background preloader

Developpement durable

Facebook Twitter

L’EAU, UN TRÉSOR EN PARTAGE. CC Sharon Drummond / Flickr Sachant que l’agriculture est le principal consommateur d’eau, la quantité d’eau nécessaire pour produire la nourriture requise à l’échelle mondiale est évaluée, compte tenu de l’évolution démographique prévue, des modifications des modes d’alimentation et de la concurrence entre productions alimentaire et bioénergétique. Cette production alimentaire se fera-t-elle par agriculture pluviale sur terrains défrichés, ou par agriculture irriguée ?

Les risques de pénuries alimentaires en cas de sécheresses mondiales sévères (par exemple pendant des événements El Nino très intenses) sont discutés. Les conséquences probables de l’augmentation nécessaire de la production alimentaire sur la conservation des écosystèmes et de la biodiversité sont examinées. Une conférence de Ghislain de Marsily, Université Pierre et Marie Curie, École des Mines de Paris. # L'eau, un trésor en partage Pour aller plus loin... Voir toutes les conférences de l'Ecole normale supérieure.

L'Afrique face au changement climatique. Alors que le Giec vient de lancer un nouveau signal d'alarme sur les émissions de gaz à effet de serre, qu'en est-il de l'Afrique ? La géographe Agathe Maupin dresse un état des lieux et nous parle des solutions envisagées. Une conférence sur ce sujet se tient depuis hier en Afrique du Sud. Organisé le mois dernier par le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, le sommet Climat de New York n’a pas échoué dans ses deux objectifs principaux : donner un signal politique fort pour conclure un accord ambitieux en 2015 et, surtout, démontrer que l’ensemble des acteurs économiques, financiers, institutionnels et de la société civile sont capables d’apporter des solutions à grande échelle permettant de tenir, voire de rendre plus ambitieux, les engagements gouvernementaux.

Après plus de vingt ans de discussion, il est grand temps d’agir et le continent africain fait justement l’objet ces jours-ci d’une conférence1 organisée en Afrique du Sud. Le double-défi des villes africaines. L’île désignée par les Maldives pour servir de poubelle à l’archipel pose de plus en plus de problèmes. Les Maldives accueillent chaque année plus d’un million de touristes – dont la majorité d’Europe – attirés par le décor paradisiaque qu’offrent les plages immaculées et l’eau turquoise de l’archipel.

Mais ce tourisme intensif a un effet peu connu des vacanciers : une pollution colossale et incontrôlable. En effet, la topologie des Maldives – un ensemble de 1200 îles dont 202 sont habitées – rend l’extraction des déchets produits par les centaines d’hôtels et les 395 000 Maldiviens un véritable casse-tête. Comme solution, le gouvernement a décidé de désigner en 1991 une île de l’archipel comme décharge. Thifalushi, à l’origine une lagune de 7 kilomètres de long et de 200 mètres de large, est désormais appelée « Rubbish Island » (l’île poubelle). Un ouvrier chargé de trier les déchets sur Thifalushi.

Autre problème, Thifalushi n’est aujourd’hui plus seulement destinée à jouer son rôle d’île poubelle. L'article à lire pour comprendre la bataille autour de la "ferme des mille vaches" Par Yann Thompson Mis à jour le , publié le Ils veulent en faire "le procès de l'industrialisation de l'agriculture". Neuf militants de la Confédération paysanne sont jugés, mardi 28 octobre, devant le tribunal correctionnel d'Amiens (Somme). Ils sont accusés d'avoir commis des dégradations sur la "ferme des mille vaches", en septembre 2013 et en mai dernier. 1La "ferme des mille vaches", c'est quoi ? C'est le projet agricole le plus contesté de France. 2Pourquoi un tel projet ?

Réunissant au moins six exploitants agricoles, le projet présente deux avantages pour ses concepteurs. Le recours à la méthanisation permet, de plus, "d'assurer un complément de revenus à des petits paysans perpétuellement menacés de disparition", indique le site spécialisé Reporterre. 3Pourquoi le projet dérange-t-il ? Le projet inquiète aussi quant au sort des animaux, qui seront traits trois fois par jour. 4Qu'en pensent les riverains ?

5Et que disent les autorités ? 6Où en est le projet ? Fort McMoney : un jeu-documentaire sur l'industrie pétrolière - BABEL OUEB. © Philippe Brault / FortMcMoney Les hybridations entre jeu vidéo & documentaire se multiplient. Après la sortie en octobre 2013 de Type:Rider (un jeu vidéo sur l'histoire de la typographie), voici Fort McMoney, une hybridation entre web-documentaire et jeu-vidéo réalisé par l'auteur et journaliste David Dufresne. Sur un territoire grand comme la Floride, situés dans la province de l'Alberta au Canada, les sables bitumineux de l'Athabasca représentent la troisième plus grande réserve de pétrole au monde. La ville de Fort Mc Murray est l'endroit où transitent les travailleurs et l'argent de cette industrie pétrolière en plein expansion. En dix ans, cette ville de la démesure est passé de quelques dizaines de milliers d'habitants à plus de 100 000.

On y extrait chaque jour plus d'un millions et demi de barils de pétrole. Fort McMoney est à la fois jeu et un documentaire. Babel Oueb #52 Fort McMoney : un jeu-documentaire sur l'industrie pétrolière. Géographie et géopolitique du Brésil, pays émergent - Amérique du Sud. Un pays qui dispose de nombreux atouts LE BRESIL est un géant tropical, il couvre 47% de l’Amérique du Sud à lui seul.

Il s’inscrit donc dans les « grands » pays après la Russie, le Canada, la Chine et les Etats-Unis. Cette immensité est longtemps un handicap comme le révèle l’occupation humaine essentiellement littorale jusqu’à l’intériorisation avec la création de Brasilia au début des années 1960. Elle devient un atout en termes de profondeur stratégique et de possibilités hors normes. Il dispose de produits énergétiques : charbon, gaz naturel et même pétrole pour lequel il est autosuffisant dès 2006.

L’abondance des terres et la variété climatique sont les bases de « la ferme du monde » même si la pauvreté des sols tropicaux est un handicap. La population brésilienne est métissée, issue en grande partie de l’immigration européenne et africaine. Ses performances économiques sont un support à des ambitions géopolitiques Après l’échec du modèle autocentré, le Brésil s’ouvre au monde. MUMBAI, UNE METROPOLE D’UN PAYS EMERGENT. « La croissance n’est pas la solution, c’est le problème »

Jean Gadrey est économiste et membre en 2008-2009 de la « Commission Stiglitz ». On nous dit que, sans croissance, c’est la régression sociale, on ne peut pas réduire les dettes, ni le chômage, ni la pauvreté, et l’on n’aura pas les moyens d’engager la transition écologique. Pourtant, je propose de dire « Adieu à la croissance », qui est le titre de mon livre (voir les bonnes feuilles sur le site d’Alternatives économiques). Il serait temps que les économistes, s’ils veulent être « responsables », prennent en compte les risques écologiques et qu’ils se posent les questions suivantes : et si ce culte de la croissance relevait d’un aveuglement des élites économiques et politiques ? Et si la quête de la croissance, fondée sur des gains de productivité sans fin, était l’un des facteurs de crises, voire la plus grave des menaces à terme pour l’humanité ?

Ces hypothèses sont de plus en plus crédibles. Les causes du plongeon Bien des raisons expliquent cette baisse spectaculaire. La Nouvelle Orléans et le risque cyclonique : l'exemple de Katrina en août 2005. Sisyphe à Mexico : risques et politiques urbaines. 1Mexico, est une des plus grandes concentrations humaines de la planète avec plus de 18 millions d'habitants. Construite initialement selon un plan en damier, l'agglomération couvre aujourd'hui plus de 6 000 km2. Polluée et bruyante elle est soumise depuis longtemps à de nombreuses contraintes d'environnement et à de nombreuses nuisances, amplifiées par sa situation géographique.

En effet, le Mexique est traversé par deux chaînes de montagnes : la Sierra Madre Occidentale et la Sierra Madre Orientale qui se rejoignent au sud en une cordillère volcanique. C'est là, à l'extrémité sud du plateau central mexicain, que se trouve l'agglomération de Mexico à 2 240 mètres d'altitude et à proximité immédiate de la cordillère (Figure 1). Figure 1. 2Sa situation en cuvette, entourée de sommets élevés dans toutes les directions excepté le nord-est d'où viennent les vents dominants, aggrave les effets d'une pollution de l'air déjà très importante.

Boise State University, 1987 26Figure 2. Espace Pédagogique - évaluer la portée d'un risque. Marée noire BP de Louisiane : les responsabilités se dissolvent, le pétrole reste ! - Globe. Premier anniversaire de la marée noire du golfe du Mexique et de Louisiane (USA) : le 20 avril 2010, la plateforme off shore de Deep water, sous traitant de BP, explosait et coulait à pic, provoquant une marée noire historique. Un an plus tard jour pour jour, Planète terre et son blog Globe démêlent l'écheveau des échelles géographiques de cette marée noire.

Ses territoires sont nombreux et complexes: en amont, elle dévoile les mutations de l'espace économique mondialisé, avec sa chaîne opaque de donneurs d'ordre et de sous traitants. En aval, la marée noire a des conséquences jusque loin dans l'arrière pays et jusque profond dans les océans. Pour écouter l'émission, rendez-vous ici. Invité: Julien Gardaix, docteur en géographie à l'Université de Bordeaux III, ADES, avec qui nous avons rédigé ce billet. N'hésitez pas à nous envoyer vos questions et/ou commentaires dans la rubrique "Votre commentaire" en bas de page ! I. Rapports de la Commission d’enquête des Etats-Unis. II. III. P. Y. Les scenarii énergétiques d'ici 2050 : renouveler la démarche - Globe. Pourra-t-on, dans un futur proche, produire de l’énergie en quantité suffisante pour tous ? Face à l’épuisement prévisible des ressources et au réchauffement du climat, c’est à cette question que répondent à intervalle régulier les rapports de l’Agence internationale de l’énergie ou du Conseil mondial de l’énergie et, plus récemment du GIEC.

L'invité de Planète Terre du 7 septembre 2011, Sylvain David, chercheur au CNRS à l'Institut de Physique Nucléaire d'Orsay, a participé à une étude renouvelant les scenario de référence sur l'avenir énergétique de la planète : La Construction Simplifiée d’un Modèle Energétique du monde en 2050 (COSIME 2050). A rebours des pronostics habituels, l'équipe de quatre physiciens décrit le monde énergétique qui découlerait d'hypothèses intiales fixées pour 2050 (consommation d'énergie globale, émission totale de CO2), et élabore un bouquet énergétique correspondant à celles-ci. Pour réécouter l'émission du 7 septembre rendez-vous ICI. 1. Source : S. 2. S. Le changement climatique sur Planète terre (2007-2010) - Globe. Les sociétés face au risques naturels. Retour sur Katrina: 2 questions à Julie Hernandez - Globe. Julie Hernandez est agrégée de géographie et doctorante à l’Université de Paris 10 Nanterre.

Elle effectue son terrain à la Nouvelle Orléans, où elle a enseigné trois ans à l’Université Tulane, pour analyser les conséquences de Katrina sur l’espace urbain et les cultures à la Nouvelle-Orléans. Julie Hernadez était intervenue le 29 août 2007 dans Planète terre consacrée à ”Katrina: quels enseignements?”. Lorsque Katrina aborda les côtes de la Louisiane, il fut identifié comme un cyclone majeur de catégorie 3 sur l’échelle de Saphir-Simpson. L’ordre d’évacuation de la ville fut donné très peu de temps avant l’arrivée de Katrina sur la Nouvelle Orléans, ville-centre d’une agglomération de 1 million 500 000 habitants, provoquant des embouteillages dantesques.

Le passage du cyclone le 29 août 2005 a laissé la Nouvelle Orléans innondée et comme coupée du monde : les digues censées protéger la ville des variations du Mississipi et du lac Ponchartrain n’ont pas résisté.