ARTICLES

Facebook Twitter
En France, la mort ne fait pas encore recette sur internet En France, la mort ne fait pas encore recette sur internet Que reste-t-il de vous après votre mort ? Depuis quelques années, des sites internet commerciaux ont parié que les Français aimeraient préparer leur mort sur internet en y laissant souvenirs et dernières volontés, mais le succès n'est pas encore au rendez-vous. A Tourcoing (Nord), Fanny Noyelle, 28 ans, a lancé e-mylife.fr depuis le 1er mars 2011. Le principe : "Je mets à disposition des gens un espace de stockage sur lequel ils peuvent déposer messages, photos, vidéos, pour 28 euros par an ou 229 euros à vie", explique-t-elle. La personne inscrite doit nommer un "ange-gardien" qui devra apporter l'acte de décès pour que les souvenirs puissent être redistribués aux proches que la personne a désignés de son vivant. Lancé en janvier 2010, edeneo.fr est de son côté davantage orienté sur l'aspect administratif.
Notre page Facebook meurt-elle avec nous? Notre page Facebook meurt-elle avec nous? Repose en paix... sur Facebook. Si cette épitaphe apparait sur votre page, c'est que vous êtes mort. Mais votre profil, lui, vous survivra. Depuis octobre 2009, Facebook a mis au point un système qui permet aux familles apportant la preuve du décès, de convertir le "mur" d'un utilisateur en mémorial virtuel. Les proches peuvent alors se recueillir sur la page d'un être cher, transformée en livre de condoléances. "Facebook permet ainsi de conserver intact le souvenir de quelqu'un.
La mort, scellement de la vie La vie n’a pas de sens il faut lui en donner un. La mort a-t-elle un sens ? Quelle place aujourd’hui la société lui offre -t- elle ? Sa visibilité permanente au cinéma par exemple et son absence dans les discussions quotidiennes et personnelles fait- il de ce passage le point final et vide d’une vie fragmentée dans laquelle le progrès, la technologie donnent l’illusion de toute puissance ? La mort, scellement de la vie
Comment gérer la mort d'un proche sur Internet Comment gérer la mort d'un proche sur Internet C'est une question que l'on ne pose jamais, parce que l'on n'imagine rarement que ce jour pourrait être le dernier. Et pourtant. En créant ici un compte Facebook, là un compte Twitter, en publiant un blog ou simplement en ouvrant une boîte mail, chaque internaute se crée une identité numérique qui survit à la mort.
Wednesday, 02 November 2011 14:32 {*style:<b> Patrick Baudry, sociologue, décrypte les nouvelles pratiques funéraires sur internet et les réseaux sociaux, comment elles s'inscrivent dans la tradition et les nouveaux besoins de socialisation. Interview. </b>*} Comment internet s'intègre dans les rituels funéraires Comment internet s'intègre dans les rituels funéraires
Que se passe-t-il sur les Réseaux Sociaux quand on… meurt ? guide-illustre-preparation-mort – Sanctius.net
Posted by Kokiri on Mercredi, janvier 25, 2012 · 2 Comments Vous êtes vous déjà demandé ce qu’il arriverait à votre « vie sociale » si vous mourriez? Je sais, la question est un peu radicale et glauque, mais nous sommes scientifiques, la mort ne nous fait pas peur ! Oui donc, que se passera-t-il le jour où vous ne pourrez malencontreusement plus assurer la permanence de votre présence sur les réseaux sociaux ? Moi je risque rien, la Mort sera en vacances... La startup Willook – spécialisée dans les time capsules, ces boites où l’on enferme pendant plusieurs années des objets typiques du moment où l’on vit, pour ensuite les ouvrir plusieurs années plus tard et montrer aux générations futures comme était la vie à cette époque – est là pour apporter une solution partielle à cette éventualité (ou plutôt fatalité?) « If I Die » vous fait revenir d’entre les morts… « If I Die » vous fait revenir d’entre les morts…
Tête de mort - crâne - skulls - morbide - gothique - mode - salon de la mort Tête de mort - crâne - skulls - morbide - gothique - mode - salon de la mort Depuis quelques mois, difficile pour le promeneur lambda de se rendre dans un quartier commerçant sans tomber nez à nez avec des vêtements ou accessoires de mode estampillés d'un crâne et bien souvent des ossements qui vont avec. Il y en a pour tous les goûts et les couleurs, sacs, foulards, chaussures, trousses à maquillage, étiquettes de bagagerie, bijoux fantaisie ou même bijoux précieux, mais aussi décoration, design, mobilier, papeterie, tatouages, la tête de mort est partout et elle remporte un franc succès intergénérationnel. Chacun veut porter sa tête de mort, qu'on soit ado, jeune femme branchée, ménagère de moins de cinquante ans ou encore retraitée. Cette mode peut, au premier abord, paraître dérangeante. Considérée comme mystique et morbide, certains prétendront qu'il faut forcément avoir un esprit noir et dérangé pour porter la représentation de la mort en bijou autour du cou.
Droit, Mort, Profils, Traces - Droit, Mort, Profils, Traces - «Pour se protéger sur le web, mieux vaut prêcher le faux» La question de la protection de l'identité des internautes est plus que jamais au cSur de l'actualité depuis que Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'État à l'économie numérique, propose d'instaurer un droit à l'oubli numérique afin de limiter les traces sur Internet. [...] Mais pour Fox-219, Internet c'est le passage obligé dans sa recherche d'emploi, ce qui ne l'empêche pas d'essayer de maîtriser [son] image en étant présent sur les communautés les plus fréquentées, avec une identité cohérente à chaque fois. [...] Le terrorisme. les mafias, le banditisme avec leurs réseaux internationaux de crime organisé espionnent aussi les lignes telephoniques, les fixes et les portables, et les liaisons internet, récoltent des informations pour faire pression sur les personnes, chantage et extorsions. [...]
Le père d'un étudiant indien tué dans le nord-ouest de l'Angleterre a appris la mort de son fils sur le réseau social Facebook, a reconnula police britannique, qui a présenté ses excuses pour ne pas avoir informé plus tôt la famille du jeune homme. Anuj Bidve, un étudient en électronique à l'université britannique de Lancaster (nord-ouest), a été tué par balle lundi dans la rue à Salford, près de Manchester. Un responsable de la police, Dawn Copley, a reconnu vendredi que le père de la victime avait appris la nouvelle sur Facebook. "Ce n'est pas la façon dont une personne devrait apprendre une nouvelle aussi terrible, et nous comprenons que la famille soit en colère", a-t-elle déclaré. Facebook: il apprend la mort de son fils Facebook: il apprend la mort de son fils
Réseaux sociaux. Les ados inventent de nouveaux rites face à la mort - France Réseaux sociaux. Les ados inventent de nouveaux rites face à la mort - France / Béatrice Pellan / > Meurtre d'Agnès. Un nouvel arsenal contre la récidive "Agnès, tu pouvais être ma soeur, ma nièce ou ma fille ! Tout mon soutien du fond de mon coeur à toute la famille ! Repose en paix !
L'appétit vorace de Facebook pour les données personnelles n'est un secret pour personne. Régulièrement, son estomac numérique gargouille auprès de ses membres pour réclamer son dû. «Donnez-moi votre numéro de mobile, que je puisse renvoyer votre mot de passe en cas d'oubli !» «Expliquez-moi vos opinions politiques, que je puisse mieux cibler mes publicités !» «Dites-moi ce que vous lisez, ce que vous écoutez, ce que vous regardez, ce que vous cuisinez, que vos amis puissent en profiter !»

Facebook : la mémoire cachée

ARTICLES PRESSE MORT ET INTERNET

Deux collectifs de hackers ont lancé une nouvelle opération contre les sites gouvernementaux syriens. Ils ont remplacé le contenu des sites officiels par une carte des opposants tués depuis le début de la révolte contre la dictature de Bacher el-Assad. Les silhouettes des martyrs sont revenues hanter les grandes villes syriennes. Sur le site Internet de Damas, Homs, Alep ou encore Lattaquié, elles ont surgi dans la nuit, rouges sur un fond blanc. Des milliers de corps rouges épousent la forme géographique de la Syrie, en proie à une violente répression depuis mars dernier. Dans la nuit du 24 au 25 septembre, les collectifs de hackers Anonymous et RevoluSec sont ainsi passés à l’action. Les cadavres syriens attaquent
Des cérémonies funéraires retransmises en direct sur Facebook - Insolite : Ladépêche.fr
Les cimetières virtuels rencontrent un large succès Une semaine après son lancement dans le cadre de DEMO, le salon des technologies émergentes de la Silicon Valley, I-tomb.net, le « Cimetière Virtuel Mondial », et.I-memorial.com , « Bâtir son Immortalité », semblent rencontrer un écho favorable dans les médias et auprès du public. Créer la Tombe Virtuelle, l ’I-Tomb d’un proche disparu au sein du Cimetière Virtuel Mondial, c’est permettre à sa mémoire de perdurer au-delà des générations et au plus grand nombre de la perpétuer. i-tomb.net est conçu pour pouvoir bâtir le mémorial du défunt en publiant textes, photos et vidéos.
L’intelligence artificielles et la mort des médias sociaux | Prédiffusion | Réseaux sociaux - Communautés
Interview Twitter : Fadhila Brahimi de blogpersonalbranding.com
Microsoft Apologizes for Amy Winehouse Tweet
Thanatopraxie urbaine : y a-t-il une ville après la mort ?