background preloader

Palestine/Israël

Facebook Twitter

Quelques textes éclairants dans une collection (de l'équipe "Thèmes de géographie") que je m'empresse de reprendre. Voir aussi mon Blog Larcenciel-Palestine et le Blog "Sous la plage, les pavés".

Mais alors, la Nakba c'est...? “De-colonizer” et le droit au retour des réfugiés palestiniens (vidéo) – Pour la Palestine. « De-Colonizer est un centre de recherche alternatif et novateur sur Israël/ Palestine qui a pour but objectif de produire de nouvelles connaissances et de nouveaux outils de haut niveau, et de mettre cette rigueur scientifique à disposition du plus grand nombre en la faisant réintégrer l’espace public par des moyens aussi créatifs qu’attractifs.

“De-colonizer” et le droit au retour des réfugiés palestiniens (vidéo) – Pour la Palestine

De-Colonizer est un laboratoire de recherche et d’art ouvrant un nouvel espace pour penser et créer de nouveaux pour touTEs celles/ ceux qui souhaitent vivre ensemble et dans une égalité réelle en Palestine/ Israël. Gideon Levy : Rien ne détruira plus sûrement Israël que l’occupation. – Pour la Palestine. Gideon Lévy est à la fois une personnalité singulière et un des journalistes israéliens dont la voix porte le plus fortement… surtout probablement en dehors de son pays, auquel il n’épargne aucune vérité dérangeante.

Gideon Levy : Rien ne détruira plus sûrement Israël que l’occupation. – Pour la Palestine

Il s’entretient avec Max Blumenthal. L’entretien vidéo est intégralement retranscrit en français sous la vidéo. Max Blumenthal : Je suis Max Blumental, de Real News. Nous sommes ici au Club National de la Presse, avant une conférence sur le Moyen Orient, qui doit examiner si la “relation spéciale” qui existe entre les États-Unis et Israël est favorable aux intérêts américains. Je suis ici avec Gideon Levy, qui est un ancien porte-parole de Shimon Peres, lui-même ancien président d’Israël. Résultats de recherche pour « Gideon+Levy » – Pour la Palestine. Chaîne humaine de solidarité Nisa Nashim. Jewish-Muslim women's network is launched with government support. Ce matin-­là à Al Araqib, on détruit le village. Opinions Les villages bédouins situés dans le désert du Négev/Naqab et non reconnus par les autorités israéliennes sont régulièrement détruits.

Ce matin-­là à Al Araqib, on détruit le village

Témoignage du groupe Solidarity with Bedouins (1). Lundi 21 avril. Comme d’habitude, les habitants du village se sont levés tôt. Mograbi rêve d’un autre Israël. Cinéma Le Nova propose une rétrospective complète de l’œuvre d’Avi Mograbi.

Mograbi rêve d’un autre Israël

Hubert Heyrendt Mercredi dernier, Avi Mograbi était à Bruxelles pour l’avant-première de "Dans un jardin, je suis entré", que propose en exclusivité le cinéma Nova jusqu’au 19 octobre dans le cadre d’une rétrospective intégrale de ses films. L’occasion de replonger dans l’univers, à la frontière du documentaire et de la fiction, du cinéaste israélien, qui propose une vision très critique de la société israélienne. Enfants de Palestine et internet du 26 novembre 2014, info : RTBF Vidéo. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.

Enfants de Palestine et internet du 26 novembre 2014, info : RTBF Vidéo

Le Groupov - L'impossible neutralité. Des israéliens boycottent les produits israéliens des territoires occupés. Palestine Israël. Après le mur : les représentations israéliennes de la séparation avec les Palestiniens. 1 Le terme de « barrière de sécurité » (gader bitahon) est, avec celui de « barrière de séparation » (...) 2 Hass A., “Israel Closure Policy : An Ineffective Strategy of Containment and Repression”, Journal (...)

Après le mur : les représentations israéliennes de la séparation avec les Palestiniens

Dancing in Jaffa. C'est la première fois depuis son enfance qu'il remet un pied à Jaffa, une ville qu'il avait dû quitter en 1948 à la création de l'État d'Israël.

Dancing in Jaffa

Entre- temps, il a appris à danser et communique depuis trente ans sa passion aux enfants de New York et d'ailleurs. Cette fois-ci, de jeunes Israéliens, juifs et arabes, suivront son programme Dancing Classrooms dans la belle ville méditerranéenne. L'enjeu est de taille pour le danseur, mais aussi pour les écoles (des écoles juives, arabes et mixtes) qui se sont engagées à l'accueillir pour dispenser des cours pendant dix semaines à des enfants d'une dizaine d'années. La danse de couple n'est pas quelque chose d'aisé à transmettre quel que soit le public auquel on s'adresse.

Dancing in Jaffa – bande-annonce. L'ARC-EN-CIEL - PALESTINE. Sous la plage, les pavés. "Israël": 43 soldats refusent de participer à de nouveaux "abus" Une quarantaine d'officiers et soldats de réserve de la plus prestigieuse unité de renseignement militaire israélien ont décidé de ne plus servir, refusant de participer aux "abus" commis selon eux contre les Palestiniens, dans une lettre publiée vendredi par le quotidien israélien à grand tirage Yediot Aharonot.

"Israël": 43 soldats refusent de participer à de nouveaux "abus"

Les 43 signataires, hommes et femmes, ont servi dans l'unité 8200, le service de renseignement militaire le plus honoré, explique le journal. Spécialisée dans la cyberdéfense, l'unité 8200 est souvent comparée à la NSA (National Security Agency) américaine. Réservistes, les 43 soldats peuvent y être rappelés à tout moment. Mais ces soldats, dont le nom n'est pas divulgué par le journal, ne veulent plus "continuer à servir ce système qui porte atteinte aux droits de millions de personnes", dit leur lettre envoyée au Premier ministre et au chef d'état-major. Dans leur lettre, les 43 soldats évoquent leur rôle capital dans les opérations d'éliminations ciblées pratiquées par l'armée. Pourquoi les journalistes israéliens ne remettent-ils pas en question l’action dévastatrice de leur armée dans la bande de Gaza?

Les médias n'arrivent à couvrir pleinement le conflit, et le pays souffre d'une sorte de blackout médiatique.

Pourquoi les journalistes israéliens ne remettent-ils pas en question l’action dévastatrice de leur armée dans la bande de Gaza?

En 2008, Israël lance l’opération Plomb Durci pour mettre un terme aux tirs de roquettes du Hamas depuis Gaza: les journalistes sont alors friands de détails au sujet de l’opération militaire. Ils veulent savoir combien de militants du Hamas ont été tués, combien ont été capturés, quelles infrastructures ont été touchées, quels objectifs sont encore à atteindre, et bien d’autres choses encore. En revanche, les conséquences de cette opération pour l’autre camp, par exemple combien de civils palestiniens ont trouvé la mort, ne les intéressent pas. La seule question qui se pose à ce moment-là n’est pas «pour quelle raison autant de Palestiniens sont tués?» , mais «pourquoi l’opération n’a pas commencé plus tôt?» De très bons interviewers, sauf pour la guerre Seuls de très rares journalistes israéliens ont développé un réseau de sources palestiniennes sur le terrain.

Penser aux/les limites de nos limites. 1Le mot « frontière » a beaucoup de succès, dans son sens propre mais plus encore comme métaphore d’une multitude de réalités qui ont à voir avec les limites, c’est-à-dire avec notre propension à découper le monde en objets séparables.

Penser aux/les limites de nos limites

En réagissant à deux fatigues : d’une part celle de l’indétermination entre concept et métaphore, d’autre part, celle de l’usage trop facile de mélanges, d’aérosols mélangeant concepts et métaphores. 2C’est clairement l’impression qu’on ressent en lisant ce passage du discours de Christoph Blocher à Rafz, le 8 mai 2005 (au cours de la campagne électorale avant la votation sur Schengen-Dublin). C’est encore plus net en allemand où le mot Grenze possède un sens figuré qui serait plutôt celui du mot « limite » en français.