background preloader

Jeunesse et culture

Facebook Twitter

Parade pour célibataires au musée. Chez les animaux, séduire grâce à une grande queue est monnaie courante. Chez les hommes, ça marche parfois aussi, ou tout du moins le croient-ils. Quelques clichés vont être mis à mal par le drôle d’événement organisé au muséum-aquarium de Nancy : « une soirée distrayante et scientifique pour célibataires de 25 à 35 ans », donnée le 26 octobre. « Une partie de notre exposition actuelle, Parce queue, consacrée aux queues d’animaux, évoque la sélection sexuelle », raconte Lucile Guittienne, la conservatrice-adjointe du muséum-aquarium. De cette conjonction, tout à fait scientifique, est née l’initiative de proposer à des célibataires de se rencontrer autour de jeux tout à fait sérieux. « Il s’agit de se mettre dans la peau d’animaux et de comprendre le mécanisme de la parade, poursuit Lucile Guittienne.

Prenez le cas du paon. L’humain aurait changé cette vision : le gène n’aurait plus autant d’importance que la transmission d’idées liées à la culture. Au muséum-aquarium. Dispositif d’accès à la culture pour les - de 26 ans de la CTC : Pass-Cultura, le coup de pouce de la CTC pour tes sorties à prix mini ! Tu es lycéen ou âgé de moins de 26 ans ans et tu habites en Corse ? La Collectivité Territoriale de Corse lance le dispositif régional Pass Cultura et t’ouvre les portes de la culture !

Le chéquier Pass Cultura est gratuit et te permet de bénéficier de gratuités ou de réductions pour toutes tes sorties culturelles sur l’ensemble de la région. Le Pass-Cultura c’est quoi ? Le chéquier Pass Cultura est gratuit : il contient des entrées gratuités pour le Cinéma et de nombreuses réductions pour toutes tes sorties culturelles sur l’ensemble de la région. Plus d’informations sur www.passcultura.corse.fr ou en téléphonant au 0800 001 004 (appel gratuit depuis un poste fixe).

Historique du Pass Cultura. L'ObTIC: Ateliers et Séminaires. A l’occasion de la semaine « Open Data Week » (27 juin 2013), la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a organisé un atelier qui présentait les réalisations régionales et permettait à la communauté de la recherche SHS un retour sur les interactions SHS – ouverture des données publiques. Trois temps fort : A. En référence aux actions d'autres territoires, le séminaire était l’occasion de partager la politique publique régionale en matière d’ouverture des données publiques : le catalogue de données propres, le portail partenarial régional des données publiques (//opendata.regionpaca.fr) Intervenants Sophie Tendeiro, Chargée de mission Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, Service Innovation et Economie Numérique (SIEN)Olivier Ginez, Secrétariat général aux Affaires Régionales (SGAR) B.

Il s'agissait de voir comment les équipes de recherche se sont adaptées et recourent aux données libérées. C. >> Présentation de l'atelier dans le cadre de l'opendata week-end >> Téléchargez le programme. Chronicle: Museums You Can Live In. » Comment attirer les jeunes adultes dans les musées. La clientèle des jeunes adultes représente un marché important pour les musées. Plus d’un Canadien sur cinq âgé de 18 à 35 ans effectue au moins une visite par année dans un tel établissement (PMB 2011). Une étude récente s’est penchée sur ce qui intéresse ces adultes et a démontré qu’un marché potentiel latent pourrait bien se développer grâce aux efforts innovants des institutions. Voici les résultats de cette étude et des exemples d’initiatives de musées qui pourraient interpeller particulièrement la clientèle des jeunes adultes. Le marché des 18 à 35 ans n’est pas simple à conquérir.

D’abord, il regroupe trois générations, soit les X, les Y et les C (lire aussi: Qui sont ces C?) , aux profils plutôt différents. Qu’est-ce qui les attire? Outre le thème de l’exposition, qui joue probablement le plus grand rôle dans l’intérêt suscité chez le visiteur potentiel, quelques caractéristiques complémentaires favorisent la venue des jeunes dans les musées, entre autres: Un marché latent? Les before. La toile des étudiants. La population étudiante fait peu parler d'elle, sauf lorsqu'elle descend dans la rue pour réclamer de meilleures conditions d'études ou pour manifester son inquiétude devant les incertitudes liées à l'insertion professionnelle. Le web se fait l'écho de ces préoccupations, et nous en aurons quelques nouvelles dans ce dossier. Mais nous avons surtout voulu insister cette semaine sur la vitalité et la créativité de la population étudiante.

Les étudiants sont sur le web comme des poissons dans l'eau, notamment sur les réseaux sociaux. Cette population n'est homogène qu'en apparence. Il existe bien un web étudiant, dans lequel on trouve beaucoup de bonnes adresses, de nombreux espaces de partage et de solidarité, et une bonne dose d'humour. Illustration : Fibonacci Blue / CC BY 2.0 Les étudiants sont-ils des consommateurs de formation ? Un vernissage avec DJ pour attirer le public étudiant. Deux étudiants de l'ISTC ont concocté un vernissage spécial, le 14 avril, de l'expo Wölfli : un DJ animera la soirée et six bars seront disséminés dans le musée, pour attirer davantage un public étudiant. ISABELLE DUPONT > isabelle.dupont@nordeclair.fr Depuis sa réouverture en septembre dernier, le succès du LaM ne se dément pas. Pourtant, le musée peine encore à attirer en masse le public étudiant.

Pas facile pour un musée excentré qui compte certes un arrêt de bus à ses portes, mais point de métro. Alors pour cette expo majeure sur Adolf Wölfli (lire en page 22), le musée a décidé de mettre le paquet. Et a fait appel à deux étudiants de l'ISTC (Institut des stratégies et techniques de communication), Florian Rousies et Allison Demollien. « Chaque semestre, nous sommes chargés de l'organisation d'un projet, raconte Florian Rousies, 19 ans. La soirée débutera donc à 19 h et sera gratuite. Nord Éclair. Soirées étudiants au Musée d'Orsay - Expos. L'Opéra de Montréal se relève | Isabelle Massé | Marketing et publicité. Le moment est opportun, car l'Opéra de Montréal se relève. De 2006 à 2012, l'institution a été en mode survie. Pas qu'elle n'intéressait plus. Mais un déficit de 2,2 millions de dollars sur un budget annuel de 7 millions freinait ses élans artistiques et marketing.

«On fermait ou on faisait un plan de redressement radical, explique Pierre Vachon, directeur, communications, projets spéciaux et éducation de l'Opéra de Montréal. Cela dit, l'Opéra de Montréal a tenu solidement les rênes pendant les années difficiles. Maintenant, retour à la case départ: les saisons comptent désormais cinq productions. L'Opéra de Montréal est à la croisée des chemins. Dès son entrée en poste, celui-ci a analysé la base de données des abonnés, acheteurs de billets uniques et gens intéressés par l'opéra.

L'Opéra de Montréal a longtemps compté sur le marketing transactionnel et ponctuel. Le 26 décembre dernier, par exemple, l'Opéra de Montréal a fait une offre sur le site d'offres groupées LeRenard.ca. M. Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (Injep) Jeunes-fracture-numérique.pdf (Objet application/pdf) Passeurs de culture | Pratiques artistiques amateur, culture et social. Ressources jeunesse. Qu'entend on par autonomie des jeunes ? Mis en ligne le lundi 1er mars 2010. Elsa RAMOS, Sociologue, Maître de conférence à l’Université Paris Descartes est intervenue lors du 9e Neujpro (rencontre des élus et professionnels de jeunesse) en octobre 2010 à Vichy sur le thème : qu’entend-on par autonomie des jeunes.

Extrait : « Il nous faut là distinguer deux notions, celle d’indépendance et celle d’autonomie. L’indépendance se définit à partir de catégories objectives : c’est un état dans lequel se trouve l’individu, lorsqu’il dispose de ressources suffisantes pour gérer sa vie sans le soutien financier, matériel, parental. D’une certaine façon, c’est une définition statutaire, que le jeune acquiert : être indépendant de ses parents, avoir un travail, avoir une famille.

L’indépendance apparaît fortement comme synonyme de l’émancipation de la maison parentale. Etre dépendant ne signifie pas nécessairement ne pas être autonome et ne pas être adulte. Lire le texte de l’intervention (sur le site www.allier.fr) : A lire aussi : Portrait social d'une jeunesse en mutation. Mis en ligne le vendredi 27 novembre 2009. Introduction de l’ouvrage "Regard sur… les jeunes en France" dirigé par Bernard Roudet qui présente dans ce texte l’ensemble de l’ouvrage paru pendant l’été 2009. Qui sont les jeunes Français ? Comment évoluent leurs comportements ? Quels changements sociaux vivent-ils ? Par les réponses qu’il propose, le livre dresse un portrait social des jeunes en France. extrait du texte : « Les contributions réunies dans cet ouvrage mettent en évidence les tendances d’évolution que connaissent les modes de vie et les comportements juvéniles, invitant à une meilleure connaissance des jeunes, mais aussi, plus largement, à une meilleure appréhension de la société française au sein de laquelle s’inscrivent les nouvelles générations.

Ce panorama se place donc sous le signe des mutations sociales et interroge, souvent dans une perspective diachronique, les influences réciproques qui se tissent entre jeunes et société. Télécharger l’introduction de Bernard Roudet : "18-25 ans : portrait d'une génération" Mis en ligne le mercredi 10 janvier 2007. Le quotidien Ouest France a publié du 7 au 15 décembre 2006, une série de 8 volets intitulée "18-25 ans : portrait d’une génération" Ces articles abordent des thèmes d’actualité concernant la jeunesse avec notamment des contributions de sociologues de la jeunesse. Les thèmes abordés : jeunes et politique, cultures plurielles individualisation et "vivre ensemble" mobilité en mileu rural, inégalités générationnelles précarité etc. Extraits : « La jeunesse n’existe pas. Parmi les contributions, celle du sociologue Olivier Galland qui estime que les jeunes "passent presque tous par la case précarité".

Le sociologue Francis Jauréguiberry analyse les relations entre jeunes et nouvelles technologies « Dès l’adolescence, elles deviennent de véritables signes de reconnaissance de la tribu. Le sociologue Jean Viard insiste sur le peu de réflexion au sujet de la mobilité des jeunes du milieu rural : « (...) A cette question, le sociologue Erwan Le Coeur répond. France, que fais-tu de ta jeunesse ? Le 92 supprime la gratuité du musée de l’Ile-de-France. Accueil > Infos pratiques > Des initiatives tarifaires Bernard Hasquenoph | Louvre pour tous | 27/01/2011 | 15:44 | En renonçant aux 5 ans de gratuité de ce musée peu fréquenté, le conseil général des Hauts-de-Seine risque de le rendre encore plus confidentiel.

Raison invoquée : les visiteurs y entraient surtout pour ses toilettes ! Le conseil général des Hauts-de-Seine : « On cherche à harmoniser nos tarifs. Et à protéger notre patrimoine. Le public pique-niquait dans les jardins du musée Albert-Kahn et visitait surtout les toilettes du château de Sceaux. »Christophe Girard, adjoint Culture à Paris : « Les Hauts-de-Seine s’engagent dans un autre siècle. » in 20MN | 02.02.11 Rajouté le 01.02.11 : Le Conseil général des Hauts-de-Seine a indiqué au Parisien dans un article reprenant l’essentiel de nos infos, sans pour autant nous citer que, « »Le château de Sceaux était devenu un lieu de passage pour des raisons inappropriées« . Détail du plan du domaine de Sceaux ©DR. Pasquier2.pdf (Objet application/pdf)