background preloader

Empire

Facebook Twitter

Rome, une ville née du Tibre. NÉRON. I. Maison Domitia. Les Calvini et les Ahenobarbi (1) Dans la maison Domitia, deux familles s'illustrèrent, celle des Calvini et celle des Ahenobarbi. Les Ahenobarbi doivent leur origine et leur surnom à L. II. . (1) Ainsi, en remontant un peu plus haut, nous dirons que son trisaïeul Cn. III. . (1) Il laissa un fils qui fut, sans contredit, le meilleur de tous les Domitii. (2) Enveloppé, quoique innocent, dans la loi Pédia contre les complices de la mort de César, il se retira auprès de Cassius et de Brutus dont il était le proche parent. IV. . (1) Son fils Domitius fut l'exécuteur testamentaire d'Auguste, aussi connu dans sa jeunesse par son habileté à conduire un char, qu'illustré dans la suite par les ornements du triomphe qui lui furent décernés après la guerre de Germanie. (2) Fier, prodigue et cruel, dans son édilité, il força le censeur Lucius Plancus à se ranger sur son passage.

V. VI. VII. VIII. Il avait dix-sept ans lorsqu'on annonça publiquement la mort de Claude. IX. X. XI. XII. Emp. romains - Néron, descendant d'Antoine et d'Auguste. Néron, descendant d'Antoine... (Tableau très simplifié) ... et d'Auguste (Tableau très simplifié) Les pouvoirs de l empereur romain. Après Néron, le christianisme est accusé d'être une « superstition déraisonnable et sans mesure » (supertitio prava et immodica) ou une « folie » (amentia) par Pline le Jeune, de « superstition pernicieuse » (exitiabilis superstitio) par Tacite.

Les chrétiens sont parfois traités de « race adonnée à une superstition nouvelle et coupable » (genus hominum superstitionis nouae ac maleficae) notamment par Suétone ; leur religion est qualifiée de « simple opposition » (κατὰ ψιλὴν παράταξιν) par Marc Aurèle. Un peu d’étymologie : Le mot « symbole » a un sens concret à l’origine : c’était une poterie brisée par des personnes qui signaient un accord mutuel de confiance, et qui se la partageaient en un nombre de tessons correspondant. Plus tard, tous les morceaux étaient rassemblés (συμμβάλλω, summballô : jeter ensemble) pour que les parties correspondent et pour que les emprunteurs remboursent leur dette à leur créancier, ce qui créait des liens de confiance, voire d’amitié. Il était une fois... l'homme - Pax Romana (extrait) Empereurs romains - néron (L. domitius claudius nero) Printemps : mort de Burrus… peut-être empoisonné par Néron, comme le sous-entendra cette mauvaise langue de Tacite (Annales, XIV, 51), mais plus probablement d'une mort naturelle.

Pour remplacer Burrus, l'empereur nomme Tigellin au poste de Préfet du Prétoire. Cependant, comme il se méfie de ce parvenu ambitieux, totalement dénué du moindre du scrupule (et qui, plus est, foncièrement dépourvu de toute sensibilité artistique), il réduit ses pouvoirs en désignant un second Préfet en la personne de Fænius Rufus. Également à l'époque de la mort de Burrus, le philosophe Sénèque s'éloigne peu à peu de la cour impériale. "La gloire n'est que vanité, l'argent n'est que boue, et la politique ne m'intéresse plus !

Je suis fatigué du remue-ménage de la cour et ma modestie souffre terriblement de la vénération que me voue l'empereur. Toujours au début de l'année, Néron se décide enfin à répudier son épouse Octavie. Ce mariage n'avait jamais signifié grand-chose aux yeux du Prince. Latin3e II01 Litterature et propagande augusteennebis. Néron, ce qu'en a fait l'histoire. Un monstre. "Je l'ai toujours regardé comme un monstre", écrit Racine dans la préface de Britannicus . Un monstre de dépravation, de cruauté, d'ébriété narcissique, incestueux, pyromane, empoisonneur, meurtrier de tout son entourage, et en somme le "fléau du genre humain". Depuis le temps où Néron, empereur romain, s'est donné la mort, après quatorze ans de règne, à l'âge de trente et un ans, en 68 après Jésus Christ, sa réputation posthume a pu paraître se fixer définitivement du côté de l’horreur absolue. Tacite et Suétone y ayant ardemment contribué. Et pourtant, si l'on parcourt les deux millénaires qui le séparent de nous, comme vient de le faire dans un livre original mon invité de ce matin, Donatien Grau , normalien et docteur en Sorbonne, on est saisi par une constatation inattendue : la surprenante diversité des avatars de son image posthume.

Programmation sonore : - Extrait de Britannicus , de Racine (1670) , avec Maria Casarès dans le rôle d’Agrippine, enregistré en 1965. Néron, le césar maltraité par l'histoire. Tacite est le premier à nous renseigner sur la vie de Néron. A noter que cet historien n'était pas né à la mort de Britannicus et n'avait que 9 ans au cours de l'incendie de Rome. Pour Tacite, le moindre geste de ce César ne peut être que sacrilège, malfaisant, criminel et le moindre mort dans l'Empire ne peut être attribué qu'à Néron. Malheureusement, aucun écrit le concernant, de Pline l'ancien qui était de son époque n'a survécu au temps. Les historiens postérieurs (sauf rares exceptions), Suétone et Dion Cassius viendront encore noircir le tableau de Tacite en attribuant à cet Empereur tous les vices, sans en apporter les preuves. L'enfant L'enfance de Néron n'eut rien de très heureuse, c'était un garçon timide, émotif, réservé qui intériorisait et avait du mal à prendre la parole.

Pourtant, par la suite, Néron deviendra, pour le peuple, pas pour la haute société, le plus populaire des Empereurs romains. Il n'est pas vraiment facile de diriger le monde à 17 ans. Mort de Britannicus. Néron (37 - 68) - Bien sous tous rapports... ou presque - Herodote.net. Néron (en latin Lucius Domitius Claudius Nero) est l'arrière-arrière-petit-fils de l'empereur Auguste par sa mère, Agrippine la Jeune, fille d'Agrippine l'Aînée et sœur de Caligula.

Son père étant mort quand il avait trois ans, sa mère, intrigante et ambitieuse, se remarie avec l'empereur Claude, successeur de Caligula. Elle manœuvre dès lors pour hisser son fils à la tête de l'empire romain, de préférence à Britannicus, né d'un premier mariage de Claude. Néron épouse Octavie, la fille de l'empereur, et se fait adopter par ce dernier. Comme l'empereur commence à regretter ses faveurs, Agrippine lui fait servir un plat de champignons empoisonnés et, sitôt après sa mort, le 13 octobre 54, obtient de la garde prétorienne qu'elle proclame son fils empereur.

Néron a alors 17 ans. Heureux début de règne Le jeune homme, assisté par son précepteur Sénèque et le préfet du prétoire Afranius Burrhus, se montre d'abord débonnaire, davantage intéressé par la poésie que par le pouvoir. Changement de ton. Néron. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Néron (latin : IMPERATOR NERO CLAVDIVS CAESAR AVGVSTVS GERMANICVS), né Lucius Domitius Ahenobarbus le 15 décembre 37 et mort le 9 juin 68, est le cinquième et dernier empereur romain de la dynastie julio-claudienne ; il régna de 54 à 68.

Bien que Sénèque ait été son précepteur, on se souvient de lui comme un despote cruel, notamment pour avoir assassiné sa mère Agrippine en 59, et pour ses persécutions arbitraires des chrétiens[1]. Il est célèbre pour avoir bâti la Domus Aurea, après l'incendie de Rome de juillet 64, et pour être un prince poète, chanteur et musicien, un grand organisateur de célébrations sportives et artistiques (les Neronia)[2]. Il est aussi un homme d'une ambition démesurée, ayant lutté de toutes ses forces contre l'immense conjuration politique dressée contre lui[3]. Certains historiens débattent de la folie, réelle ou mise en scène, de Néron[4]. Sources sur Néron[modifier | modifier le code] Néron. Dernier membre de la dynastie Julio-claudienne, fondée par Auguste, Néron a régné 14 ans, de 54 à 68 après J. -C. Origines et naissance Lucius Domitius Ahenobarbus naît à Antium dans le Latium (Anzio, à 60 km environ au Sud de Rome) le 15 décembre 37 dans une famille illustre, tant du côté de son père que de celui de sa mère.

Le père de Néron est membre de la gens Domitia, une très ancienne famille aristocratique qui faisait remonter ses origines à la fondation de Rome. Les Domitii portent le cognomen (surnom) d’Ahenobarbus, « à la barbe d’airain », la barbe rousse devenant une marque de famille à laquelle Néron ne faisait pas exception. Ils ont laissé dans la mémoire des Romains le souvenir d’hommes cruels, brutaux et non conventionnels. Le petit Lucius a été confié à des nourrices grecques et il semble que le Grec ait été son premier mode d’expression, ce qui pourrait expliquer son penchant pour l’hellénisme.

Enfance et adolescence La personnalité de Néron Néron empereur Un lustre bénéfique. §.