Prix de référence : les consommateurs ont-ils la mémoire des prix ? Posté le 02 mars 2013 par Valerie Les prix n’ont pas de signification s’ils ne sont pas comparés à des prix de référence. Or, les hommes du marketing, sur les marchés B2B ou B2C, surestiment souvent la connaissance que leurs clients ont des prix du marché. Plus précisément, on surestime la capacité des consommateurs à mémoriser les prix. La mémoire des prix n’a pourtant été que très rarement analysée. Prix de référence : les consommateurs ont-ils la mémoire des prix ? | Marketing Pragmatique Prix de référence : les consommateurs ont-ils la mémoire des prix ? | Marketing Pragmatique
Les produits que les consommateurs refusent de payer cher - Journal du Net Economie Les produits que les consommateurs refusent de payer cher - Journal du Net Economie Avec la crise, les Français veillent à leur pouvoir d'achat et rechignent à payer des produits de marque pour l'alimentaire. La problématique du pouvoir d'achat est revenue sur le devant de la scène ces derniers mois. Et les Français se détournent des grandes marques pour bon nombre de leurs achats alimentaires courants. Une étude de Kantar Worldpanel révèle par exemple que près de la moitié des Français choisissent plutôt les bouteilles de lait bon marché dans leur supermarché.
Les produits insensibles aux prix... et les autres - Journal du Net Economie Les produits insensibles aux prix... et les autres - Journal du Net Economie Leur prix peut bien augmenter, certains produits continuent à être presque autant achetés. Parce qu'ils sont irremplaçables, ou qu'ils bénéficient d'une image bon marché auprès des consommateurs, ces produits apparaissent inévitablement sur la liste de courses. D'autres au contraire sont très touchés par la moindre variation de prix et seront boycottés à la moindre augmentation. A l'aide des données fournies par Nielsen, le Journal du Net dévoile les produits les plus ou et les moins sensibles au facteur prix. Découvrez les.
Nul besoin de présenter la méfiance des Français face au prix. L'effet “Euro” y est incontestablement pour quelque chose, tout comme la ribambelle de promotions, qui s'agglutinent dans les rayons des grandes surfaces. Il y a de quoi se demander quels sont les prix “réels” des produits… Si le hard discount a profité de cet état d'esprit pour conquérir les Français, captant plus de 13 % des dépenses des foyers pour les produits de grande consommation, frais et libre service, les acteurs traditionnels ont vite été contraints de se réveiller à grand renfort de marques de distributeurs. Quand les ménages jonglent avec les prix - Veille Perspectives - Société Quand les ménages jonglent avec les prix - Veille Perspectives - Société
fichier pdf - crédoc.fr
Retour en force du facteur prix - Métier enquête - Etudes Retour en force du facteur prix - Métier enquête - Etudes L'augmentation du niveau de vie, l'accessibilité à de nouveaux services (téléphonie mobile, écrans plasma, nouvelles technologies, par exemple) ont considérablement modifié les besoins des consommateurs. De nouveaux arbitrages se font, souvent à l'avantage des loisirs et au détriment des dépenses en produits alimentaires qui diminuent. “L'apparition de nouveaux modèles économiques de “bas coût” et les nouvelles offres d'illimité et de gratuit ont considérablement modifié les repères des consommateurs”, constatent Pascale Hebel et Nicolas Fauconnier dans le Cahier de Recherche du Crédoc consacré à “La nouvelle sensibilité des consommateurs aux prix”(1). Parallèlement, la montée des MDD, des premiers prix et du hard discount souligne la baisse de la reconnaissance de la qualité des marques.