background preloader

Fake news

Facebook Twitter

Trois fausses informations récentes qui ont influencé l’opinion. Retour sur plusieurs cas d’intox qui ont massivement circulé en ligne, jusqu’à convaincre une part non négligeable de la population.

Trois fausses informations récentes qui ont influencé l’opinion

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adrien Sénécat Les fausses informations parviennent-elles modifier profondément l’opinion publique ? Le baromètre 2017 de la « confiance des Français dans les médias » Kantar Sofres pour La Croix, publié en février, donne quelques cas instructifs. Entre 10 et 40 % des 1 011 personnes interrogées ont, selon les cas, déclaré considérer comme « vraies » les sept fausses nouvelles qui leur étaient proposées. Comment ces intox ont-elles pu prospérer ? 1. « En France, l’Etat a réservé plus de 77 000 HLM pour l’accueil des familles de migrants » 29 % de « probablement vrai », 10 % de « certainement vrai » Pourquoi c’est faux ? Le chiffre de « 77 000 » logements n’était donc ni un objectif en soi, ni une mesure entérinée, mais une simple proposition, non reprise par le gouvernement. Qui a relayé la rumeur ? Fakenews.

Les « fake news » n’ont pas décidé de l’élection de Trump. Le chercheur Paul Seabright se penche sur sur l’influence des fausses informations sur les élections américaines qui ont vu Donald Trump triompher.

Les « fake news » n’ont pas décidé de l’élection de Trump

LE MONDE ECONOMIE | | Par Paul Seabright (Institut d'études avancées de Toulouse) par Paul Seabright Le phénomène de « fausses informations » (« fake news ») n’est pas nouveau dans la démocratie – Périclès en était victime à Athènes au Ve siècle avant J-C. Mais la portée sans précédent de l’Internet et notamment des réseaux sociaux pose des questions sur l’influence des fausses informations sur les élections démocratiques.

Une étude de deux chercheurs américains tente d’éclairer leur rôle dans l’élection présidentielle américaine de 2016 (« Social Media and Fake News in the 2016 Election », Hunt Allcott & Matthew Gentzkow, janvier 2017). Ceci semble inquiétant, mais il y a une possibilité de souvenir erroné. Quelques gouttes d’eau dans une casacade de propagande. La traque ardue des « Fake news » Analyse.

La traque ardue des « Fake news »

Représentants politiques et médias doivent faire preuve pour regagner toute la confiance des citoyens de la même énergie que celle qu’ils mettent à interpeller les plates-formes. Haro sur les « fake news ». Alors que l’onde de choc de l’élection de Donald Trump résonne encore, l’Europe se mobilise contre les « fausses informations », convaincue qu’elles ont joué un rôle dans la campagne présidentielle américaine et que leurs ombres planent sur les prochains scrutins prévus en France et en Allemagne, sur fond de perte d’influence des médias traditionnels et de craintes quant aux actions de propagande étrangères – notamment russes. Utile, cette vaste prise de conscience doit se garder de toute simplification. Les états voudraient que Facebook ou Google agissent comme des régulateurs et trouvent les moyens de filtrer les contenus.

La presse américaine face à un nouveau style de communication. L’attitude du président Donald Trump vis-à-vis des médias contraint ceux-ci à reconsidérer leur traitement de l’information.

La presse américaine face à un nouveau style de communication

Le 10 janvier, le site d’information BuzzFeed décide de publier un rapport compilé par une source anonyme, listant une série d’éléments compromettants pour le futur président des Etats-Unis, Donald Trump, dont disposeraient les autorités russes. Les journalistes n’ont pas pu vérifier le contenu du rapport, mais le ­directeur de la rédaction, Ben Smith, décide de passer outre et s’en justifie. « Nous pensons que nous devons être transparents dans notre pratique du journalisme et partager nos informations avec nos lecteurs », écrit-il. « Ainsi, ajoute-t-il, les Américains pourront se faire leur propre opinion sur les allégations visant le président élu qui ont circulé au niveau le plus élevé du gouvernement. » « Informations bidon » Le lendemain, M. Trump tient sa première conférence de presse ­depuis juillet 2016, la première en tant que président élu.

Russian propaganda effort helped spread ‘fake news’ during election, experts say - The Washington Post. Editor’s Note: The Washington Post on Nov. 24 published a story on the work of four sets of researchers who have examined what they say are Russian propaganda efforts to undermine American democracy and interests.

Russian propaganda effort helped spread ‘fake news’ during election, experts say - The Washington Post

One of them was PropOrNot, a group that insists on public anonymity, which issued a report identifying more than 200 websites that, in its view, wittingly or unwittingly published or echoed Russian propaganda. A number of those sites have objected to being included on PropOrNot’s list, and some of the sites, as well as others not on the list, have publicly challenged the group’s methodology and conclusions. The Post, which did not name any of the sites, does not itself vouch for the validity of PropOrNot’s findings regarding any individual media outlet, nor did the article purport to do so. Since publication of The Post’s story, PropOrNot has removed some sites from its list. Watts’s report on this work, with colleagues Andrew Weisburd and J.M.

Economy & Business Alerts.