background preloader

Développement urbain

Facebook Twitter

Comment expliquer la métropolisation ? Explication de l'économie urbaine : URBAblog. Décrypter la mutation des villes. Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer la mise en place de nouvelles logiques de production de la ville, sous l’effet d’une triple émergence : un nouveau contexte urbain, de nouveaux acteurs, et de nouvelles technologies. L’exemple d’ERG, entreprise spécialisée dans la billettique de transports, est à cet égard significatif. Elle vient en effet de gagner un contrat de PPP avec le Syndicat Mixte des transports collectifs de l’Oise (SMTCO) pour un système intégré de services à la mobilité, en partenariat avec Cityway (filiale de Veolia Transport). Concrètement, en 2012, les habitants de l'Oise auront une carte à puce unique pour voyager sur les cars départementaux et régionaux, les bus urbains, les minibus et véhicules légers de transport à la demande.

Le département prévoit aussi de créer une centrale d'information et de réservation de tous les autres modes de transport disponibles (covoiturage, taxis, transports à la demande). Cet exemple illustre plusieurs mouvements de fond. Entre ville et campagne, le difficile équilibre des périurbaines lointaines. 1Le périurbain attire des familles composées de ménages bi-actifs avec des enfants généralement en bas âge au moment de l’installation (Berger, 2004). Tandis que les familles les plus aisées restent à proximité des villes sauf pour quelques biens particuliers (Dodier, 2007), les autres sont reléguées de plus en plus loin (Berger, 2004 ; Sencébé, Lepicier, 2007), dans des zones où les prix restent relativement bas en comparaison de ceux des villes.

Cet éloignement se traduit par des installations dans des zones qui, jusqu’à présent, étaient qualifiées de rurales. 1 Les familles rencontrées avaient deux enfants dans la très grande majorité des cas. 2 Nathalie Ortar, Luc Bossuet, (2005) Multirésidence et périurbanisation : l’utopie rurale, PUCA, Juin (...) 4Le but de la recherche était notamment l’analyse de l’incidence des navettes domicile/travail sur l’activité professionnelle. 9La population se décline en quatre grands groupes.

Exercer un emploi Travailler différemment Se déplacer. Relations ville-campagne : quel sens, quelle évolution ? La question des relations ville-campagne implique une investigation reposant sur une connaissance parallèle des mutations urbaines et des mutations rurales (au plan des représentations comme à celui des faits). L’idée de ce qu’est la relation ville-campagne est une véritable boîte noire marquée par l’évolution des idéologies, en particulier des idéologies, anti-urbaines dont l’influence est dominante.

Deux entités que la tradition veut distinctes, mais que les évolutions sociales, économiques, professionnelles récentes tendent à rapprocher : d’absorption en périurbanisation, la distinction s’efface. Construire le récit historique des relations entre villes et campagnes est un enjeu important pour situer la période actuelle caractérisée par les « désirs de campagne » et la question de l’accueil de populations en quête de campagnes dans les territoires ruraux. Décrypter le sens des mots Un nouveau modèle Nicole MATHIEU Directeur de recherche émérite au CNRS. ELR_Ville___campagne_0206.pdf. MEMOIRE_1erSept_cle0e5429.

Les problèmes que pose l’étalement urbain et l’artificialisation des sols qui l’accompagne. 18 janvier 2010 (mis à jour le 17 janvier 2011) Il sera uniquement question ici des nuisances qui peuvent être imputées à l’étalement urbain et à l’artificialisation des sols qu’il engendre. Le constat de ces nuisances est relativement bien partagé au sein des chercheurs, bien que certains n’hésitent pas à dénoncer « l’obsession de la densité » qui sévirait dans les milieux autorisés et à souligner que l’étalement, tel qu’on le connaît aujourd’hui, peut aussi présenter des aspects positifs qu’il conviendrait d’intégrer aux analyses coûts/bénéfices des différentes formes urbaines. De fait, sauf à considérer que la plupart des aménités positives liées à l’agrément d’un tissu urbain plus aéré et plus vert se retrouvent dans la valorisation du foncier et le coût des logements, il faut, en effet, réaliser un exercice périlleux de monétisation de ces aménités, périlleux car ces valeurs ne sont pas directement observables. 1. 2. 3. 4. 5.

Faire face à une urbanisation galopante et chaotique - Les nouvelles politiques urbaines. L’urbanisation est quasiment devenue synonyme de croissance des bidonvilles, particulièrement en Afrique subsaharienne et en Asie de l’Ouest et du Sud-Ouest, y compris dans les villes petites et moyennes, explique le directeur de l’Observatoire urbain mondial qui appelle les responsables municipaux à explorer des approches innovantes pour créer des villes durables. En 2007, l’humanité connaît un événement majeur de son histoire : à l’échelle mondiale, la population urbaine est pour la première fois aussi nombreuse que la population rurale. Ce tournant constitue un changement démographique dû à une modification ou à une croissance démographique, mais, ce qui est plus marquant, il révèle une transformation sociale, culturelle et économique. Le franchissement de ce cap est d’autant plus notable si l’on considère qu’il y a deux cents ans, l’écrasante majorité de l’humanité vivait en zone rurale.

Moins de 3 % de la population mondiale totale résidait dans des villes. Le siècle des mégalopoles. Qu'est-ce que la périurbanisation à la française ? : URBAblog. Il faut d'abord se poser la question de ce que l’on nomme le périurbain... C’est en quelque sorte la troisième couronne de la ville. La première, c’est la ville-centre avec son cœur historique et ses anciennes banlieues ouvrières, la deuxième est celle des grands ensembles nés des Trente et des zones pavillonaires d'après-guerre, et la troisième est constituée d’un habitat dispersé, dilué dans l’espace rural, et qui ne cesse de croître : c’est la périurbanisation. Ce sont de nouvelles périphéries, développées à partir des années 1970, et dont l’habitat est composé de lotissements et de maisons éparses. L’INSEE s’est dotée d’une définition officielle du périurbain : c’est l’ensemble des communes dont plus de 40% des actifs vont travailler dans le pôle urbain, c’est-à-dire la ville-centre et ses banlieues proches.

Ces espaces connaissent aujourd’hui la plus forte croissance démographique face aux autres types d’espaces, bien supérieure à la ville-centre. Comment l’expliquer ? Dossier38_ch01. EQUTEX00011413. Urbanisation, paysages et artificialisation des sols.

En France, selon le recensement de l’Insee de 2008, 95% de la population vit désormais sous influence urbaine. Parallèlement à la croissance des villes, se dessinent autour et entre celles-ci, de vastes espaces dits périubains, dont les habitants ont non seulement adopté des modes de vie citadins mais sont également liés à la ville par leur emploi et leurs pratiques quotidiennes. De fait, jamais les habitants des différents territoires n’ont été aussi proches par leur profil socioculturel et économique et leurs usages.

Cette proximité a plusieurs conséquences : d’une part, l’opposition urbain/rural perd de sa pertinence pour caractériser les territoires français aujourd’hui ; d’autre part, les exigences d’accès aux services sont d’autant plus difficiles à satisfaire que les populations résident loin des villes tout en en dépendant. Evolution de l'urbanisation en France : en combien de temps aurons nous urbanisé notre pays à 100% ? Documentation > Divers énergie > Divers > Evolution de l'urbanisation en France : en combien de temps aurons nous urbanisé notre pays à 100% ? Evolution de l'urbanisation en France : en combien de temps aurons nous urbanisé notre pays à 100% ?

Dernière version : avril 2005 site de l'auteur : www.manicore.com - contacter l'auteur : jean-marc@manicore.com Comme chacun sait, les surfaces "artificialisées", en France, croissent depuis que l'homme a commencé à faire des villes. Comme chacun le sait aussi, dans un monde fini, aucune grandeur physique ne peut croître indéfiniment, et les surfaces urbanisées ne font pas exception à cette règle. L'un des exercices favoris des "prospectivistes" pour savoir à quelle distance nous sommes des limites du monde est la prolongation tendancielle : cela consiste à... prolonger les tendances (belle lapalissade), c'est-à-dire à supposer que monde continue à évoluer "comme maintenant" à l'avenir, pour voir où cela nous mène.

Retour à l'index.