background preloader

Autres références

Facebook Twitter

Cyberdépendance - Dépendances - Infos drogue, prévention, dépendance en toxicomanie. De nos jours, les ordinateurs font partie de notre quotidien. Cet outil de travail et de loisirs est presqu'un incontournable dans la majorité des domiciles familiaux. Les ordinateurs, les iPad, les téléphones cellulaires, etc. nous permettent d'être connectés en tout temps avec ce monde de divertissement et de communication. Toutefois, lorsqu'utilisée de façon abusive, cette activité de loisirs peut mener à une véritable dépendance. Comme avec toutes les autres formes de dépendances, celle-ci, une fois installée, provoquent des sensations de malaise, d'anxiété et parfois même de souffrance, lorsque la personne est privée d'accès pour la réalisation de ses activités.

Elle provoque alors un besoin irrépressible d'être en ligne ou de jouer afin de calmer les émotions négatives ressenties suite à l'impossibilité de combler ce besoin. Voici quelques indices d'une cyberdépendance; Petits trucs pour éviter les abus: Action Toxicomanie Bois-Francs 819-758-6574 Jeu aide et référence 1-866-SOS-JEUX. Rapport credoc diffusion tic 2011. CYBERDÉPENDANCE. Test de dépendance à Internet | Cyberdépendance | Menaces. Répondez par oui ou par non à chaque question : Passez-vous plus de temps connecté sur Internet, que vous l’auriez initialement pensé? Est-ce que cela vous dérange de limiter le temps passé sur Internet?

Des amis ou des membres de votre famille se sont-ils plaints du temps que vous passez sur Internet? Est-ce que vous trouvez difficile de rester déconnecté pendant quelques jours? Est-ce que la qualité de votre travail ou de vos relations personnelles sont affectés par la quantité de temps que vous passez sur Internet? De 1 à 3 réponses positives : il y a une petite tendance à devenir accro à Internet. Source : Test d’Orman (Internet Stress Scale) Réseaux sociaux, community management et identité numérique. Dépendance à Internet. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance à Internet (également nommée cyberdépendance cyberaddiction usage problématique d'Internet (UPI) ou trouble de dépendance à Internet (TDI)) désigne un trouble psychologique entraînant un besoin excessif et obsessionnel d'utiliser un ordinateur et interférant sur la vie quotidienne.

Des activités en ligne, telles que l'achat en ligne, si faite en personne, peuvent être considérées comme problématiques si celles-ci sont compulsives. Signes et symptômes[modifier | modifier le code] D'après le spécialiste français Romain Cally « sur le web, la compulsion apparaît lorsque l'internaute ne juge plus son comportement normal, mais ne peut pour autant éviter de se connecter. Symptômes psychologiques allégués[9] : Symptômes physiques allégués[10] : yeux secs ;maux de tête migraineux ;maux de dos ;syndrome du tunnel carpien ;repas irréguliers ou sautés ;mauvaise hygiène personnelle ;insomnies ou changements dans le cycle du sommeil. D. Psychologie : Etes-vous cyberdépendant ? Comme la drogue ou l'alcool, la toile aurait ses @ccros.

Selon des psychologues américains, surfer sur le web pourrait entraîner une dépendance qui toucherait déjà des millions d'internautes. Etes-vous netaholique ? Divorcée, Lucy ne pouvait se passer de son ordinateur. Elle passait près de dix heures par jour entre jeux vidéo, chats, forums on-line, pari et cybersexe. Délaissant ses deux enfants, elle en a perdu la garde après que son ex-mari ait constaté les ravages de cette cyberdépendance. Telle est l'histoire vraie rapportée sur le site de Maressa Hecht Orzack, psychologue de l'Université d'Harvard, spécialiste américaine de ce nouveau type de dépendance. Fondatrice du département Computer Addictions à l'hôpital de McLean à Belmont, elle reçoit quotidiennement de nombreux messages d'accros pathologiques de la toile. Le netaholisme : vaste blague ou réelle maladie ? 1 - Vous sentez-vous préoccupé par Internet (en pensant à votre dernière connexion et en anticipant la prochaine) ? Quand l'utilisation d'Internet devient un problème.

Rapport : La cyberdépendance : état des lieux et propositions. I - Qu'est-ce que la cyberdépendance ? L'arrivée de l'Internet dans les foyers français a ouvert, il y a une dizaine d'années, une nouvelle dimension de l'outil informatique et, avec l'accélération progressive du débit des échanges, un espace de liberté sans limites. Aujourd'hui, la pratique du jeu électronique via l'informatique s'est considérablement accrue et a fait naître, avec elle, de nouvelles interrogations. Parmi celles-ci, celle des conséquences éventuelles sur la santé des joueurs apparaît, aux yeux de la représentation nationale, comme primordiale. L'objectif que se sont fixés les députés GROSSKOST et JEANNETEAU est donc d'étudier les mécanismes qui peuvent engendrer une dépendance, à certains types de jeux, affectant la santé des joueurs.

En réalité, ces jeux MMORPG proposent au joueur d'évoluer dans un univers virtuel persistant. II - L’addiction sans substance : un phénomène naissant mais déjà très préoccupant Ages et Nature du jeu Voir la description de la signalétique PEGI. L'addiction à Facebook, la nouvelle dépendance du siècle. La dépendance à Internet et en particulier aux différents réseaux sociaux comme Facebook, touche de plus en plus de monde.

Les adolescents sont les premiers consommateurs des nouvelles technologies et sont considérés comme étant la population à plus exposée pour souffrir de cette nouvelle dépendance. Il est vrai que lorsqu’on parle de dépendance, on entendant par là consommation d’un produit entraînant une dépendance physique. Ici rien de tout cela, cependant des scientifiques ont pu remarquer que lorsqu’on se connecte de manière excessive des changements de comportements pouvaient apparaître et devenir handicapants pour la personne. C’est en cela qu’Internet et les réseaux entraînent une réelle dépendance. Une étude scientifique révèle que l’on peut considérer être dépendant à partir du moment où on est en moyenne quatre heure sur Internet chaque jour.

L'addiction aux jeux vidéo peut-elle tuer ? À Taïwan, un homme de 18 ans est décédé après avoir joué 40 heures d'affilée au jeu vidéo Diablo 3 dans un cybercafé, affirme le Telegraph ce jeudi 19 juillet. Chuang serait rentré dans le cybercafé le 13 juillet et aurait été trouvé endormi sur son ordinateur le 15 juillet par un employé.

Après quelques pas, le jeune homme s'est finalement effondré et ne s'est jamais réveillé. La police enquête toujours sur les causes du décès, mais s'oriente vers un accident cardiovasculaire. Des cas de ce type, s'ils sont extrêmement rares, sont souvent relayés par les médias. À Taïwan toujours, en février, un jeune homme de 23 ans est mort dans un cybercafé après avoir joué 24 heures sans s'arrêter. Les cas sont extrêmement rares, mais choquent.

"Le jeu vidéo ne tue pas" Pour le docteur Laurent Karila, du Centre d'enseignement de recherche et de traitement des addictions de l'hôpital Paul Brousse, interrogé par Le Huff Post, la réponse est clairement non. "On se défonce et on ne pense à rien d'autre" Jeux d’argent et de hasard en ligne : danger d’addiction ! | PSYCHOTHERAPIE - HYPNOTHERAPIE - COACHING.

Posted by F. Duval-Levesque (psychopraticien, hypnothérapeute, coach) under addiction-dépendance, étude, boulimie, F. Duval-Levesque psy et coach (Toulouse quartier "Pont des Demoiselles"), mal-être, psychopraticien et hypnothérapeute | Mots-clés: casino, DSM-5, jeux en ligne, machines à sous, ODJ, OFDT, poker | 1 commentaire L‘arrivée des jeux en ligne en France a multiplié par cinq le nombre de joueurs à risque, selon les enquêtes menées par les observatoires de référence.

Les joueurs de jeux d’argent et de hasard sur Internet sont plus à risque de jeu pathologique que les adeptes des jeux traditionnels (selon deux études menées par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et l’Observatoire des jeux (ODJ), publiées dans la revue Tendances). La proportion de joueurs à risque d’addiction est de 17 % en ligne comparativement à 2,8 % mesuré avec le même outil en 2010, avant l’ouverture des jeux en ligne.

Sources: psychomedia.qc.ca, Le Nouvel Observateur J'aime : « Certains adolescents fragiles vont vers le jeu vidéo pour fuir une réalité douloureuse » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par William Audureau En début de semaine, un clip de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé a irrité les amateurs de jeux vidéo en mettant ses effets sociaux en parallèle de substances psychotropes. A lire : Un clip de l'institut pour la santé place le jeu vidéo sur le même plan qu'alcool et cannabis Olivier Phan, coauteur d'une récente étude de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et psychiatre responsable de la Consultation Jeunes Consommateurs du centre Pierre-Nicole Croix-Rouge française à Paris, revient sur la question très débattue de l'addiction aux jeux vidéo.

Quelle est la réalité de l'addiction au jeu vidéo, si cela existe ? La majorité des joueurs ne sont pas concernés. Au niveau clinique, certains adolescents fragiles vont vers le jeu vidéo pour fuir une réalité douloureuse. C'est pourquoi nous intervenons beaucoup en thérapie familiale. Addiction et Jeux Vidéo [2 minutes pour convaincre] Un ado sur huit a un usage problématique des jeux vidéo. L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies a étudié le comportement de 2 000 élèves de 12 à 16 ans.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pascale Santi Un élève sur huit aurait un usage « problématique » du jeu vidéo. C’est ce qu’indique une enquête menée auprès de 2 000 élèves de la 4e à la 1e inscrits dans 15 établissements d’Ile-de-France, rendue publique mercredi 17 décembre et réalisée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et la consultation jeunes consommateurs (CJC) du centre Pierre Nicole de la Croix Rouge*. Avec plus de 11 écrans à domicile, les adolescents franciliens de cet échantillon sont suréquipés. 84 % d’entre eux ont une console de jeux, et 74 % une tablette. Les trois quarts des lycéens (60 % des collégiens) ont un ordinateur dans leur chambre. « Négliger d’autres activités pour jouer » Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, 5 % des jeunes de 17 ans joueraient entre cinq et dix heures par jour.

VIDEO. «L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté» SANTE A l'occasion de la sortie du MOOC de l'université de Nantes sur l'addiction numérique, Didier Acier, professeur de psychologie clinique fait le point sur ce phénomène... Propos recueillis par Delphine Bancaud Publié le Mis à jour le Un phénomène de société qui est devenu un sujet d’étude. C’est ce lundi que l’université de Nantes lance un Mooc sur l’addiction au numérique. L’occasion pour 20 minutes de faire le point sur ce fléau avec Didier Acier, professeur de psychologie clinique à l’université de Nantes. Qu’entend-on par addiction au numérique? Beaucoup de Français ont un usage excessif des nouvelles technologies et peuvent passer une trentaine d’heures sur les écrans.

Quelle est l’ampleur du phénomène en France? Il reste rare, puisqu’il concerne 2% de la population française, mais il risque fort de progresser dans les années à venir avec la multiplication des objets connectés. Qui en sont les principales victimes? Les «digital natives». Comment savoir si l’on est cyberdépendant? Définition cyberaddiction/cyberdépendance - Stop-Jeu.ch. Actuellement, les qualificatifs les plus souvent utilisés pour définir un usage problématique des jeux vidéo ou d’Internet sont ceux de « cyberaddiction » ou de « cyberdépendance ». Le « cyber » de cyberaddiction et cyberdépendance fait référence aux différents usages possibles d’Internet (voir FAQ relative). Quant aux concepts d’addiction et de dépendance, qui sont souvent utilisés comme des synonymes, ils définissent en fait des caractéristiques cliniques quelque peu différentes. Stricto sensu, on parle de dépendance lorsqu’une personne présente deux types de symptômes : des symptômes de sevrage, à savoir une irritabilité ou de la nervosité lors de l’arrêt de la substance ou du comportement en cause, et des symptômes de tolérance, c’est-à-dire le besoin d’augmenter les doses de substance ou de comportement en cause, pour atteindre un état émotionnel satisfaisant.

Net addictif : Etes-vous cyberdépendant. Tout savoir sur l'addiction au numérique. Christine Mateus | | MAJ : L'addiction au numérique entre à la faculté avec le lancement d'un cours... en ligne. Pouvons-nous nous passer des écrans ? Comment bien vivre avec Internet ? L'université de Nantes s'empare de ces questions de société en créant son premier MOOC, un e-enseignement collaboratif ouvert à tous et gratuit, sobrement intitulé @ddict.

Une première en France. Ces cours démarrent aujourd'hui avec une semaine de découverte du sujet et d'apprentissage du fonctionnement de la plate-forme France université numérique (FUN) qui abrite cet enseignement. Les intervenants entreront dans le vif du sujet le 5 janvier avec les six thématiques qui seront développées. Réflexion autour des nouveaux comportements Il s'agit avant tout -- pour les étudiants mais aussi pour toute personne intéressée -- d'un espace de partage et de réflexion autour des nouveaux comportements engendrés par la multiplication des écrans.

Dépendant au numérique ? La formation ouvre à titre expérimental. Comportements addictifs liés à l'usage du numérique. Calaméo - Comportements addictifs au numérique. Dépendance à Internet. 2013 FOURATI REG. Jeux vidéos : comment prévenir les comportements addictifs sans les stigmatiser ? Les jeux vidéos sont partout : consoles, ordinateurs, téléphones. Pour les joueurs, les heures défilent parfois sans s’en rendre compte. Pour les parents, les inquiétudes sont fortes de voir leurs adolescents passer autant de temps “fixés” à un écran.

Mais que sait-on vraiment des jeux vidéos et de leurs impacts sur nos comportements et notre cerveau ? Chercheurs et médecins se penchent sur cette question. Jeux vidéos : ils sont partout ! L’industrie du jeu vidéo est énorme. Son chiffre d’affaire dépasse d'ailleurs celui du cinéma. Jeux Vidéos et Addiction Jouer à des jeux vidéos peut être rattaché dans certains cas à un comportement addictif, notamment lorsque le joueur met en danger sa propre santé physique et mentale (heures de sommeil en moins, limite des sorties réelles). D’une activité ludique à un comportement addictif : des frontières floues Jeux vidéos : savoir prévenir les excès sans pour autant stigmatiser Nos pratiques et nos comportements face aux jeux sont donc multiples.