background preloader

Risques économiques

Facebook Twitter

Activision enjolive sa situation et celle du jeu vidéo. Michaël Sportouch, directeur de franchise chez Activision Europe, a peint, lundi sur Europe 1, un tableau très reluisant de l’industrie du jeu vidéo, et plus particulièrement de son entreprise.

Activision enjolive sa situation et celle du jeu vidéo

Interrogé, lundi 7 décembre dans la matinée au micro d’Europe 1, Michaël Sportouch, directeur de franchise chez Activision Europe, a peint un tableau très reluisant de l’industrie du jeu vidéo, et plus particulièrement de son entreprise. « Activision-Blizzard est l’éditeur mondial numéro 1 et gère les dix plus grandes marques de jeu » Pourquoi ce n’est pas tout à fait vrai M.

Sportouch n’a pas démenti la journaliste d’Europe 1 qui menait l’interview. Activision Blizzard crée une division produits grand public pour exploiter ses franchises - ZDNet. Activision Blizzard vient d’annoncer la création d’une nouvelle division “Consumer Products” qui sera chargée d’exploiter les franchises de ses jeux phares que sont notamment "Call of Duty", "Overwatch" et "World of Warcraft" à travers des gammes de produits dérivés et partenariats marketing divers.

Activision Blizzard crée une division produits grand public pour exploiter ses franchises - ZDNet

Cette nouvelle entité sera placée sous la direction de Tim Kilpin qui jouit d’une solide expérience dans ce domaine. Il était récemment en charge du marketing et des ventes à l’échelle mondiale pour Mattel où il a notamment supervisé le lancement de la gamme “Monster High et géré des marques comme Barbie et Hot Wheels. Auparavant, il fut vice-président exécutif de la gestion des franchises pour The Walt Disney Company. Dans son communiqué, Activision indique que les équipes des départements Consumer Products d'Activision Publishing, de Blizzard Entertainment et de King Digital seront intégrées à cette nouvelle division sous la houlette de Tim Kilpin. (Eureka Presse) Jeux vidéo : « La formule de l’E3 arrive à bout de souffle, il faut la réinventer complètement » Thomas Grellier, professeur associé à l’école de commerce Kedge et consultant auprès de l’industrie, explique les difficultés que traverse le plus grand Salon du jeu vidéo au monde.

Jeux vidéo : « La formule de l’E3 arrive à bout de souffle, il faut la réinventer complètement »

LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par William Audureau Thomas Grellier, ex-directeur marketing des éditeurs de jeux vidéo Midway puis Sega, est aujourd’hui professeur associé à l’école de commerce Kedge Business School (BS) et consultant pour l’industrie vidéoludique. Activision Blizzard licencie malgré un chiffre d’affaires record - Business. Jeux vidéo : Activision va produire des films inspirés de « Call of Duty » et « Skylander » ENS Cachan - Quand Activision achète 5 milliards d’euros de bonbons : un jeu sérieux. En novembre dernier, la société américaine Activision Blizzard a annoncé son souhait de racheter le créateur britannique de Candy Crush, King Entertainment, pour 5,4 milliards d’euros.

ENS Cachan - Quand Activision achète 5 milliards d’euros de bonbons : un jeu sérieux

Candy Crush. m01229/Flickr, CC BY Si le rachat est approuvé par les actionnaires et les autorités de la concurrence, Activision élargirait très sensiblement ses perspectives de ventes. En effet, alors que la firme est déjà bien installée sur le marché des jeux consoles (Call of Duty, Destiny, Skylanders), mais aussi celui des jeux ordinateurs (World of Warcraft, Starcraft, Diablo), elle s'attaque grâce à King au marché du mobile. Ce dernier segment était quasiment absent de son portefeuille d'activités (à l'exception de Hearthstone). Plus qu'à un nouveau marché, l'entreprise s'adresse à d'autres types de joueurs : les joueurs occasionnels.

Ce rachat au prix fort fait apparaître plusieurs questions sur la stratégie du groupe. Ensuite, il existe toujours un problème lié à l'incertitude de l'innovation. Activision - toute l'actualite economique et financiere sur cette entreprise. Les résultats d'Activision-Blizzard portés par "Call of Duty" et "Diablo" Pour le deuxième trimestre, le numéro un mondial des jeux vidéo a publié un bénéfice net en chute de 48 % mais supérieur aux attentes.

Les résultats d'Activision-Blizzard portés par "Call of Duty" et "Diablo"

Le numéro un mondial des jeux vidéo, Activision Blizzard, contrôlé par Vivendi, a publié, jeudi 2 août, un bénéfice net en chute de 48 % mais supérieur aux attentes pour le deuxième trimestre, à 185 millions de dollars (151,6 millions d'euros). Le groupe, encore porté par les ventes du huitième épisode de la série Call of Duty, a dégagé un chiffre d'affaires d'1,05 milliard de dollars (861 millions d'euros), largement au-delà des 835 millions de dollars (685 millions d'euros) qu'attendaient les analystes. Grâce à un accord signé avec le géant du Web chinois Tencent, Activision-Blizzard va d'ailleurs porter son jeu de guerre en Chine.

Malgré Call of Duty : Black Ops III, Activision boit la tasse. L'éditeur de jeux vidéo publie des résultats trimestriels en très nette baisse.

Malgré Call of Duty : Black Ops III, Activision boit la tasse

Certains titres, comme la série Call of Duty se vendent bien, mais Activision-Blizzard ne parvient pas à multiplier ce succès. Activision-Blizzard compte ses bonnes cartes. L'éditeur de jeux vidéo dispose d'une licence forte mais ses autres titres n'ont pas suffisamment rencontré leur public. Après avoir abordé un virage en direction du mobile, le groupe doit composer avec plusieurs éléments contradictoires. Call of Duty: Black Ops III représente la vitrine de l'éditeur (.pdf). Dans le lot des résultats décevants pour Activision, figurent des titres tels que Skylanders : SuperChargers ou Guitar Hero Live.

Si le trimestre est donc mauvais, le bilan annuel est toutefois meilleur. Un virage sur mobile tardif ? Activision Blizzard emprunte 1,5 milliard de dollars pour réorganiser ses dettes. Activision Blizzard a largement creusé sa dette suite au rachat de King l'an dernier.

Activision Blizzard emprunte 1,5 milliard de dollars pour réorganiser ses dettes

L'éditeur compte désormais souscrire à de nouveaux emprunts à bas taux, afin de se débarrasser d'autres aux conditions moins favorables. Avec King, Activision Blizzard n'en finit plus de battre des records. Comme d'habitude Bobby Kotick avait le sourire au moment de présenter les résultats trimestriels d'Activision Blizzard.

Avec King, Activision Blizzard n'en finit plus de battre des records

Le géant américain a finalisé l'acquisition de King, ce qui lui permet de signer un premier trimestre record, et meilleur que prévu.