background preloader

Neurosciences en éducation

Facebook Twitter

Comment étudier? Conseils extraits du webinaire de monsieur Steve Masson « Comment étudier - une perspective de la neuroscience. » Pour visionner le webinaire : www.preca.ca/conference Essaie de te souvenir du contenu de ton cours Prépare-toi des questions, et essaie d’y répondre Refais les tests et les exercices vus en classe Étudie avec une autre personne et posez-vous des questions T'entraîner à activer ton cerveau Quand tu apprends, tu changes ton cerveau, tu modifies sa structure.

Comment étudier?

Étudie plus souvent, mais moins longtemps Étudier sur une longue période est moins efficace que d’étudier sur plusieurs courtes périodes. Espacer tes périodes d'études. Pourquoi les neurosciences cognitives modifient-elles la compréhension et la pratique de l’apprentissage ? Si l’on souhaite appréhender l’importance des neurosciences cognitives à propos de l’apprentissage, en général, et de la formation, en particulier, il apparaît préférable d’éviter l’usage de termes excessifs comme ceux de « révolution » et de « bouleversements ».

Pourquoi les neurosciences cognitives modifient-elles la compréhension et la pratique de l’apprentissage ?

En effet, si les disciplines qui s’intéressent à la constitution et au fonctionnement du cerveau font appel à des sciences expérimentales, comme la biologie, la chimie, la physique, la modélisation informatique, et à des sciences humaines, comme l’anthropologie, la linguistique et la psychologie, elles sont loin de posséder une théorie au sens fort du terme. Elles ne disposent ni d’un corps d’hypothèses testables reconnu par tous les neuroscientifiques ni d’un ensemble de lois, d’énoncés conditionnels universels, assurant un minimum d’unification dans les processus d’expérimentation et de modélisation. Des raisons de nature diverse Remarques et propositions pertinentes des neurosciences cognitives.

Présentations. 4 clés de la mémorisation efficace : à tester avec vos enfants. Je partage aujourd’hui avec vous une vidéo de Mathieu Protin, professeur des écoles et inventeur de la méthode Multimalin pour une mémorisation efficace des tables de multiplication avec vos enfants. Il y parle des 4 clés pour élaborer une stratégie de mémorisation efficace quels que soient l’âge des apprenants et la nature des choses à mémoriser. Clé 1 : l’imagination Le cerveau fonctionne plus facilement avec des images qu’avec des éléments abstraits (comme des blocs de texte). Dans un projet de mémorisation, il est donc utile de traduire sous forme d’images les éléments à retenir (1 mot = 1 image, 1 dessin). Clé 2 : l’association Mathieu Protien explique que le cerveau est de nature associative.

Clé 3 : la verbalisation Il ne suffit pas de regarder une image attentivement pour qu’elle se transforme en image mentale. Pour se fabriquer une image, on a besoin de de raconter ce qu’on voit, de construire une histoire. Clé 4 : les émotions Sur le même thème 13 août 2014 Dans "Au quotidien" LES NEUROSCIENCES EN EBULLITION. Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences. D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit.

Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, auteurs de La pédagogie positive, la définissent comme Le mouvement cérébral qui va nous permettre d’orienter notre action en fonction d’un objectif, d’un centre d’intérêt… Grâce à elle, nous captons, par nos cinq sens, les différentes informations en provenance soit de notre environnement, soit de notre ressenti émotionnel ou psychologique. Stanislas Dehaene ajoute que l’attention sert à sélectionner les informations, module massivement l’activité cérébrale et facilite l’apprentissage.

Mais l’attention peut être sélective. Quelles conséquences pour l’enseignement ? 2. Stanislas Dehaene écrit : 3. 4. La Mémoire. Attention et mémoire. Vidéo cerveau. Neuropédagogie. Cerveau. Ecriture et neurosciences. Neurosciences Théorie. Stress. Neurosciences et pédagogie. Dans le monde de l'éducation, c'est une innovation : améliorer l'enseignement et l'apprentissage par ce qu'on connaît du fonctionnement du cerveau.

Neurosciences et pédagogie

Et cela s'appelle la neuropédagogie. Domaine de recherche relativement nouveau qui fait la jonction entre les neurosciences et les sciences de l'éducation, il s'intéresse aux processus biologiques en jeu dans l'apprentissage ainsi que les expériences sociales et émotionnelles. La gymnastique du cerveau D'une manière pratique, les applications de la neuropédagogie mènent vers des évolutions dans la manière d'enseigner et d'apprendre et vise in fine à "stimuler de nouvelles zones du cerveau, à créer de nouvelles connexions pour faciliter les apprentissages". Dans un reportage de la chaîne Euronews sur le sujet, on se rend bien compte que cela n'a rien de sorcier. Mais la neuropédagogie ne s'arrête pas là. On sait par exemple que le cerveau retient sept fois plus d'informations si on les catégorise. En toile de fond, l'apprentissage Références. Veille et Analyses de l'ifé.

Dossier de veille de l'IFÉ : Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux n° 86, septembre 2013 Auteur(s) : Gaussel Marie et Reverdy Catherine Télécharger la version intégrale du dossier (version PDF) Résumé : Les débats houleux entre neurosciences et éducation existent depuis quelques décennies, mais prennent un nouveau tournant depuis les progrès considérables faits en imagerie cérébrale.

Veille et Analyses de l'ifé

Vous trouverez dans ce dossier, légèrement différent de sa forme habituelle, des renvois vers des articles de blog qui nous ont permis d'approfondir des aspects techniques et d’illustrer nos propos : Abstract : At the crossroads between brain research and educational research, educational neurosciences invite themselves in the classroom. Pour citer ce dossier : Gaussel Marie et Reverdy Catherine (2013). Neurosciences et apprentissage.