background preloader

La ville

Facebook Twitter

Des légos pour panser la ville. Après vous avoir mis en danger avec les bombes du 20e et l’attaque parisienne des spaces invaders, jetons notre dévolu sur le travail de l’artiste Jan Vormann.

Des légos pour panser la ville

Dans le cadre de son projet Dispatchwork, le jeune artiste allemand répare les blessures des villes en comblant ses anfractuosités et ses meurtrissures par de petites installations de Lego ou de Duplo. Quelques exemples à travers le monde : Source : Dispatchwork Ce projet a initialement été conçu pour le Festival d’Art Contemporain 20 Eventi qui se tient dans la région de la Sabine au Nord de Rome. Dans un premier temps, Yan Vormann s’est concentré plus particulièrement sur les villes marquées par la guerre : Berlin, Tel Aviv, Belgrade… Tout en pansant la ville, les modules multicolores attirent l’attention sur la charge historique du bâti qui nous entoure, dans une démarche très poétique. Venez découvrir d’autres articles sur Urbamedia. Par Eva. Neozoon: «nos animaux sont d’authentiques produits de la ville» « Urbain, trop urbain.

> J’ai cru comprendre que vous êtes un trio d’artistes, des femmes portant d’horribles masques de vieillards pour garder l’anonymat ?

Neozoon: «nos animaux sont d’authentiques produits de la ville» « Urbain, trop urbain

Alors, vous vivez à Paris, Berlin ou les deux ? Oui, tu as raison. Nous habitons entre Berlin et Paris, mais de quels masques parles-tu au juste? (rires) > Depuis quand Neozoon existe-t-il ? Neozoon existe depuis 2008 et notre très cher et exclusif “manteau de rat musqué” n’a pas été recyclé avant 2009, si nos souvenirs sont bons. Les bienfaiteurs de la ville. T-Mobile Angry Birds Live. NICY Town. Oui au mariage forcé ! L’un des dogmes de l’urbanisme actuel, hérité de la loi SRU, réside dans la promotion de la mixité sociale.

Oui au mariage forcé !

Cela consiste à construire une ville dans laquelle les différentes catégories sociales seraient mêlées et se côtoieraient au quotidien, favorisant l’idée que la ville est un bien commun, un espace de partage et de projet collectif. On demande alors aux gentils urbanistes de concevoir des villes où cette mixité s’exerce à l’échelle du quartier, de l’îlot, du bâtiment. Comme ça les riches et les pauvres sont hyper contents de vivre ensemble et ils organisent des barbecues pour les repas de quartier. URBAIN trop URBAIN. Manuelle Gautrand sort la Gaîté-Lyrique de son sommeil - Réalisations. Endormi depuis 1991, le théâtre parisien de la Gaîté-Lyrique s’est réveillé le 2 mars 2011 en établissement public dédié aux cultures numériques et musiques actuelles.

Manuelle Gautrand sort la Gaîté-Lyrique de son sommeil - Réalisations

Derrière cette réanimation : l’agence Manuelle Gautrand Architecture et la Ville de Paris. Manuelle Gautrand, qui œuvre à « ré-enchanter la ville » par son architecture, vient de sortir la Gaîté-Lyrique d’un mauvais sort. Ce théâtre parisien inauguré en 1862 rue Papin (3e arrondissement) a été amputé de sa salle de spectacle à italienne dans les années 1980, au profit d’un mini-parc d’attractions resté ouvert quelques… semaines. En 1991, le bâtiment tombe à l’abandon. Dix ans plus tard, à son élection à la mairie de Paris, Bertrand Delanoë décide de remettre sur pied l’établissement culturel. L’urbavidéo du mercredi #27 : 4D Experiences à Istanbul et Münster. La ville est le support idéal de nos projections mentales.

L’urbavidéo du mercredi #27 : 4D Experiences à Istanbul et Münster

Certains quartiers nous attirent, d’autres nous repoussent et c’est ainsi que nous nous fabriquons nos propres cartes de l’espace urbain. C’est aussi la source d’inspiration de nombreux réalisateurs qui mettent en scène leurs fantasmes et leurs envies pour nous faire rêver, nous angoisser ou nous faire prendre conscience de réalités qui nous sont étrangères. Naturellement, certains bâtiments se prêtent plus particulièrement à l’exercice. Zoom sur la ville avec Jakob Wagner. Il est tard.

Zoom sur la ville avec Jakob Wagner

Revenant d’une soirée bien arrosée vous êtes assis à l’arrière d’une voiture à regarder la ville s’ebattre sous vos yeux. Le corps urbain est pris de spasmes, s’électrise et danse sous vos yeux comme un carillon de fête foraine. Des halos se forment et les lumières se difractent en de multiples feux d’artifices. Quel spectacle délectable ! Little People in the City par Slinkachu. Apprehender la ville et sa complexité nécessite pour l’urbaniste, l’architecte et le géographe de réflechir à différentes échelles.

Little People in the City par Slinkachu

Il s’agit pour ces techniciens de concevoir la ville dans toutes ses dimensions afin de n’oublier aucun enjeu, aucun usage, et ce, pour le plus grand bonheur des habitants. Si ce processus de conception fait la part belle aux échelles macro (international, national, régional) et micro (ville, quartiers, ilot…) l’échelle nano est de son côté la grande oubliée. A notre grande satisfaction, le photographe anglais Slinkachu s’est penché sur cette question. Dans sa série The Little People Project, l’artiste photographie le monde du point de vue de petites figurines en plastique savamment disposées avant de nous le montrer vu du notre. Les jeu des focales nous permet de découvrir des paysages insoupçonnés et terrifiants à la fois, et éveille notre oeil à un monde infiniment petit et infiniment grand dont chaque dimension réclame notre attention…

Out One - It's a Wolfpack Mix.