background preloader

BARRAGE DE SIVENS

Facebook Twitter

Sivens : ce qui s’est vraiment passé la nuit de la mort de Rémi Fraisse. 1.

Sivens : ce qui s’est vraiment passé la nuit de la mort de Rémi Fraisse

Rémi Fraisse : il y avait une équipe fantôme Lire l’article ici. 2. Rémi Fraisse : les gendarmes ont tenté de saboter l’enquête. Voici comment Lire l’article ici. 3. Lire l’article ici. Vous avez aimé cet article ? Sivens: un barrage illégal et dépourvu d’utilité publique. Sur le site projeté pour la construction du barrage.

Sivens: un barrage illégal et dépourvu d’utilité publique

Plus d’un an et demi après la mort de Rémi Fraisse sur le site du barrage de Sivens, la justice annule l’intégralité des autorisations administratives délivrées. Une victoire au goût amer pour les opposants. Le tribunal administratif de Toulouse a annulé ce vendredi 1er juillet l’arrêté de déclaration d’utilité publique de la retenue d’eau de Sivens, ainsi que deux arrêtés: l’un permettant de déroger à la loi sur la protection des espèces protégées et l’autre autorisant le défrichement de la zone.

Les juges ont, en revanche, rejeté le recours déposé par France Nature Environnement Midi-Pyrénées et le collectif Testet, visant à contester le protocole d’accord signé en décembre 2015 entre l’Etat et le conseil départemental (qui indemnise ce dernier pour les travaux engagés notamment). Ils ont enfin estimé qu’il n’y avait pas lieu de statuer sur l’arrêté ‘loi sur l’eau’, abrogé suite à la signature du protocole de 2015. Alertes ignorées. SIVENS/ Les non-dits d'un non lieu.

C'était pourtant l'affaire la plus importante comme on va le voir dans ce billet.

SIVENS/ Les non-dits d'un non lieu

Tous les opposants au barrage de Sivens, quels qu'ils soient, peuvent se réjouir de l'annulation de la Déclaration d'utilité publique, qui était le socle de toute cette affaire ; et se réjouir encore plus en constatant que cette DUP a été annulée pour de solides raisons de fond (et non pour des questions de procédure comme cela arrive parfois). Mais faut-il pour autant arrêter de réfléchir à l'ensemble du dossier et à ce qui s'est passé dans ces affaires depuis la mort de Rémi Fraisse ? Faut-il gober encore ce que certains veulent nous faire croire envers et contre toutes les réalités objectives du dossier ?

Dès le 1er juillet 2016, Ben Lefetey entamait sa campagne de com. sur les médias et les réseaux sociaux. Mort de Rémi Fraisse : les responsables sont à Matignon et place Beauvau. Cet article est le troisième volet d’une enquête sur l’homicide du jeune Rémi Fraisse, à Sivens, en octobre 2014. 1- Rémi Fraisse : il y avait une équipe fantôme 2- Les gendarmes ont tenté de saboter l’enquête.

Mort de Rémi Fraisse : les responsables sont à Matignon et place Beauvau

Voici comment À la lumière des éléments du dossier d’instruction, il n’est plus possible de nier les défaillances dans la version officielle présentée par les gendarmes sur la mort de Rémi Fraisse. D’abord sur la question du dispositif de maintien de l’ordre, avec l’existence d’une équipe fantôme au moment du décès du jeune homme. L’étude minutieuse des 2.500 pages de l’enquête corrobore les témoignages des manifestants. Rémi Fraisse : les gendarmes ont tenté de saboter l’enquête. Voici comment. Que s’est-il réellement passé dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, à Sivens (Tarn), lors de la mort de Rémi Fraisse ?

Rémi Fraisse : les gendarmes ont tenté de saboter l’enquête. Voici comment

À la lumière du dossier d’instruction et de nombreux témoignages, Reporterre l’a raconté dans le premier volet de notre enquête, révélant qu’une équipe fantôme de gendarmes a agi cette nuit-là. Et n’avait pas pour seul but de défendre la zone. Ensuite ? Nous le racontons maintenant. Dès le lendemain de la mort de Rémi Fraisse, dans la nuit du samedi 25 octobre 2014 au dimanche 26, les coups tordus commencent : pendant près d’une semaine, les autorités vont tenter de minimiser l’affaire et d’instiller le doute. D’abord avec la publication, à 10h30 le dimanche matin, de ce communiqué laconique de la préfecture du Tarn : « Vers 2h du matin, le corps d’un homme a été découvert par les gendarmes sur le site de Sivens. » Pourtant, la première autopsie réalisée au petit matin, le 26 octobre, révèle déjà la possibilité d’un décès causé par l’explosion d’une grenade offensive.

Rémi Fraisse : il y avait une équipe fantôme. Sur la mort de Rémi Fraisse, on croyait avoir tout lu.

Rémi Fraisse : il y avait une équipe fantôme

Voici le récit qui s’est imposé : le weekend des 25 et 26 octobre 2014, à Sivens, le rassemblement festif contre le projet de barrage dégénère. Mort de Rémi Fraisse : le rapport accablant de la Ligue des droits de l'Homme - 23/10/2015 - ladepeche.fr. La mort de Rémi Fraisse dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014 sur la ZAD de Sivens résulte du choix "délibéré" de "l'autorité politique" de faire exercer "par les forces de l'ordre un niveau de violence considérable" pour évacuer les opposants du site, vient d'affirmer ce vendredi La Ligue des Droits de l'Homme dans un rapport de 75 pages.

Mort de Rémi Fraisse : le rapport accablant de la Ligue des droits de l'Homme - 23/10/2015 - ladepeche.fr

"Déficit démocratique" dans la décision de construction du barrage, "gestion catastrophique des opérations de maintien de l'ordre" et "désinformation organisée", la commission d'enquête citoyenne de la La Ligue des Droits de l'Homme fait un constat "accablant" des circonstances qui ont conduit au décès du jeune militant écologiste âgé de 21 ans. La commission s'est basée sur l'exploitation d'articles, blogs, vidéos, et l'audition de 34 "militants zadistes, responsables politiques et associatifs locaux", témoins "de l'ensemble ou de certains événements" survenus sur la zone. Mort de Rémi Fraisse : les arrangements des gendarmes avec la vérité. Toulouse, correspondance Que s’est-il exactement passé la nuit du décès de Rémi Fraisse, naturaliste qui a perdu la vie après avoir reçu une grenade offensive dans le dos ?

Mort de Rémi Fraisse : les arrangements des gendarmes avec la vérité

Un an après les faits, la conclusion d’une enquête administrative et l’ouverture d’une information judiciaire, les circonstances de la mort du jeune homme de 21 ans sur la Zad de Sivens ne sont pas éclaircies. La LDH dénonce « un régime de violences policières » à Sivens. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laurent Borredon L’enquête a été aussi minutieuse que le rapport final est accablant pour le gouvernement.

La LDH dénonce « un régime de violences policières » à Sivens

Rémi Fraisse : ses parents disent leur peine et leur voeu de vérité. Rémi.

Rémi Fraisse : ses parents disent leur peine et leur voeu de vérité

Rémi Fraisse. Rémi, ce prénom ne nous appartient plus. Ce prénom, que l’on attache à d’autres mots, certains qui lui étaient même inconnus, comme « zadiste », zadiste, qui d’ailleurs a perdu dans l’esprit des gens sa valeur première. Ce prénom utilisé, récupéré en fonction des intérêts, des idées, des couleurs ou croyances de chacun... ou même par ignorance, malveillance, voire les deux réunis pour faire le buzz ou, tout simplement, pour répéter ce qui se dit. Ce prénom devenu un nom commun, sans aucune attache à un être vivant, celui qu’il a pu être. Si tu savais ce que l’on dit de toi, ou fait de ton prénom... Pour Rémi Fraisse : oser la vérité et la justice ! Il y a un an, Rémi Fraisse décédait à Sivens, touché par une grenade offensive de la gendarmerie. Alors que l’urgence était à la recherche de la vérité, le brouillard autour des circonstances du décès a été entretenu par les officiels pendant les heures et les jours qui ont suivi.

Et jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, l’institution a écarté, aussitôt et sans nuance, la possibilité d’une dérive mortelle dans l’usage de la force sur la ZAD. La mort de Rémi Fraisse nous fait violence. Nous ? Oui, « nous ». Nous, le souffle démocratique « Nous », ce sont tous ceux qui ont travaillé à inventer un espace délibératif conflictuel comme première retenue de la violence, ceux qui par fausse naïveté butée veulent ne pas céder sur ce qui fonde une démocratie : la mise en débat de la fabrique de la loi. Nous les citoyens d’Athènes, nous les bouleutes, nous les membres des assemblées primaires de 1789, des sociétés fraternelles et politiques des deux sexes, nous pétitionnaires de toujours, nous qui avions fait face à la loi martiale, nous qui avions reconquis nos droits de bataille en bataille, nos droits à dire non et à simplement le faire savoir par la puissance du langage cinglant et des corps assemblés, violence certes mais vouée ainsi à demeurer en puissance, violence symbolique.

Nous qui avons eu le courage de l’insurrection pour qu’elle ne soit plus nécessaire. . « Le peuple est debout prêt à venger la majesté nationale outragée. Sivens : toutes disproportions gardées à Gaillac samedi. Il flotte ces jours-ci à Gaillac une tension, une douleur, un sentiment prenant ; le même sentiment que celui qui s'est renforcé au lendemain de la mort de Rémi Fraisse : celui d’injustice et d’iniquité. Vendredi 23 octobre, la Ligue des droits de l’homme a donné une conférence de presse dans la ville, puis accueilli le public pour lui faire part des grandes lignes de son rapport sur les conditions ayant conduit à la mort de Rémi Fraisse (lien vers le rapport en bas d'article). Après un an d’enquête, « ce rapport démonte la mécanique de camouflage destinée à exonérer les forces de l’ordre, comme les responsables politiques, de leur implication dans ce drame » ; « un déficit démocratique, une gestion catastrophique des opérations de maintien de l’ordre, une désinformation organisée ».

Rien de moins. Salle Dom Vayssette comble, manque de fauteuils, public nombreux et attentif. Vers 16 h 30, un collectif d’artistes s’installe sur la place, à l’arrière du monument aux morts. Iapart. Si Rémi Fraisse n’avait pas manifesté, il ne serait pas mort : la nouvelle logique de la répression étatique. La dégradation continue de l’esprit démocratique se poursuit avec un cynisme ahurissant. Après l’émoi qu’avait causé l’homicide d’un manifestant écologiste, Rémi Fraisse, en octobre 2014, par une grenade lancée par un gendarme, une commission d’enquête parlementaire a été créée en décembre. Son titre : « Commission d’enquête sur les missions et modalités du maintien de l’ordre républicain dans un contexte de respect des libertés publiques et du droit de manifestation ». La motivation en était de comprendre comment les forces de l’ordre avaient pu tuer un manifestant et comment changer les modalités de leur action pour éviter de tels drames - que complète, hélas, le nombre croissant de manifestants blessés gravement par les projectiles policiers.

Ce rapport a été présenté le 21 mai (il ne sera publié que dans quelques jours sur le site de l’Assemblée nationale). Mais que dit-il ? Une autre proposition vise à rendre obligatoire une concertation préalable sur les manifestations. Sivens : la ZAD évacuée mais un nouveau projet de barrage toujours autant controversé. Vendredi 6 mars, alors que le Conseil général du Tarn votait le redimensionnement du projet de barrage de Sivens, la « zone à défendre » du Testet était évacuée. Si les promoteurs du projet, désormais soutenus par des agriculteurs et des riverains organisés en quasi milices, marquent une nouvelle victoire, la bataille du Testet est loin d’être terminée. Le nouveau Conseil général du Tarn, issu des élections départementales des 22 et 29 mars, devra compter sur de nouvelles autorisations pour pouvoir mener à bien son projet, qui pourrait être incompatible avec la Loi sur l’eau.

Les opposants n’ont pas dit leur dernier mot. 43 pour et 3 contre. Avec la même répartition qu’il y a deux ans, les élus du Conseil général du Tarn, à majorité socialiste, ont une nouvelle fois « réaffirmé la nécessité de réaliser une retenue dans la vallée du Tescou », vendredi 6 mars. EDITO - MM. Hollande et Valls ouvrent la voie au fascisme. La méthode suivie par le gouvernement pour en finir avec l’affaire de Sivens est nouvelle et extrêmement grave. Dès septembre 2014, le ministère de l’Intérieur avait laissé la gendarmerie exercer une pression violente, souvent illégale, à l’encontre des zadistes du Testet. Cela n’avait pas suffi à décourager les opposants au barrage, renforcés par le mouvement de solidarité qui se développait dans la région. La tension est montée jusqu’au 26 octobre, lorsque la gendarmerie tua un jeune manifestant, Rémi Fraisse. Rémi Fraisse, victime d’une guerre de civilisation.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Edgar Morin (Sociologue et philosophe) La carte de France des projets de fermes-usines. La Confédération paysanne publie aujourd’hui une carte de France de ce phénomène sans précédent. Le syndicat recense une trentaine de « projets phares », témoins d’un dévoiement dangereux du modèle productiviste. « C’est une agriculture destructrice d’emplois, incompatible avec la préservation de notre environnement et prédatrice d’une agriculture à taille humaine », explique le syndicat paysan. Sivens, même pas mal. Armé d'une tronçonneuse, le milicien FNSEA hurle : « Ta gueule, salope » Lisle-sur-Tarn (Tarn), reportage. A Sivens, Hollande se sert des milices d'extrême-droite - comme en Grèce l'avait fait Samaras.

De juin 2012 à janvier 2015, le premier ministre grec Antonis Samaras avait régulièrement utilisé une méthode déjà connue auparavant, mais devenue avec lui un principe de gouvernement durant 30 mois. Sivens : les intimidations doivent cesser. Le conseil général du Tarn a annoncé qu’il décidera de l’avenir d’une retenue hydraulique demain, le 6 mars. Depuis que Ségolène Royal a déclaré que le projet initial était abandonné, les tensions ont été ravivées, les pro-barrages s’organisant alors en milice.

Blocage de route, épandage de lisier, violences physiques et matérielles, menaces, « claque à la journée mondiale des zones humides » ont alors été mis en place par ces milices, entraînant une escalade des violences. Article offert : Barrage de Sivens : la concertation est dans l'impasse. Mort de Rémi Fraisse à Sivens : l’enquête citoyenne de la Ligue des droits de l’homme aboutira à un premier rapport d'ici mars 2015. Tarn / Actualité société-politique. Les mots et techniques de communication du pouvoir pour imposer les projets inutiles. Testet et Rémi Fraisse : les gendarmes mentent encore.

Sivens : la Commission européenne adresse à la France une lettre de mise en demeure. Mort de Rémi Fraisse: une commission parlementaire sur le maintien de l’ordre. Rapport-de-lee-gegene.pdf. Rémi Fraisse en polémique TOTALE ! L’enquête interne écarte toute faute des gendarmes dans la mort de Rémi Fraisse. Remise du rapport de l'IGGN suite au décès de Rémi Fraisse / Communiqués. Une lettre de Sivens à la FNSEA. Sivens et l'Europe. Les chiens de la défunte République. Barrage de Sivens : Bruxelles met le nez dans le dossier. A Albi, les pro-barrage défilent contre les « zadistes » de Sivens. Stop au barrage d’irrigation de Sivens – Agir pour l'Environnement. Testet : voilà ce que disent les agriculteurs pro-barrage.

Barrage de Sivens. Barrage de Sivens : la Commission européenne a bien enclenché, il y a un an, une procédure contre la France. Sivens, la violence pour les nuls ou le résumé documenté des épisodes précédents. Des associations lancent une enquête sur la mort de Rémi Fraisse. Testet : voilà ce que disent les agriculteurs pro-barrage. Mort de Rémi Fraisse : les enfants de la ZAD sont les nôtres. Souhaitons-leur de gagner. BARRAGE DE SIVENS : lettre de l'adjointe au maire de Penne : DELIT DE POESIE. À Sivens, des élus apeurés appellent à l'ordre le 15 novembre. Article offert : Sivens : la «gratitude» des élus pour le préfet. A Sivens, l'exaspération des agriculteurs. A Sivens, à Notre-Dame-des-Landes et ailleurs, nous ne lâcherons pas ! Sivens, la double révolution. Sivens: la faute des gendarmes, le mensonge de l'Etat - Page 2. Barrage de Sivens : l'élu EE-LV Guillaume Cros, molesté par la police, demande l'intervention de la ministre. Barrage de Sivens : un rapport d'experts très critique.

« A Sivens, un drame était inévitable. Remi Fraisse, victime d’une guerre de civilisation. Grands projets inutiles : ils se bâtissent à la grenade. Voici la carte des résistances. Sivens : un barrage à contretemps - Changeons d'agriculture. Conflit de pouvoirs : pour Rémi Fraisse. « Rémi Fraisse est mort pour préserver l'intérêt supérieur des générations futures. Hervé Garan - Quitte a jeter un pavé dans la marre-... Rémi Fraisse, tué pour l’exemple ? Après le drame de Sivens : "Une société qui refuse la conflictualité se condamne à l'affrontement" - L'Obs.

"La mort de Rémi Fraisse pourrait mettre le feu aux poudres" EDITO - Un crime du pouvoir socialiste. DOSSIER : La bataille pour sauver la zone humide du Testet. Article offert : Barrage de Sivens: les alertes des écolos ont été ignorées. Mort d'un coeur pur.