background preloader

Aliments louches

Facebook Twitter

#vegan

Etiquetage nutritionnel : que contiennent vraiment nos assiettes ? Le ministère de la santé teste, depuis lundi, des systèmes d’étiquetage nutritionnel.

Etiquetage nutritionnel : que contiennent vraiment nos assiettes ?

Nous avons testé le Nutri-Score, élaboré par l’Inserm, sur nos assiettes. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laura Motet Depuis lundi 26 septembre, les clients de soixante supermarchés français ont la possibilité de tester quatre nouveaux systèmes d’étiquetage nutritionnel. L’expérimentation, qui durera dix semaines, fait suite à une longue gestation. Le 26 janvier, l’article 14 de la loi santé, qui prévoyait la mise en place d’un nouveau système d’information nutritionnel était promulgué. Nous avons choisi d’appliquer le système préconisé par une équipe de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) à plus de 35 000 produits issus de la base de données collaborative Open Food Facts. Notre article sur la base Open Food Facts : Les étiquettes des produits alimentaires diront-elles ce que nous mangeons ? Une note de A à E pour chaque produit. Liste des colorants alimentaires végétalien ou non.

Colorant rouge E12O : vous mangez des insectes sans le savoir. L’idée de consommer des insectes vous dégoûte ?

Colorant rouge E12O : vous mangez des insectes sans le savoir

Et pourtant, vous n’avez pas toujours fait les difficiles. Importée du Mexique par les Espagnols durant le XVIe siècle, la cochenille (Dactylopius coccus) est un insecte rond et mou d’Amérique latine. Les femelles vivent en grappes sur les cactus nopals dont elles sucent la sève. Afin de se protéger des prédateurs, la cochenille sécrète un acide, l’acide carminique, qui a la particularité d’être rouge. C’est cette substance qui fit de la cochenille l’un des commerces les plus dynamiques, du XVIe au XIXe siècle, avec plusieurs millions de tonnes d’insectes fournies chaque année. Le Pérou, premier producteur de cochenille L’historienne Amy Butler Greenfield a retracé l’histoire de la cochenille dans L'Extraordinaire Saga du rouge : si les indigènes mixtèques de la région d'Oaxaca au Mexique en font l'élevage depuis près de 2 000 ans, c’est le Pérou qui aujourd’hui assure au moins 80 % de la production mondiale de cochenilles.

E120 = cochenille. La gélatine (E441) : ni végan ni végétarienne. Des millions de tonnes de couenne, peau et carcasses d'animaux sont transformées chaque année dans les usines agroalimentaires.

La gélatine (E441) : ni végan ni végétarienne

Au total, pas moins de 147.500 tonnes de gélatine ont été produites en 2013. Faisant partie intégrante de nombreuses recettes, elle finit bien souvent dans nos assiettes. Son pouvoir gélifiant apporte de l'élasticité aux bonbons mous, de la consistance à la crème dans les gâteaux et de l'onctuosité aux desserts lactés. Elle est aussi utilisée pour donner du corps aux produits allégés contenant beaucoup d'eau. Mais à moins de se pencher sur les étiquettes, le consommateur se doute rarement de sa présence. Couennes de porc Dans la plupart des cas, cette gélatine est d'origine porcine : "80% de la production en Europe provient de couennes de porcs. 15% provient de peaux de bovins, et plus particulièrement de la fine couche située entre la peau et le tissu sous-cutané et contenant du collagène. La "colle de poisson" Début novembre, Guinness a contenté les végétaliens en renonçant à l’utilisation de colle de poisson.

La "colle de poisson"

EXPLICATIONS Heureux comme un poisson dans l’eau ? Malheureux comme un esturgeon dans la bière ! Ce poisson est en effet au centre d’un problème industriel pour les brasseurs. Ces derniers utilisent de l’ichtyocolle, de la « colle » de poisson, pour filtrer et clarifier la bière. . ► Y a-t-il du poisson dans la bière ? Non, l’ichtyocolle sert durant la fabrication, mais ne se retrouve pas dans le produit fini. Après fermentation, la bière doit être filtrée et « clarifiée » pour extraire les levures, les impuretés et les résidus, et éliminer le trouble. La colle de poisson va « floculer », c’est-à-dire s’agglomérer avec les levures et les résidus pour les entraîner vers le fond de la cuve, formant un ensemble qui sera ensuite retiré du mélange.