background preloader

Ville et écologie, environnement

Facebook Twitter

Réconcilier l'habitat urbain avec la nature. Devenez scruteur d’informations durables Abonnez-vous gratuitement Menu Connexion Mot de passe oublié Créer un compte Open sidebar Suivez-nous !

Réconcilier l'habitat urbain avec la nature

Téléchargez l'application mobile ! Téléchargez l'application mobile ! Ville durable : ils changent le monde. George Ferguson ne change pas Bristol seulement sur le papier On le reconnaît au pantalon rouge vif qui ne le quitte jamais.

Ville durable : ils changent le monde

A 65 ans, George Ferguson a changé de carrière. Architecte, cet Anglais est devenu maire de Bristol, sixième plus grande ville d’Angleterre. Le jour de son entrée en fonction, en novembre 2012, ce nouveau venu dans la politique, élu en tant qu’« indépendant », a annoncé que son salaire lui serait versé en monnaie locale, les Bristol pounds. Il a inscrit au budget de sa ville une enveloppe de 500 millions pour l’amélioration des transports d’ici à 2015, et une autre de 300 millions destinée à améliorer l’efficacité énergétique et à développer les énergies renouvelables d’ici à 2020. Stéphane Juguet,l’explorateur des désirs nazairiens Au volant de son Combi au look de ballon dirigeable, l’anthropologue Stéphane Juguet a sillonné, huit mois durant, l’an dernier, l’agglomération de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Le site de Destinations 2030 Le site d’Ecocity Builders. La ville et la mutation écologique, des questions inédites, François Labroille* Un potager sur le toit.

Imaginez un potager, situé sur le toit d'un gymnase, entouré de buildings d'une dizaine d'étages et offrant une vue panoramique sur toute la ville.

Un potager sur le toit

Non, vous n'êtes pas dans une des méga-fermes qui poussent au sommet des tours de Brooklyn ou Montréal, mais sur le toit d'un gymnase du 20e arrondissement de Paris, dans le premier jardin sur toit de la ville. Oubliez aussi les retraités en mal d'occupations. Ce matin, c'est une population variée faite d'étudiants, de mères de famille et barbus lookés comme dans un catalogue d'Urban Outfitters qui sont venus en découdre avec les mauvaises herbes. « Pendant la belle saison, les gens viennent jardiner mais aussi lire, prendre le soleil, partager un repas ou bavarder avec leurs voisins.

Il y a des enfants partout, c'est très sympa », précise Nadine Lahoud, l'une des habituées de ce lieu de 600 m2, qui vient de repiquer épinards et betteraves. A l'ère des graines tueuses, des oeufs à la dioxine et des lasagnes au cheval, rien de très étonnant. [Portfolio] Biomimétisme: quand la nature inspire le design urbain. Et si le biomimétisme pouvait apporter des solutions pour notre vie quotidienne?

[Portfolio] Biomimétisme: quand la nature inspire le design urbain

Des designers se sont inspirés des techniques qu’offre la nature pour produire mobilier, projets d’habitats et autres objets mêlant technologie et nature. Des matériaux produits localement, naturels, peu coûteux et non-polluants: voici la promesse du biomimétisme. Cette tendance s’inspire du fonctionnement de la nature pour créer meubles, habitats et autres objets de notre quotidien. Avec comme idéal des villes qui se développeraient en osmose avec la nature. De jeunes designers ont imaginé des projets de ce type, exposés à la fondation EDF jusqu'au 1er septembre. De 12 heures à 19 heures, sauf lundi et jours fériés Entrée libre.

A la recherche de la ville durable. Plus d’un être humain sur deux vit aujourd’hui en ville.

A la recherche de la ville durable

C’est donc là, dans nos cités, que nous relèverons (ou pas) les principaux défis de notre temps. Ecocity, dont la Xe édition se tient cette année en France, à Nantes, tente de dessiner des chemins possibles, en faisant de la ville "un chantier essentiel pour la réponse aux enjeux globaux de la durabilité" (1) De la ville intelligente à la ville du Sud, en passant par les acteurs qui font bouger la ville, Terra eco vous propose ici un aperçu de ce vaste sujet. (1) Le projet Ecocity est porté par l’ONG Ecocity Builders Pour télécharger le supplément en pdf, c’est ici. La ville durable met le cap au Sud. « Dans les pays en développement voire émergents, parler de ville durable semble souvent ahurissant.

La ville durable met le cap au Sud

La priorité est la croissance économique », souligne Yvette Veyret, géographe coauteur de l’Atlas des villes durables (éd. Autrement). « Et, quand une classe moyenne émerge, elle n’a qu’une idée en tête : rattraper le modèle occidental, ce qui se traduit par une surconsommation, soit l’inverse de ce que prône la ville durable », renchérit Alain Dubresson, géographe spécialiste de l’Afrique. Répondre « plus particulièrement aux besoins essentiels des plus démunis » est, de fait, un des objectifs du développement durable. C’est écrit noir sur blanc dans le rapport Brundtland des Nations unies de 1987, qui a posé le concept.

Un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles où la préoccupation principale est l’accès aux services de base et à l’emploi. Architecture traditionnelle ou béton ? « Détrompez-vous ! Transports doux et canicule Bidonvilles exemplaires.