Islande

Facebook Twitter

Deux tiers des Islandais seraient favorables à la Constitution des "gens ordinaires" Les deux tiers des Islandais ont soutenu les propositions faites par un comité de citoyens en vue de rédiger une nouvelle Constitution, selon les résultats préliminaires du référendum consultatif organisé samedi 20 octobre à ce sujet, un exercice de démocratie directe sans précédent.

Deux tiers des Islandais seraient favorables à la Constitution des "gens ordinaires"

Ces résultats provisoires diffusés dimanche par la chaîne de télévision publique RUV reposent sur le dépouillement des bulletins de vote dans la moitié des circonscriptions. La participation était évaluée à moins de 50 %, soit beaucoup moins que celle de 72,9 % enregistrée l'année dernière au référendum sur la compensation à offrir aux Britanniques et aux Néerlandais victimes de la faillite en 2008 de la banque Icesave. Les Islandais se prononcent sur une nouvelle Constitution écrite par "des gens ordinaires" Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Charlotte Chabas En Islande, les résultats décevants de l'équipe de football nationale déclenchent décidément bien plus de passions que les élections.

Les Islandais se prononcent sur une nouvelle Constitution écrite par "des gens ordinaires"

Avec peu d'enthousiasme, les quelque 320 000 habitants de cette petite île perdue au milieu des eaux froides de l'Atlantique Nord avaient réélu en juin leur président, Olafur Ragnar Grimsson. Cette fois, c'est dans une indifférence générale qu'ils doivent se prononcer, samedi 20 octobre, sur une nouvelle Constitution. Le scrutin est pourtant historique, dans cette petite démocratie parlementaire où la loi fondamentale, adoptée à la hâte en 1944 après l'indépendance de l'île, reste calquée sur celle du Danemark. Le nouveau texte proposé au référendum est d'autant plus novateur qu'il a été rédigé par un groupe de vingt-cinq "gens ordinaires", représentants de la société civile, directement élus en 2010 par et parmi le peuple. Un obstacle qui se double pour Ragnhildur Helgadottir d'une limite pragmatique. Islande. Silence radio sur l'Islande ! - JournArles. En Islande, le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet, les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu’elles avaient contractée auprès de banques de Grande Bretagne et de Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière une assemblée populaire vient d’être créée pour réécrire la Constitution.

Silence radio sur l'Islande ! - JournArles

Et tout cela, pacifiquement. Toute une révolution contre le pouvoir qui a conduit à cette crise. Voilà pourquoi rien n’a été publié pendant deux ans. Que se passerait-il si les citoyens européens en prenaient exemple ? 2008 : La principale banque du pays est nationalisée. 2009 : Les protestations citoyennes contre le Parlement font que des élections anticipées sont convoquées et qu’elles provoquent la démission du Premier Ministre et, en bloc, de tout le gouvernement. 2010 : le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum.

Sans nouvelles d’Islande : pourquoi ? Dimanche 22 avril 2012 7 22 /04 /Avr /2012 13:41 Sans nouvelles d’Islande : pourquoi ?

Sans nouvelles d’Islande : pourquoi ?

Si quelqu’un croit qu’il n’y a pas de censure actuellement, qu’il nous dise pourquoi on a tout su au sujet de ce qui se passe en Egypte, en Syrie ou en Libye, et pourquoi les journaux n’ont absolument rien dit sur ce qui se passe en Islande ? En Islande, - le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet, - les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette contractée par ces dernières auprès de banques de Grande Bretagne et de Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière ; L'Islande a-t-elle fait sa révolution ? C'est l'histoire d'une révolution pacifique, anticapitaliste et démocratique, que nos médias tairaient pour ne pas s'attirer d'ennuis.

L'Islande a-t-elle fait sa révolution ?

Un peu trop beau pour être vrai, me direz-vous ? Certes, mais pas complètement faux non plus. C'est le site Mediapart, en fait le blog de l'un de ses abonnés, qui a lancé ce (petit) pavé dans la mare médiatique française lundi dernier, avec un article évoquant la prise du pouvoir par le peule islandais... Celui-ci aurait ainsi "chassé la droite au pouvoir en assiégeant pacifiquement le palais présidentiel", puis la "gauche libérale parce qu'elle entendait mener la même politique que la droite", avant d'"imposer un référendum pour déterminer s'il fallait rembourser les banques"...

Référendum où le "non" l'a emporté à hauteur de 93%. Note Rappelons d'abord que l'Islande, qui compte à peine plus de 300 000 habitants, se trouvait au deuxième rang du classement mondial de l'indice de développement humain, juste derrière la Norvège, en 2006. Et le Web islandais inventa la Constitution participative... - INTERNET. What if our Constitution were created on Facebook? Icelanders turn in first draft of crowdsourced constitution. Councillors from Iceland have turned in the first draft of a crowd-sourced constitution, which used hundreds of contributions from the internet to construct the country's new governing document.

Icelanders turn in first draft of crowdsourced constitution

Iceland has been using the same old Danish constitution ever since it gained independence from Denmark in 1944. A thorough review has been on the cards since then, but the recent economic crisis -- as the country's main banks collapsed and protests toppled the government -- spurred more immediate action. The government turned to the web for ideas, especially since Iceland has one of the most fierce internet deployment rates in the entire world. The north European country is, in fact, the world leader in internet penetration as 94 percent of its 320,000 population is online. Throughout 2011, a 25-member council reached out to citizens on its government websites, social media sites like Facebook and Twitter, video-sharing hub YouTube and photo database Flickr.

Reportage sur la situation de l'Islande. Urgent, à diffuser, en parler, c'est le moment ou jamais.flv.