background preloader

Genre amour sexe

Facebook Twitter

Le casse-tête de l'ambition féminine. Les États-Unis vivent une vraie histoire d’amour avec l’ambition. Le mythe national américain met en scène un rêveur qui part de rien et se retrouve propulsé au pinacle de la prospérité à la seule force de son courage et de sa présence d’esprit. Ces derniers temps c’est l’ambition féminine, ou en tout cas le concept, qui a tout particulièrement le vent en poupe. Nous parlons d'un pays où les auteurs de best-sellers et les dirigeants d’entreprises de hautes technologies encouragent les femmes à demander des augmentations, éventuellement après avoir pris des poses singeant la confiance en soi dans les toilettes du bureau en beuglant «JE SUIS VAIANA» ou «Libérééééée, délivréééééée». (Nous parlons aussi d'un pays de femmes pauvres ou au chômage qui n’ont jamais lu En avant toutes, n’ont jamais regardé de conférence TED ni vu La reine des neiges, mais on y reviendra).

«Fuck ambition» J’étais simultanément un spectacle et un imposteur. Les problèmes structurels face à l'ambition féminine. Territoires intimes (4/4) : "Quand coucher n’est pas tromper - Les nouvelles ... Un documentaire d'Andrada Noaghiu et Anna Szmuc A chaque couple sa conception de la fidélité. Pour certains, un regard suffit à trahir, pour d’autres « tromper » n’est plus le mot, mais juste « revendiquer le droit d’exister en dehors de l’autre ».

Dans ce documentaire, la parole est donnée à ces couples dits « ouverts » qui revendiquent une fidélité de cœur, de famille, de projet de vie, mais sans exclusivité sexuelle ou affective. L’éventail est large : des libertins qui ne se quittent pas des yeux, des polyamoureux qui communiquent sans cesse, des amoureux libres qui se donnent le droit à l’adultère… A chacun ses concepts, ses mots, son histoire. Et avec, les doutes, les tâtonnements, les chemins sinueux et subtils de la lente construction du rapport à l’autre et de la quête de justesse chez ceux qui remettent en cause la base du couple traditionnel.Contrairement aux idées reçues, ils sont plutôt rares. Et même de plus en plus. L’amour : réalités plurielles et illusions multiples. Certains philosophes semblent avoir retrouvé les vertus de l’amour et se concurrencent pour le glorifier. Ce discours édifiant nous empêche de voir que l’amour est parfaitement concevable en dehors de tout asservissement à l’idée du couple fidèle, obstiné, durable.

Écouter L’amour : réalités plurielles et illusions multiples Sous l’influence des moralistes du XVIIe siècle, des naturalistes et des féministes, la philosophie de l’amour était devenue une sorte d’école du scepticisme. Disséquer philosophiquement l’amour revenait à dévoiler son enracinement dans la vanité humaine, son caractère de "ruse de la nature" et son rôle majeur dans l’assujettissement des femmes.

Depuis quelques temps, ce scepticisme est passé de mode. Une conférence enregistrée en mars 2015. On a retrouvé l'étude citée par Virginie Despentes sur les filles, les garçon... Vous avez peut-être lu la formidable interview de Virginie Despentes publiée ce week-end dans "le Monde". Elle y parle de son parcours, de ses débuts d'auteure, mais aussi de la féminité, sur laquelle elle dit : "Je savais que ça ne tombe pas du ciel comme le Saint-Esprit et que c'est une construction. " Vient ensuite ce passage, que l'on va citer entièrement : "Une étude publiée il y a cinq ans l’exprimait parfaitement.

On faisait passer à des petits garçons et des petites filles de 5-6 ans un faux casting pour une pub de yaourt. Eh bien c’est exactement cela la féminité : ne sois pas spontanée, pense à l’autre avant de penser à toi, avale et souris. Miam, du sel Notre lecture terminée, on a eu envie de retrouver cette "étude", sur les petites filles, les petits garçons et les yaourts salés. Merci, votre inscription a bien été prise en compte. Ce sur quoi on a mis la main n'est pas vraiment une étude mais une vidéo extraite d'une émission de télé espagnole, "El Hormiguero". Question de tact. Rad - [TROISIÈME GENRE] Fini le temps où il n'y avait que... Ce que l’hygiène sexuelle dit de notre société. L’obsession pour la détox intérieure renvoie à des aspirations très contemporaines. Comme le rappelle la chroniqueuse de La Matinale du « Monde », le pénis et la vulve se lavent, tout simplement, comme le reste du corps.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maïa Mazaurette C’était en 2015 : l’actrice Gwyneth Paltrow invitait sur son site personnel les lectrices à bénéficier d’un soin en spa bien spécial, consistant à s’asseoir sur un « mini-trône » libérant de la vapeur infrarouge (ne me demandez pas ce qu’est la vapeur infrarouge). L’intérêt ? Se nettoyer les parties génitales, depuis la vulve jusqu’à l’utérus. En attendant que nos vagins toxiques soient interdits à l’embarquement des aéroports, la vaporisation vaginale est toujours d’actualité. Alors d’accord : la moquerie est facile, mais cette obsession pour la détox intérieure dit quelque chose de nos aspirations très contemporaines.

Lire aussi : La pilule a permis d’éviter 200 000 cancers de l’utérus en 10 ans Argumentaire publicitaire. Changer de sexe sur sa carte d’identité ? – Mondes Sociaux. En France, « le mariage pour tous » a soulevé beaucoup de questions de société et a suscité l’indignation d’une partie de la population attachée à des valeurs traditionnelles. Mais il est un autre sujet qui fait toujours frissonner les conservateurs, c’est le changement de sexe dans l’état civil : passer de « bonjour Monsieur » à « bonjour Madame », de « bonjour Madame » à « bonjour Monsieur »… ou aucun des deux !

La juriste Taklith Boudjelti s’est penchée sur cette question dans son article « Le soi et le droit. Du changement d’état civil à la renaissance légale », publié dans la revue Terrain en octobre 2016. Bienvenue dans Avides de recherche ! L’état civil est un outil policier dont la fonction première est de conserver l’ordre public. Il référence les nom et prénoms, lieu et date de naissance, sexe et situation matrimoniale dans le but de pouvoir identifier les individus. Au nom de l’intérêt général, nous ne choisissons donc pas notre personnalité juridique… en théorie. Le clitoris - Animated Documentary (2016) Les Françaises et l'infidélité féminine à l'heure des sites de rencontre. A l'occasion du lancement de Daylov.com, l'Ifop a mené une grande enquête auprès des Françaises afin d'évaluer l'ampleur de l'infidélité féminine et, plus largement, les freins, les motivations et la disposition à l’adultère chez celles qui constituent le cœur de cible de ce nouveau site de rencontres extraconjugales.

Réalisée auprès d'un échantillon national représentatif de 3 406 Françaises (soit trois fois plus que pour une étude habituelle), cette enquête fournit des données fiables sur l’évolution et l’ampleur d’un phénomène longtemps tabou, l’infidélité féminine, qui fait encore l'objet d’un sentiment d’opprobre social plus fort que l’infidélité masculine. Parmi les nombreux enseignements de cette enquête, on relève notamment les réponses aux questions suivantes : 1. Combien de Françaises ont déjà été infidèles au moins une fois au cours de leur vie ?

2. Combien de femmes trompent leur partenaire actuellement ? 3. 4. 5. 6. 7. Pierre-Ange Carlotti : “Il y a un sentiment de perdition dans mes autoportraits” L’exposition “Bachelor”, qui se tient en ce moment dans le Haut Marais à Paris, interroge le rapport des individus au couple : une question qui taraude le photographe de 28 ans Pierre-Ange Carlotti, qui a connu des passions homosexuelles fougueuses mais jamais de relation stable. Avant de le rencontrer, une clope au bec, on s’attarde dans les deux salles noires de l’Ellia Art Gallery. Elles sont parsemées de ses photos de corps qui s’enlacent, de bouches qui s’embrassent, et de solitudes noyées dans l’ivresse, les plaisirs éphémères, et l’obscurité des clubs interlopes. Des clichés que l’artiste a pris ces trois dernières années avant de les regrouper il y a quelques mois, qui confirment son statut de jeune étoile de la photographie. Photographie issue de “Bachelor”. © Pierre-Ange Carlotti Les photos de “Bachelor” ont une dimension intime, dans la veine de ta première exposition “Bored and Naked”.

Tu as le sentiment de prolonger le travail que tu faisais déjà il y a trois ans ?