements dimanche à Paris comme dans toute la France, en hommage aux 17 victimes tombées sous les balles des fanatiques, ennemis de la liberté.

Nos confrères de Charlie Hebdo ont été touchés par cet énorme sursaut populaire. L'autruche vient de se faire enculer. Terroristes islamistes : "C'est la même mécanique que pour les nazis". Dans Libé... - La Lésion d'Honneur. Michel Houellebecq : "Rien en France ne sera plus comme avant" Bernard Maris, quand Onc' Bernard faisait sauter la banque. Agrégé d’économie, Bernard Maris signait Onc’ Bernard dans Charlie Hebdo des chroniques pédagogiques et vibrantes où il ciblait l’économie de marché et essayait de faire comprendre comment réussir à retrouver une latitude face à la soi-disant absence d’alternatives. Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran. Post-scriptum 11 janvier 2015 : à tous ceux qui estiment que cet article serait une validation a priori de l’attaque terroriste ignoble contre Charlie hebdo (ils l’auraient bien cherché), la rédaction d’Article11 adresse un vigoureux bras d’honneur.

Lettre ouverte de Bernard Maris aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles : "Les théoriciens de l'économie industrielle sont une secte, dont l'obscurantisme et le fanatisme donnent froid dans le dos. " Bernard Maris sera enterré dans l'intimité dans la région toulousaine - 13/01/2015 - LaDepeche.fr. Manuel Valls annonce une série de mesures pour lutter contre le terrorisme. Les citoyens sont invités à prendre le gratin en marche. D'étranges défenseurs de la liberté de la presse à la manifestation pour « Charlie Hebdo. L’attentat contre Charlie Hebdo : l’occultation politique et médiatique des causes, des conséquences et des enjeux. « Pour empêcher le risque de la logique guerrière : la citoyenneté terrienne » Etre ou ne pas être Charlie. La défaite Charlie.

La lettre émouvante de Luc Besson à ses frères musulmans #CharlieHebdo. Il y aura d’autres Charlie tant que. Luz : “Tout le monde nous regarde, on est devenu des symboles” A écouter sur France Inter : Luz, "Etre Charlie c’est être obscurantophobe" - En bref. La tentation d'un Patriot Act à la française.