background preloader

Sciences et histoire

Facebook Twitter

Culture de la Chine : Histoire des Sciences et des Techniques chinoises. Contrairement à l’Occident qui considère que sciences et philosophies ne font pas bon ménage, la Chine conçoit ces deux pôles de la pensée comme complémentaires l’un à l’autre.

Culture de la Chine : Histoire des Sciences et des Techniques chinoises

Ce séminaire nous rappelle quelques découvertes fabuleuses que nous devons au génie de la Chine et qui ont marqué l’histoire de l’humanité : le papier, l’imprimerie, la poudre à canon, la boussole, les horloges mécaniques, les forages de pétrole, la machine à vapeur, les allumettes… et même le parapluie et le delta-plane ! Cours ouvert à tous en 10 x 2 heures - organisé sur demande - minimum 10 personnes : Pour inscription contactez-nousFormatrice : Elisabeth Martens, biologiste (ULB), spécialisée en Médecine chinoise à l’Université de MTC de Nanjing (Chine), études en langue chinoise (1988-91) ; chargée de cours de sinologie et thérapeute en médecine chinoise Contenu des cours, voir la « Table des matières » du syllabus, ci-dessous. Histoire des mathématiques : mathématiques chinoises. L'astronomie chinoise ou les mathématiques provisoires. L’empereur Kangxi, le « Louis XIV chinois » (il régna de 1662 à 1723), en costume d’apparat, à la fin de sa vie.

L'astronomie chinoise ou les mathématiques provisoires

Ce costume évoque la richesse et le faste royal, mais il est aussi porteur d’un symbolisme lié à l’astronomie : le collier de l’empereur est constitué de 72 perles dont quatre symbolisent les solstices et les équinoxes tandis que les 68 autres représentent le nombre de périodes de cinq ou six jours en lesquelles l’année solaire se divise dans le calendrier luni-solaire chinois traditionnel. Dans ce numéro L'auteur Jean-Claude Martzloff est directeur de recherche au Centre de recherches sur la civilisation chinoise, au CNRS.

Du même auteur La plupart des grandes civilisations anciennes ont utilisé leurs connaissances en mathématiques pour établir des calendriers, pour prédire des phénomènes astronomiques, mais aussi pour expliquer le pourquoi et le comment de l'Univers. Les frontières n'étaient pas closes. La cosmologie en Chine Différences de confiance dans les mathématiques. Untitled Document. La Chine Les instruments astronomiques équatoriaux (XIIIe siècle ap.

Untitled Document

J. -C.) Le système équatorial Les observatoires modernes s'inspirent de la tradition chinoise : en effet, ils sont conçus selon le système équatorial, qui était déjà en vigueur en Chine en 2400 avant J. Les anciens Européens n'usèrent pas de ce système qui nous semble aujourd'hui simple et évident. La sphère armillaire Pour faire tout cela, ils avaient besoin d'instruments. Un modèle de sphère armillaire, dans le parc du Musée de l'astronomie.

Planisphère céleste chinois... / par M. de Guignes, fils. Planisphère céleste chinois... avec le catalogue... des étoiles et la suite de toutes les comètes observées à la Chine, depuis l'an 613 avant J.-C. jusqu'à l'an 1222 de l'ère chrétienne,... par M. Deguignes le fils... Aller au contenu.

Planisphère céleste chinois... avec le catalogue... des étoiles et la suite de toutes les comètes observées à la Chine, depuis l'an 613 avant J.-C. jusqu'à l'an 1222 de l'ère chrétienne,... par M. Deguignes le fils...

Sciences et arts. Ce corpus présente un large ensemble de documents numérisés qui témoignent des relations entre la Chine et la France depuis le Moyen Age jusqu’à l’entre-deux-guerres.

Sciences et arts

La France s’est intéressée très tôt aux études chinoises et la Bibliothèque nationale a accompagné leur développement dès les premiers voyages des jésuites, au XVIIe siècle. Des noms illustres comme ceux de Nicolas Trigault, Joachim Bouvet, Jean-Baptiste Du Halde, Jean-Pierre Abel-Rémusat, Stanislas Julien, Edouard Chavannes ou Paul Pelliot sont devenus des références incontournables et expliquent que la BnF possède l’une des collections sinologiques les plus riches au monde. Inventions chinoises. Quelques grandes inventions chinoises.

Inventions chinoises

Le papier, l'imprimerie Les premiers papiers faits de fibres de chanvre datent d'environ 50 av J-C. Cai Lun, considéré à tort comme le créateur du papier, a, en fait, contribué à son usage dans l'Empire sur le plan officiel à partir de 105 ap J-C. Le plus ancien livre imprimé que l'on ait découvert date de 868 ap J-C, et est un ouvrage bouddhique appelé "le sûtra du diamant", provenant de DunHang et conservé au british museum. Il est donc apparu 6 siècles avant la Bible de Gutenberg. Un site utilisant Numedu. 081712fo. J'explore la Chine- Les Grandes Inventions. Inventeur de la boussole. La boussole, cet objet qui permet d’indiquer le nord grâce à l’utilisation d’un aimant, n’aurait pas été inventé pour la navigation.

Inventeur de la boussole

Cette utilisation est pourtant l’utilisation première de la boussole et celle qui l’a rendu indispensable. Histoire de la boussole : Même si les européens en revendiquent pour certains l’invention, ce sont les chinois qui ont inventé la boussole entre le 3ème et le 1er siècle avant Jésus Christ. D’après les écrits relatifs à cette invention, ce serait Hoang-ti vers 2700 ans avant J.C. Cependant dans d’autres livres, l’invention aurait eu lieu vers 1100 av J.C. et Tcheou-kong en serait le responsable.

Ce qui est intéressant est qu’elle aurait été inventé pour harmoniser l’énergie environnementales, d’après les principes du Feng Shui. Inventions chinoises : Chine. Alchimie L'alchimie était un art spécial de la superstition pratiqué dans la Chine ancienne, connue également sous la "touche en or".

Inventions chinoises : Chine

L'idée de base de... Applications de la poudre. Sciences et techniques - CHINOISE. Sciences et techniques - CHINOISE, Techniques. La science, qui a pour objet le savoir, et la technique, tournée vers les applications concrètes, s'appuient fréquemment l'une sur l'autre.

Sciences et techniques - CHINOISE, Techniques

Dans le monde chinois, ces deux domaines complémentaires ont toujours été remarquablement solidaires, mais ce pourrait être une erreur d'interpréter ce fait comme une donnée proprement chinoise. L'Occident et la Chine n'ont pas connu des modes de développement concomitants, et c'est pourquoi certaines techniques sont apparues chez l'un ou l'autre avec de grands décalages dans le temps.

Bien plus que d'« avances » ou de « retards », ces décalages témoignent de l'originalité des civilisations, et il est naturel qu'il y ait eu des échanges : l'Occident médiéval n'a pu connaître certaines techniques essentielles que grâce à l'apport chinois. L'invention du papier, que la tradition attribue à l'eunuque Cai Lun, au début du iie siècle de notre ère, est en fait le résultat d'un long processus amorcé deux siècles plus tôt.