background preloader

Dossier Syrie

Facebook Twitter

ISW Blog: Russian Airstrikes in Syria: September 30 - October 12. By Genevieve Casagrande and Jodi Brignola Key Takeaway: The Russian Ministry of Defense (MoD) continued to ramp up its aerial campaign in Syria, claiming to conduct 250 “combat sorties” from October 9-12. This spike in Russian military activity is a notable escalation compared to the 20 “combat sorties” flown on October 8. Most Russian airstrikes continued to concentrate in northwestern Hama province in support of a large-scale regime offensive in the area. In addition, Russian warplanes conducted numerous airstrikes in the western countryside of Aleppo against rebel and Jabhat al-Nusra positions. These airstrikes coincided with ISIS’s largest advance against rebels in northern Aleppo since August 2015, indicating that Russian airstrikes are not deterring ISIS from launching new offensives.

Instead, rebels in Aleppo province are currently facing escalated threats from pro-regime airstrikes and ISIS simultaneously. High-Confidence reporting. Low-Confidence reporting. Joint Syrian-Iranian-Russian Offensive Achieves Only Limited Initial Gains | Institute for the Study of War. Key Takeaway: The Syrian regime has not gained much terrain in the first week of its large-scale ground offensive against rebel forces, despite support from intensified Russian airstrikes and hundreds of Iranian proxy reinforcements. Operations against the Syrian opposition will likely prove harder and slower than anticipated by either Russia or Iran, protracting the conflict and exacerbating extremism.

The Syrian regime achieved only limited tactical gains in the week after it announced the start of a “vast offensive” that aimed to “defeat terrorist groups and liberate areas and villages that have suffered from terrorism” in northwestern Syria. The offensive reportedly included reinforcements in the form of “hundreds” of Iranian troops and proxy fighters, including members of Lebanese Hezbollah and Iraqi Shi’a militias. Unverified images on social media indicated that Iranian Revolutionary Guard Corps (IRGC) – Quds Force commander Maj. Gen. Russian Military Activity: October 8 - 14, 2015. La Russie prête à établir des contacts avec l’Armée syrienne libre, selon la diplomatie russe.

La Russie s’est dite prête mercredi à établir des contacts avec l’Armée syrienne libre (ASL), principal groupe armé modéré en Syrie, afin de coordonner la lutte contre le groupe État islamique (EI) et tenter de trouver une issue politique au conflit. Moscou est prêt à « établir des contacts avec les dirigeants de cette structure dans le but de discuter de la possibilité de son implication dans le travail de mise en place d’un processus de règlement politique de la crise syrienne, via des pourparlers entre le gouvernement et l’opposition patriotique », a indiqué dans un communiqué le ministère russe des Affaires étrangères. « Conformément à la position exprimée par le président Vladimir Poutine, la Russie est prête à contribuer à l’unification des efforts de l’armée syrienne et de l’ASL dans la lutte contre l’EI et les autres groupes terroristes, y compris via une coordination avec les actions de l’aviation russe », poursuit le ministère.

M. Syrie: au moins un avion de la coalition «re-routé» pour éviter des avions russes, confirme le Pentagone. La coalition contre le groupe État islamique a dû « re-router » au moins un de ses avions au-dessus de la Syrie pour éviter qu’il ne s’approche trop près d’un avion russe, a déclaré mercredi un porte-parole du Pentagone. « Il y a eu au moins une fois » une circonstance où la coalition menée par les États-Unis « a dû agir pour modifier la route » de l’un de ses avions, a indiqué le capitaine de vaisseau Jeff Davis, un porte-parole du Pentagone.

Selon un responsable américain de la Défense, l’incident concerne deux F-16 américains, qui ont renoncé à une mission de bombardement en Syrie pour ne pas s’approcher trop près d’avions russes. « Ils ont dû renoncer à frapper la cible », a indiqué cette source. Faute d’avoir un mécanisme d’échange d’information avec les Russes pour éviter les incidents, la coalition a mis en place « ses propres règles de sécurité aérienne », a précisé cette source. Les avions russes bombardent la Syrie depuis une semaine. Syrie: l'aviation russe assure une précision de frappes de 5 mètres. Défense URL courte Les avions russes qui participent à l'opération contre du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, assurent une précision de frappes de 5 mètres, a déclaré mercredi à Moscou Andreï Kartapolov, chef de la direction opérationnelle de l'Etat-major général russe.

"La précision des frappes est inférieure à 5 mètres", a indiqué le général Kartapolov. Selon lui, les troupes russes s'attaquent uniquement à des objectifs reconnus après une longue préparation. "Nous prenons les décisions concernant la destruction d'un objectif uniquement après avoir analysé toutes les données et simulé chaque frappe sur ordinateur. Nous utilisons le même algorithme pour déterminer les objectifs pour l'aviation", a ajouté le général. Au total, les Forces aérospatiales russes ont effectué 112 frappes contre les positions de l'EI en Syrie depuis le début de l'opération aérienne le 30 septembre dernier. Moscou a lancé son opération contre l'EI sur demande du président syrien Bachar el-Assad.

Le Mindef russe ouvre une page web dédiée à ses opérations en Syrie. Les opérations en Syrie ont désormais leur page web (en anglais) sur le site du ministère russe de la Défense. C'est à voir ici. La liste des frappes (en anglais, les Russes utilisent le mot "liquidation") y est donnée par exemple ici. Pour des photos de l'aviation russe en Syrie, c'est ici. On y découvrait ce mercredi matin un court article sur la cellule de coordination aérienne avec la Turquie (voir ci-dessous): Après au moins trois incidents aériens entre Russes et Turcs, l'utilité de la cellule est évidente.

Ses résultats pratiques le sont moins. Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a assuré que la Turquie ne fera "pas de concessions" au sujet des violations de son espace aérien à la frontière syrienne par des chasseurs russes. Moscou a tendu la main, invitant une délégation du ministère turc de la Défense pour des discussions visant à éviter "toute incompréhension" en Syrie, selon le vice-ministre de la Défense, Anatoli Antonov. Vu de Russie. Survol de la Turquie : les pilotes russes ont-ils eux aussi le droit à l'erreur ? Ankara voit rouge après la “violation” de son espace aérien par les avions russes.

La coalition occidentale en profite pour lancer une avalanche de critiques contre Moscou. Les relations turco-russes se tendent fortement depuis le survol de l’espace aérien turc par des avions russes les 3 et 4 octobre. Ankara accuse la Russie de “harcèlement” : ses avions de combat auraient croisé des avions de chasse turcs, les obligeant à faire demi-tour. La Russie se défend en disant n’avoir emprunté cette voie que quelques secondes, et uniquement à cause de conditions météorologiques difficiles. “Nous n’avons même pas de MiG-29 dans nos bases en Syrie”, a argué le ministère des Affaires étrangères russe, selon le quotidien Gazeta.ru. Quoi qu’il en soit, “voler dans l’espace aérien des pays voisins lors d’opérations militaires est quelque chose qui arrive souvent”, justifie le titre. L’erreur des Américains en Afghanistan Célia Mascré. Syrie. La flottille russe de la mer Caspienne entre en action. “Le 7 octobre , une offensive terrestre de l’armée syrienne a été soutenue pour la première fois par des bombardements russes”, rapporte Al-Hayat.

Une aide qui s’est traduite par des frappes de l’aviation russe et aussi par des frappes lancées depuis des croiseurs de la flottille de la mer Caspienne. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) au moins 37 raids russes ont été effectués durant cette journée. Cette coordination a permis à l’armée de Bachar El-Assad et à ses alliés de lancer une opération terrestre dans le nord de la province de Hama, dans le centre du pays, poursuit le quotidien pan arabe qui cite une source militaire à Damas. Le site du ministère de la Défense russe a publié pour sa part une infographie montrant les missiles tirés depuis la Caspienne, à près de 1 500 km de leur destination, survolant l’Iran et l’Irak avant de frapper en Syrie.

Selon le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou ces frappes ont “visé avec précision 11 cibles”. Syrie: vaste opération de l'armée appuyée par l'aviation russe. "Pas de concessions" sur les violations russes de l'espace turc. Le chef de l'Otan voit une "escalade inquiétante" de l'activité militaire russe en Syrie.

Syrian Opposition Guide: October 7, 2015 | Institute for the Study of War. This reference guide provides a baseline for identifying Syrian opposition groups. The guide aims to permit researchers to track how groups realign as the Russians commence operations. It seeks to inform the development of policies that aim to protect Syrian rebels willing to cooperate with the U.S. in order to defeat ISIS and marginalize al-Qaeda affiliate Jabhat al-Nusra. The chart characterizes each group’s relative strength, its areas of operation, its participation in multi-group operations, and its sources of external financing (derived from other experts’ studies). The document carefully identifies those groups that are separable from Jabhat al-Nusra, drawing a sharp distinction between the al-Qaeda affiliate’s subcomponents and those groups that have a more transactional relationship.

Whereas the Russian military actions will likely drive these groups together, diminishing the influence of al-Qaeda actually requires breaking the groups apart. Russia's Impact on the Opposition. Iraq after Russian Intervention in Syria | Institute for the Study of War. Encore un incident entre des F-16 turcs et un MiG-29 non identifié. Si le ministère russe de la Défense a admis, le 5 octobre, que l’un de ses avions Su-30 SM engagés dans les opérations aériennes en Syrie avait bel et bien brièvement violé l’espace aérien de la Turquie (en raison de « mauvaises conditions météorologiques », a-t-il expliqué), il a décliné toute responsabilité dans l’incident ayant impliqué un MiG-29 « non identifié » et deux F-16 turcs. « Il n’y a pas d’avions de ce type sur la base aérienne, utilisée par les forces russes pour les frappes aériennes en Syrie », a fait valoir le général Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense.

Pour rappel, Ankara a révélé que deux de ses F-16 avaient été « harcelés », le 4 octobre, par un MiG-29 « non identifié » vers la frontière syrienne, ce dernier ayant verrouillé son radar sur les appareils turcs pendant 5 minutes et 40 secondes. Or, un incident identique s’est à nouveau produit le lendemain. Pour la Russie, c’est un niet catégorique. « Bien sûr, nous sommes contre cela. Intervention russe en Syrie : quelle stratégie. Russian Airstrikes in Syria: September 30, 2015 - October 5, 2015 | Institute for the Study of War.

Russian airstrikes continue to primarily target Syrian opposition groups throughout northwestern Syria, including areas along the Turkish border in northern Latakia Province. Russian warplanes violated Turkish airspace and harassed Turkish F-16s in at least two separate incidents over Hatay Province of southern Turkey on October 3 and 4, prompting an emergency NATO meeting on October 5. The Russian Ministry of Defense (MoD) also claimed airstrikes targeting ISIS-held positions northeast of Palmyra. The Russian MoD later clarified that the airstrikes did not hit positions within the city of Palmyra itself following contrary reports in Syrian state media. In addition, the Russian MoD claimed its first airstrikes in Damascus Province on October 5. However, local reporting has not yet substantiated these claims and, thus, ISW does not assess them at even a level of Low Confidence at this time.

High-Confidence reporting. Low-Confidence reporting. Crise syrienne. L’Europe débloque 85 millions d’€, en partie pour la Jordanie. Syrie : les jihadistes auraient utilisé des armes chimiques contre des Kurdes. Les jihadistes de l’ »État islamique en Irak et au Levant » auraient fait usage d’armes chimiques lors d’un combat avec une milice d’autodéfense kurde en Syrie, révèle mercredi la chaîne de télévision libanaise Al-Mayadin. Les affrontements se sont produits à proximité de la ville d’Hassaké dans le nord-est de la Syrie, non loin de la frontière turque. Après la chute d’un obus lancé par les anti-Assad, une fumée jaune âcre s’est dégagée sur place. L’attaque a provoqué de graves symptômes d’intoxication chez plusieurs personnes, a fait savoir à la chaîne libanaise Al-Mayadin une source kurde à Hassaké. Aucune information officielle concernant l’incident n’est disponible pour l’heure.

Source : RIA Novosti. Les anti-Assad auraient employé des armes chimiques contre les Kurdes (TV. Blog Archive L'aviation syrienne reste très active près de la frontière turque. Les tensions entre la Syrie et la Turquie, qui soutient l’opposition au régime de Damas, restent vives. Au cours de ces derniers mois, deux incidents aériens se sont produits entre ces deux pays (outre les chutes d’obus en territoire turc). Le premier aeu lieu en juin 2012, avec la perte d’un RF-4 Phantom des forces aériennes turques par la défense aérienne syrienne. Le second est plus récent, avec un hélicoptère Mi-17 syrien envoyé au tapis par un F-16 alors qu’il était du mauvais côté de la frontière. Mais il n’est pas impossible que d’autres incidents du même type puissent se produire à nouveau. Et cela d’autant plus que, selon l’état-major turc, des appareils syriens évoluent un peu trop près de la frontière, obligeant des patrouilles de F-16 de la base Diyarbakir à intervenir.

L’on pourrait penser que le régime syrien cherche à tester la défense aérienne turque, comme il l’avait fait en septembre en envoyant des Su-24 Fencer vers Chypre.