background preloader

Greffe

Facebook Twitter

Initiation à la multiplication par greffage. On multiplie par greffage toutes les plantes que l’on ne peut obtenir facilement par une méthode plus simple.

Initiation à la multiplication par greffage

Le greffage peut aussi permettre l’obtention de formes inattendues comme les cristallisations des cactus ou de certaines plantes à port étalé. La greffe en incrustation. La greffe en incrustation présente l’avantage de ne pas laisser de vide entre le sujet et le greffon.

La greffe en incrustation

La technique consiste à incruster le greffon dans une fente triangulaire ménagée dans le porte-greffe. Cette méthode est très avantageuse sur les arbres fruitiers à noyau notamment, car elle évite les risques d’écoulement de gomme par les parties mal cicatrisées de la plaie. En revanche, elle est beaucoup plus délicate à réussir sur le plan pratique. Un bon coup de main est nécessaire, en effet, pour effectuer des coupes en forme de coin qui coïncident bien. La greffe en couronne. La greffe en couronne est surtout employée pour surgreffer une plante peu productrice, ou pour rattraper une branche principale cassée, par exemple.

La greffe en couronne

Elle s’exerce plutôt sur des sujets d’âge avancé. Cette greffe terminale, qui s’effectue en avril-mai, peut être pratiquée sur un grand nombre d’espèces. Néanmoins, elle concerne surtout les arbres fruitiers à pépins, les agrumes et certains arbres d’ornement. Les arbres fruitiers à noyau ne s’y prêtent pas, car les écoulements de gomme seraient trop abondants et nuiraient non seulement à la reprise, mais aussi à la santé de l’arbre. Ce type de greffe se pratique sans problème sur des branches de 5 à 20 cm de diamètre. Si l’on désire surgreffer complètement un arbre, il convient de rabattre toutes les branches charpentières jusqu’à ce qu’elles présentent un diamètre de 10 cm environ et greffer chacune d’elles. La greffe en fente. Il s’agit d’une greffe terminale, c’est à dire qu’elle se pratique à l’extrémité d’un rameau après avoir rabattu le porte-greffe à l’endroit souhaité pour l’assemblage.

La greffe en fente

La greffe en fente s’effectue en avril-mai, voire en août-septembre, pour les arbres à fruits à noyau. Sont greffées en fente les plantes dont l’écusson n’a pas repris. Dans ce cas, on laisse le porte-greffe se développer pendant un an pour qu’il soit suffisamment étoffé. Les sujets qui reçoivent une greffe en fente doivent mesurer entre 2 et 3 cm de diamètre. Les greffes en fente sont très pratiquées sur les arbres fruitiers haute-tige pour lesquels on greffe d’abord en écusson un intermédiaire destiné à former un tronc bien droit.

La méthode Le planning des greffes en fente doit être soigneusement préparé. Une quinzaine de jours avant la date présumée de la greffe, le porte-greffe est rabattu au sécateur à hauteur voulue. Un crayon sert de petit coin de bois Protection et perchoir pour les oiseaux. La greffe en écusson. C’est en théorie la technique la plus simple ; elle provoque en effet une toute petite plaie, susceptible de se cicatriser rapidement.

La greffe en écusson

La greffe en écusson peut s’opérer au printemps au moment de la montée en sève. Elle est alors dite "à oeil poussant", car le greffon se développe en même temps que se produit la soudure. L’écussonnage à œil poussant est surtout pratiqué dans le sud de la France, sur les rosiers et les agrumes, par exemple. Ailleurs, et pour la plupart des arbres fruitiers, on préfère la greffe en écusson "à œil dormant" que l’on effectue entre juillet et septembre.

Dans ce dernier cas, le greffon reste inerte pendant toute la durée de l’automne et de l’hiver, et ne se développe qu’au printemps suivant, ce qui assure une très forte soudure. Le greffage en placage. Le greffage en placage, consistant à appliquer deux rameaux l’un contre l’autre, est très utilisé pour les conifères d’ornement et certaines variétés d’arbres et d’arbustes.

Le greffage en placage

Cette technique est praticable tout a long de la saison de végétation. Cette greffe permet de multiplier certaines jeunes plantes, mais aussi de reconstituer une branche charpentière cassée, dans le cas d’un arbre fruitier à noyau par exemple. La méthode Elle consiste à présenter au porte-greffe un greffon assez souple pour pouvoir entre en contact avec la branche à greffer. Cette technique est dite "greffe-marcotte", car le greffon n’est pas coupé de sa plante mère tant que la soudure n’est pas effective. On peut planter un greffon à proximité de la plante porte-greffe, ou bien utiliser une jeune plante en pot qui sera maintenue en place à l’aide d’un support par exemple. Par ailleurs, l’écorce sera décollée sur 3 à 5 cm de long, en creusant assez peu le rameau avec le greffoir. Le greffage de côté sous écorce. Le greffage de côté sous écorce est la méthode la plus utilisée pour greffer les variétés de conifères à feuillage coloré.

Le greffage de côté sous écorce

La technique n’est pas compliquée et demande simplement de la minutie, car on travaille avec des sujets très jeunes aux rameaux épais, donc fragiles. On utilise des porte-greffes en pots, provenant d’un semis de deux ans maximum. La greffe a lieu en pied et sous abri, de préférence en avril-mai ou en septembre, bien qu’elle puisse réussir tout au long de l’année. La greffe anglaise. La greffe anglaise, couramment utilisée pour la vigne et certaines espèces d’arbustes d’ornement, est assez délicate.

La greffe anglaise

Pour les vignes, on utilise "Vitis riparia" afin d’éviter les attaques de phylloxéra. Contrairement aux autres greffes, les porte-greffes utilisés ne sont pas enracinés, d’où l’appellation de greffe-bouture. Pour la vigne, on fait les greffes au courant de l’hiver, en janvier, sous abri chauffé de préférence. Astuces en jardinage [1er-jardin.com]