background preloader

Matteopoirel

Facebook Twitter

Volet social. La nouvelle politique santé et sécurité du Groupe, adoptée en avril 2018, définit un cadre de cohérence commun dans lequel viennent s’inscrire les politiques des différentes filiales du Groupe ainsi que leurs plans d’action.

Volet social

Cette politique Groupe s’applique à toutes les sociétés contrôlées par le groupe EDF, dans tous les pays où EDF opère, et concerne ses salariés comme ceux de ses sous-traitants intervenant sur ses installations et dans ses locaux. La nouvelle politique santé et sécurité du Groupe s’appuie sur un engagement signé par le Président et tous les membres du Comité exécutif. Cet engagement s’accompagne d’une feuille de route qui mobilise les entités du Groupe vers l’atteinte des objectifs fixés. La thématique santé et sécurité fait partie intégrante de l’objectif de responsabilité d’entreprise no 2 par lequel le Groupe s’engage à intégrer les meilleures pratiques des groupes industriels en matière de développement humain. Travailler chez EDF SA. Centrale nucléaire du Bugey. Présentation[modifier | modifier le code] Environ 1 800 personnes travaillent sur le site, dont 425 salariés d'entreprises prestataires[2].

Centrale nucléaire du Bugey

Quatre réacteurs de la filière des réacteurs à eau pressurisée (REP) fonctionnent à une puissance nominale unitaire d'environ 900 mégawatts électriques. Les réacteurs sont refroidis par l'eau du Rhône : directement en ce qui concerne les unités nos 2 et 3 (puissance unitaire de 925 MW), alors que les unités nos 4 et 5 (puissance unitaire de 905 MW) sont chacune refroidies par 2 tours aéroréfrigérantes de 128 mètres de hauteur. La centrale est certifiée ISO 14001 (environnement) depuis 2003, OHSAS 18001 (hygiène et sécurité) depuis 2005 et ISO 9001 (qualité) depuis 2008[3].

Cette production représente environ 40 % de la consommation électrique en région Rhône-Alpes. La première unité no 1, de filière UNGG, (uranium naturel graphite gaz) est arrêtée depuis 1994 et est en cours de démantèlement. TSN Bugey 2014 vdef. Avant même d’entrer, rappel des règles de sécurité et de sûreté. Radioprotection et sécurité des salariés : une priorité. Formations et habilitations obligatoires pour les salariés intervenants en centrale nucléaire. Les formations et habilitations obligatoires Le nucléaire En complément des formations aux postes de travail, les salariés du nucléaire sont soumis à un dispositif de formations et habilitations spécifiques portant sur la sûreté nucléaire, l’assurance qualité, la sécurité conventionnelle, la radioprotection et l’incendie.

Formations et habilitations obligatoires pour les salariés intervenants en centrale nucléaire

Ce dispositif de formation s’articule autour : d’une formation « Savoir commun du nucléaire » destinée à l’ensemble des intervenants travaillant sur l’outil de productiond’une formation spécifique à la radioprotection pour les salariés travaillant en zone contrôléeet une formation « Complément Sûreté Qualité » pour les salariés travaillant sur des éléments importants pour la sûreté.

La sûreté nucléaire. Pour s'assurer du fonctionnement des centrales nucléaires françaises dans les conditions optimales de sûreté, des dispositions sont prises à tous les niveaux.

La sûreté nucléaire

Santé et Sécurité pour les salariés d’EDF. Santé et Sécurité : la politique d’EDF La sécurité et la préservation de la santé de ses salarié-es et de toutes celles et tous ceux qui travaillent sur les sites EDF sont une priorité absolue. A ce titre, le Groupe s’est doté d’une politique santé-sécurité, autour d’une ambition : zéro accident et zéro impact sur la santé. Sécurité : quels contrôles pour les installations nucléaires ? La centrale nuléaire du Bugey est constituée de quatre réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 900 Mwe chacun.

Sécurité : quels contrôles pour les installations nucléaires ?

La centrale nucléaire du Bugey se détraque. Février 2005 Les résultats des inspections de l’autorité de contrôle sont accablants (La Tribune de Genève du 2 septembre 2004) Mise en service en 1978, la centrale nucléaire du Bugey, dans l’Ain (à 30 km de Lyon), atteint bientôt sa limite d’âge.

La centrale nucléaire du Bugey se détraque

De conception ancienne, elle ne répondrait plus aux critères de sécurité exigés aujourd’hui. C’est du moins ce qu’affirment les antinucléaires français. Visiblement, ils ne sont pas les seuls à le penser. EDF se fait régulièrement épingler Depuis quelques années, EDF se fait régulièrement épingler. Importante fuite détectée depuis novembre 2003 Le rapport de synthèse souligne l’existence « de défaillances occasionnelles et d’un manque de transparence ». Dégradation généralisée. Sécurité des installations. Centrale du Bugey : 5 millions de Français touchés en cas d'accident. La centrale nucléaire du Bugey, à Saint-Vulbas (Ain) en 2011 © Jean-Pierre Clatot / AFP L’institut biosphère de Genève a récemment publié une étude qui modélise la trajectoire et la dispersion des retombées radioactives en cas d'accident majeur dans les centrales nucléaires suisses et dans la centrale du Bugey dans l’Ain.

Centrale du Bugey : 5 millions de Français touchés en cas d'accident

À partir de ces informations, 365 scénarios de météo quotidienne ont été envisagés pour évaluer le nombre de personnes à évacuer et estimer les conséquences sanitaires. Selon l'étude la contamination radioactive toucherait 20 millions de personnes en Europe. Pour les élus régionaux du “rassemblement citoyen, écologiste et solidaire”, “si un incident survenait, jusqu'à 5 millions de français seraient exposés aux radiations tandis que 20 000 km2 de zones agricoles seraient contaminées”.

“Ne nous leurrons pas. Avec quatorze réacteurs installés en aval de Lyon, Rhône-Alpes-Auvergne est la région la plus nucléarisée de France.