La SACEM demande à YouTube de monétiser à nouveau ses vidéos La SACEM a tenu à préciser via communiqué que son contrat avec YouTube était toujours en négociation, afin de permettre la rémunération des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique. La société des auteurs regrette toutefois que YouTube ait stoppé la monétisation des contenus musicaux le 19 janvier dernier, un acte qui pourrait avoir des conséquences sur leurs négociations actuelles. « Donner l’idée fausse d’un conflit ou d’un blocage » La SACEM demande à YouTube de monétiser à nouveau ses vidéos
01net le 21/01/13 à 11h47 L’industrie high-tech, est-elle en train de s’enrichir sur le dos de l’industrie culturelle ? C’est en tous les cas ce que suggère Jean-Noël Tronc, directeur général de la Sacem, dans un entretien aux Echos, lundi 21 janvier. La question « principale » que devra trancher la mission Lescure sur l'acte II de l'exception culturelle est celle du « partage de valeur entre les industries culturelles d'un côté et les industries électroniques, informatiques et internet de l'autre, c'est-à-dire les fabricants de terminaux et les grands services marchands d'Internet », estime M. Tronc. « Un transfert massif de valeur s'est opéré depuis quinze ans entre ces deux mondes », déplore-t-il dans cet entretien réalisé à quelques jours de l'ouverture du Midem, le rendez-vous annuel mondial de l'industrie musicale à Cannes. La Sacem dénonce un « transfert massif de valeurs » entre industries culturelles et technologiques La Sacem dénonce un « transfert massif de valeurs » entre industries culturelles et technologiques
, l'entretien du lundi
La Sacem s'engage pour les jeunes talents - La Nouvelle République Notre objectif est de favoriser la diffusion d'œuvres récentes et d'inciter à la création de nouvelles, notamment par la découverte de nouveaux talents, résume Franck Dalibard, délégué régional de la Sacem. « Cette démarche s'illustre dans le soutien aux festivals qui prennent des risques dans leurs choix artistiques, en mettant en scène des interprètes pas forcément connus du grand public. »Parallèlement aux festivals, les salles de diffusion ne sont pas oubliées. Par exemple, Les Lobis, grâce à un type de programmation qu'on ne voit pas ailleurs (All that jazz). « En termes de concerts, de centre de ressources, d'accompagnement de jeunes groupes et d'accueil d'artistes en résidence, l'action du Chato'do est exemplaire. » Aller plus loin « Aujourd'hui, à l'image de ce que prône notre directeur Jean-Noël Tronc, il faut aller plus loin dans les partenariats. La Sacem s'engage pour les jeunes talents - La Nouvelle République
MonProjetMusique.fr répertorie 132 aides 
Sacem : un rabais pour les discothèques - france
Publié le jeudi 11 octobre 2012 Version imprimable Politique culturelle Dans un entretien accordé au magazine Écran Total-Musique Info, le directeur général de la Sacem Jean-Noël Tronc appelle les acteurs de la filière musicale a "relancer la dynamique qui a permis au secteur de la musique de se rassembler largement derrière un objectif commun, même sans promesse d’argent public nouveau dans l’immédiat" . Il parle là bien évidemment de la dynamique qui s’était mise en place autour des travaux de réflexion et de préfiguration du Centre national de la musique. La Sacem plaide pour un "Acte II du CNM" La Sacem plaide pour un "Acte II du CNM"
La nouvelle bête noire des petits commerçants La nouvelle bête noire des petits commerçants Nommé à la tête de la société chargée de percevoir les droits des compositeurs de musique auprès des bars, des restaurants, des dentistes ou des salons de coiffure, Jean-Noël Tronc a fort à faire avec la récente décision de la Cour de justice européenne. Celle-ci a en effet estimé que les prélèvements perçus sur les radio suffisaient et qu'ils n'avaient pas à s'aditionner à d'autres prélèvements directs. La nouvelle bête noire des petits commerçants
Les réserves du DG de la Sacem envers le CNM provoquent un tollé
Laurent Petitgirard, Sacem : "l’abrogation de l’Hadopi impliquerait le recours à une licence"
La Sacem songe à autoriser (un peu) les licences libres pour ses La Sacem songe à autoriser (un peu) les licences libres pour ses C'est en apparence un pas de petit poucet, mais en réalité un pas de géant que les artistes attendent depuis de nombreuses années de la part de la Sacem. La société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique devrait bientôt autoriser ses membres à diffuser leurs chansons sous licences libres, ce qu'elle avait jusqu'à présent toujours refusé. Par principe, un auteur qui devient sociétaire de la Sacem apporte l'intégralité de ses droits sur ses œuvres passés et futures, et donne mandat à la Sacem de les gérer.
Préambule :Jamendo depuis longtemps se pose en leader de la musique sous licence libre creative commons. En septembre 2011, Jamendo a imposé à tous ces artistes une nouvelle Certification (y compris celles et ceux ne souhaitant pas recevoir d'autres rémunérations que les dons, et n'adhérant pas à son service PRO). La communication officielle de la Société Luxembourgeoise insiste sur le fait que cette Certification n'est là que pour garantir le respect des licences CC, c'est-à-dire le fait que les groupes et artistes ne soient pas affiliés à une société de gestion collective de droits d'auteurs, type Sacem, et qu'aucun titre ne comporte d'éléments copyrightés (ou ne respectant des clauses comme CC-By-ND). Des artistes du site ont refusé cette nouvelle Certification, car ils s'estiment honnêtes et ne veulent pas se justifier devant Jamendo (d'autant qu'ils ne désirent pas de rémunérations PRO). Jamendo cautionne un non-respect des licences CC et du label PUR. Jamendo cautionne un non-respect des licences CC et du label PUR.
C'est un abonnement d'essai qui vous permet de vous rendre compte de l'intérêt pendant 1 mois. C'est pour ça qu'il ne coûte que 0,99 €. Si vous ne souhaitez pas donner suite, il vous suffit de passer un coup de fil ou d'envoyer un email pendant votre période d'essai d'1 mois (coordonnées ci-dessous). Si vous souhaitez donner suite, vous n'avez rien à faire, l'abonnement est reconductible tous les mois au tarif normal de 4,33 €. Lorsque vous souhaiterez y mettre fin, il vous suffira de passer un coup de fil ou d'envoyer un email (coordonnées ci-dessous). une nouvelle grille tarifaire 2012 une nouvelle grille tarifaire 2012
Environ cent quatre-vingts adhérents environ. Stand de tir au complexe Jean-Zay ; six pas à 50 m ; cinq à 25 m et dix à 10 m. Résultats sportifs à noter : les jeunes Hamdy El Halamy et Sabine Lamérand (titres régionaux à la carabine 10 m) ; Daniel Hochart, Michel Gombert et Paul François (au pistolet). Président : Didier Linselles. Le club de tir nieppois Chorale doublement taxées Chorale doublement taxées
L'accord SACEM - Creative Commons La SACEM présentera cet après-midi le détail de son accord avec Creative Commons afin de permettre aux membres de la Société d’auteurs d’utiliser les licences CC dans la diffusion de leurs oeuvres. Philippe Axel, auteur-compositeur et interprète de chansons, auteur de l’ouvrage « BY-NC-ND » sur les Droits d'auteurs et Internet, nous donne les premiers éclairages autour de cet accord. Un accord jugé historique pour les droits d'auteur et pour lequel l'intéressé se bat depuis 9 ans. Qu’est-ce qu’implique concrètement cet accord entre la SACEM et Creative Commons? Désormais la SACEM va assurer la gestion collective des droits d'auteur pour les auteurs de chansons qui publient sur Internet sous certains contrats de licence Creative Commons. L'accord SACEM - Creative Commons
C’est un accord qui prend des airs de mini-révolution culturelle. La Sacem (Sociétés des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) vient de signer un partenariat de 18 mois avec les représentants français de la licence «libre» Creative Commons. Cette licence permet aux créateurs d’une oeuvre d’en autoriser la reproduction et/ou une utilisation non-commerciale, sans pour autant tirer un trait sur leur droit exclusif d’auteur, de compositeur, ou d’éditeur. «Les musiciens membres de la Sacem vont ainsi pouvoir proposer leurs oeuvres sur le Net sans se poser la question de l’interdit réglementaire», explique le site ElectronLibre.info. Trois licences Creative Commons pour une utilisation non commerciale Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale (CC BY-NC),Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique (CC BY-NC-SA),Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification (CC BY-NC-ND). Droit d’auteur > La Sacem signe avec Creative Commons
Accord Sacem Creative/Commons
Sacem fustige les pirates Qui a dit que l’industrie de la musique souffrait du piratage ? La SACEM, par exemple, qui donne fréquemment des leçons d’éthique aux vilains pirates qui mettent en péril l’industrie du disque. Si la culture est en danger, les dirigeants de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique qui gère les droits des artistes se portent très bien…
Taxation du cloud computing par Emilien Ercolani, le 02 décembre 2011 11:21 Les nouveaux supports de stockage sont de plus en plus connectés au Web et par essence à des systèmes dits de cloud computing. Avec l’arrivée des iCloud ou Google Music notamment, la Sacem s’interroge sur cette « grande révolution », et sur les moyens de taxer les flux.
Un accord entre la Sacem et YouTube garantit la rémunération des auteurs Taille de l'article : 721 mots Extrait : Encalminées depuis près de quatre ans, les négociations entre la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) et le site de vidéos en ligne YouTube, ont fini par aboutir. Rendu public jeudi 30 septembre, un accord garantit la rémunération des auteurs par le géant américain fondé par deux employés de PayPal en 2005, et racheté un an plus tard par Google pour 1,65 million de dollars. Le contrat englobe la diffusion en ligne du répertoire musical mondial, y compris anglo-saxon, géré par la Sacem sur les territoires français, luxembourgeois et monégasque. accord entre la Sacem et YouTube
Dans une interview à lire sur musiqueinfo.com, Laurent Petitgirard (Sacem) a applaudi le vote par les députés à la quasi-unanimité, du projet de loi Copie Privée. D'entrée, le président du conseil d'administration de la Sacem fait preuve d’une franchise à saluer. Face à ce vote digne d’un régime soviétique (490 pour, 1 contre), il déclare « je ne sais pas si cette unanimité retrouvée tient à l'essence même du droit d'auteur ou si certains élus craignent de voir leurs festivals privés des sommes issues des 25 % de la copie privée réservés à l'action culturelle ». Une remarque qui nous replonge dans les débats DADVSI, où le député Bernard Carayon avouait devant les caméras de France 2 que des actions de lobbying des « présidents d’organisme » menaçaient d'asphyxier les subventions au festival chez les députés soutenant la licence globale (à 1:20 sur la vidéo). La taxation des flux et l'avortement
Sacem et l'Alpa font fermer DDL
La carte de la musique gratuite