background preloader

Neurosciences

Facebook Twitter

Pourquoi on est à cran quand on a les crocs. Vous êtes-vous déjà emporté contre quelqu’un alors que vous aviez l’estomac vide ? Ou quelqu’un, tiraillé par la faim, s’est-il mis à vociférer contre vous ? Si tel est le cas, vous avez fait l’expérience de la «colère du ventre vide» dite hangry en langue anglaise, un néologisme construit à partir de hungry (être affamé) et de angry (en colère). Son équivalent, en langue française, pourrait être la «crolère», contraction de «avoir les crocs» et de «colère». Il s’agit du phénomène qui pousse certains à se montrer hargneux et à sortir de leurs gonds lorsqu’ils ont le ventre creux. Qu’est-ce donc que la colère du ventre vide? Et comment se fait-il que seuls certains individus semblent connaître cet état de «crolère»?

Pour comprendre, observons de plus près certains des processus qui se produisent à l’intérieur du corps humain lorsque la faim se fait sentir. Hypoglycémie = danger de mort, pour le cerveau Une libération d’adrénaline Des différences selon le milieu culturel. Dans le labyrinthe du cerveau. Conférence au Visiatome "Le cerveau à nu" 06 Anatomie Névraxe I - Anatomie du systeme nerveux central I. 05 Morphologie des hémisphères cérébraux. 01 Organisation générale du système nerveux central et périphérique. « Que pensent et que veulent les neurosciences cognitives ? »

Fédération pour la Recherche sur le Cerveau. La bosse des maths. Voir le cerveau penser ! Les progrès de l’imagerie du cerveau. Des nouveaux neurones tous les jours ! Le code de la conscience. Peut-on décoder la conscience ? Jean Pol Tassin et les neurones. Éloge de la suite. Pourquoi ce site ? La réponse courte pourrait être quelque chose comme : parce que j’en devais une à Laborit… Dans le sens où la lecture de ses bouquins m’a aidé à comprendre bien des choses et à être mieux dans ma peau au début de la vingtaine quand je l’ai découvert par hasard. C’est entre autres cette belle rencontre, et bien d’autres qui ont suivi, que je raconte dans le film qui vient avec ce site. Une réponse un peu plus élaborée sur la raison d’être de ce projet est que je me suis rendu compte au fil des ans que je n’étais pas le seul à avoir été influencé par les idées de Laborit.

Que ce soit à cause de la dédicace sur mon site Le cerveau à tous les niveaux ou par les cours Parlons Cerveau que j’ai donnés sur lui à l’UPop Montréal, de nombreuses personnes m’ont raconté à quel point Laborit les avaient aidées à comprendre leurs comportements et celui de leurs semblables, bref à mieux vivre. Vers un cerveau simulé par ordinateur ? Modéliser le cerveau humain, un des organes les plus énigmatiques, tel est l’objectif titanesque du projet phare qui vient d’être lancé par l’Union européenne pour un coût total estimé à 1,19 milliards d’euros. Ce cerveau virtuel fonctionnera à l’aide de supercalculateurs et incorporera les résultats les plus récents des recherches en neurosciences. Comment mettre en équation ce réseau au câblage incroyablement complexe constitué de 100 000 milliards de connexions nerveuses qui n’ont pas été entièrement caractérisées ?

Une des solutions envisagées pourrait être d'implémenter les règles du développement embryonnaire du cerveau in vivo et de les laisser reconstruire un cerveau in silico. Il resterait ensuite une étape décisive : le connecter à un corps virtuel et le faire évoluer dans un environnement hypothétique afin de vérifier s’il est « réellement » intelligent ? Le développement du cerveau humain. Y a-t-il quelqu’un à l’intérieur ? À propos de la conscience et de ses troubles. Imaginez que vous venez tout juste de vous réveiller d’un sommeil profond et sans rêve. D’abord, plein de confusion, vous prenez subitement conscience de votre environnement, de votre corps, de votre réalité.

À ce stade, nous disons que vous êtes conscient. Pourtant, même si elle est familière et intime pour chacun de nous, la conscience reste un des phénomènes les plus troublants de la science. Comment l’activité électrique et chimique de votre cerveau engendre-t-elle vos expériences subjectives, la rougeur du rouge, le goût du chocolat ou la douleur dans votre dos ? Jusqu’à présent, la science n’a pas expliqué de façon convaincante comment les qualités subjectives (qualia) sont produites par le cerveau. Au lieu de s’attaquer directement à ce ‘‘problème fondamental’’ de la conscience, les neurosciences se sont attachées à identifier les corrélats neuronaux de la conscience (CNC).

Corrélats neuronaux de la conscience L’activité du cerveau oscille comme des vagues. Absence de preuve. Le maître de la conscience. Notre cerveau a le sens de l'effort. Interrelations humaines, cognition sociale et sillon temporal supérieur. Et si le fait d'être en confiance influençait nos jugements ? Une étude menée par l'équipe de Mathias Pessiglione et Jean Daunizeau à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière, montre que la région du cortex responsable de l'attribution des valeurs intègre également le degré de confiance que nous mettons dans nos jugements.

Ces travaux, publiés dans la revue Nature Neuroscience, représentent un progrès très important dans la connaissance du fonctionnement du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de...) et ouvrent de nouvelles perspectives en neuro-économie. Du choix d'un restaurant à celui d'un partenaire, notre propension à comparer et à évaluer est omniprésente dans notre vie (La vie est le nom donné :) de tous les jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel.

Son début...). «Réfléchir, c'est résister à soi-même» Rencontre avec Olivier Houdé. Pour le psychologue Olivier Houdé, on apprend en résistant à ses propres automatismes. Bonne nouvelle, ça se travaille ! La Sorbonne, un mercredi automnal. Olivier Houdé nous reçoit dans son bureau au sein du laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant du CNRS. Passionné par la peinture, les mathématiques et, avant tout, l’être humain, l’instituteur de formation voulait transmettre aux enfants son amour des images. Mais la découverte des travaux de Jean Piaget (1896-1980) pendant ses études a fait naître une vocation scientifique. Il a trouvé dans la recherche un moyen de combler sa soif de créativité.

Entouré d’une jeune équipe, dynamique comme la théorie qu’il défend, il cherche à comprendre les mécanismes de l’intelligence. Votre dernier livre s’intitule Apprendre à résister. L’heuristique est une logique rapide et intuitive. C’est ce que vous avez découvert grâce à l’imagerie cérébrale ? Ces trois systèmes existent-ils dès la naissance ? Olivier Houdé. Antonio Damasio : Oui, il y a une biologie des sentiments. Longtemps, la science a entretenu une séparation entre le corps et l'esprit, estimant notamment que les sentiments n'avaient rien à faire avec la biologie. C'était presque une question taboue. En effet. Pour des raisons multiples, religieuses surtout, on a cherché à cultiver cette distinction, et à préserver la vieille idée que l'esprit, ou l'âme, n'avait pas de support biologique. Descartes, qui fut un grand scientifique et un grand penseur, a scellé cette différence: pour lui, il y avait une substance pour le corps, une autre pour l'esprit.

Seul Spinoza, qui vivait lui aussi au XVIIe siècle, à Amsterdam, comme Descartes, s'est rebellé: l'esprit et le corps devaient avoir, disait-il, une racine commune. C'était une position extrêmement courageuse et stupéfiante pour cette époque. Et plus on réalise que Spinoza avait vu juste. Exactement. Il n'y a aucun doute qu'elle sert à cela.

Mais est-ce vraiment une émotion? Il y a là l'essence du processus émotionnel. Ne me dites pas qu'il a peur! Antonio Damasio : L'esprit est modelé par le corps. Rencontre avec Antonio Damasio : La conscience est née des émotions. Il a déjà montré que les émotions sont indispensables à la validité de nos raisonnements. Dans son dernier ouvrage, Antonio Damasio estime qu’elles pourraient être à l’origine de la conscience humaine et animale. Antonio Damasio se trouve à deux pas du Panthéon. Au sens propre : c’est là que nous avons rendez-vous, chez son éditrice française. Au sens figuré, ce n’est pas faux non plus : rarement les travaux d’un psychologue auront aussi rapidement bousculé ce que nous croyions savoir de l’être humain. Votre hypothèse des marqueurs somatiques vous a valu plusieurs récompenses, dont à présent le Prix Honda.

Je ne parlerais pas d’hostilité, mais de surprise. En quoi consiste ce mécanisme de convergence/divergence ? Actuellement, votre cerveau crée une image visuelle de moi, mais aussi une « image auditive », une « image » avec mon nom, une autre avec les connaissances à mon sujet, etc. Exactement. C’est absolument correct.

C’est une question sans réponse. Théorie des marqueurs somatiques. Entretiens universcience : Antonio Damasio - L'autre moi-même. La décision - Alain Berthoz. Septembre 2003 présentation par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin La décision En quelques années se sont multipliés les travaux permettant de situer ce que l'on pourrait appeler la machine humaine au point milieu d'une double évolution. La première de ces évolutions a demandé au moins 600 millions d'années et a vu émerger les comportements intelligents puis conscients dans les multiples filières de développement des espèces animales, dont l'espèce humaine fait évidemment partie.

La seconde évolution s'amorce tout juste en ce moment. Plusieurs disciplines scientifiques sont à la source de cette vision révolutionnaire, encore mal comprise par les humains qui dans leur écrasante majorité restent enfermés dans les récits mythologiques ancestraux relatifs à la nature de la vie, de l'esprit et de la conscience. La thèse d'Alain Berthoz La continuité évolutive des mécanismes permettant les décisions dites intelligentes.

La décision rationnelle n'existe pas La question de la personnalité. ICM Institut du Cerveau et de la Moelle épinière. Le cerveau en pièces détachées - une conférence de Laurent Cohen. Philippe Van Den Bosch - Neurosciences et harmonie. Conférence de Philippe van den Bosch sur les fonctions cérébrales. Un Autre Regard avec Lionel Naccache. Perdons-nous « connaissance » ? - Lionel Naccache à l'USI. Portrait du cerveau en esthète. Pourquoi aimons-nous l’art ? Peut-être parce que grâce à lui, et malgré notre passivité apparente, notre cerveau peut se mettre dans tous ses états… La neuroesthétique est une tentative d’approche scientifique qui recherche des corrélats neurobiologiques à la perception et à l’appréciation de la beauté, particulièrement dans l’art, domaine pour le moins subjectif jusqu’alors réservé aux philosophes.

Il est possible d’enregistrer des réponses neurophysiologiques provoquées par une émotion esthétique avec des techniques simples (mesure de la résistance cutanée, pouls, pression artérielle…), de mesurer les mouvements oculaires explorant une œuvre d’art (eye-tracking), et de tenter d’interpréter des données fournies par la neuroimagerie fonctionnelle. Le pionnier de la discipline, Semir Zeki, est un spécialiste du décryptage des données visuelles. L’empathie esthétique L’œuvre d’art prend donc possession du spectateur ouvert et sans défense et s’incarne en lui. Pierre Lemarquis. Jean-Pierre Changeux, Professeur Honoris Causa, HEC Paris. Jean-Pierre Changeux - La beauté dans le cerveau. Notre cerveau si fantastique. Bases neurales des relations avec autrui. La motivation de l'altruisme se lit dans le cerveau.

Empathie ou renvoi d'ascenseur, les motivations de l'altruisme peuvent varier. Des chercheurs zurichois sont parvenus à "lire" dans le cerveau de personnes ce qui les incite à se montrer généreux. Ces travaux sont publiés dans la revue "Science". L'équipe de Grit Hein et Ernst Fehr, de l'Université de Zurich, a utilisé l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, qui permet de visualiser la stimulation des zones cérébrales au moyen des flux sanguins, a indiqué jeudi la haute école dans un communiqué. Les chercheurs ont soumis deux groupes de personnes à un test standard de comportement généreux ou égoïste. Dans le groupe "empathie", ils ont éveillé la compassion des participants tandis que dans le groupe "réciprocité" c'est le désir de rendre la pareille après une bonne action qui était stimulé.

Alors que rien dans le comportement des sujets ne laissait percevoir à quel groupe ils appartenaient, les scientifiques ont été en mesure de les classer correctement. Portail video de l'EPFL. La semaine du cerveau. Centre interfacultaire de neurosciences. Archives - Semaine internationale du cerveau. Semaine internationale du cerveau. Images et Vidéos - La semaine du cerveau. Semaine du Cerveau - Le stress et le cerveau. Conférence inaugurale de La Semaine du Cerveau 2009. Conférence inaugurale de la Semaine du cerveau 2014. La conscience de soi expliquée par les neurosciences sociales. Pierre-Marie Lledo - La plasticité cérébrale.

Motivation - Emotions. Empathie et douleur. Pas de cerveaux féminins ou masculins, selon une étude. Une étude rapporte que le cerveau possède un mélange de caractéristiques masculines et féminines. Photo : GI/Colin Anderson Les hommes et les femmes ont-ils vraiment des cerveaux distincts? Selon une étude, ce n'est pas vraiment le cas. Bien que certaines sections du cerveau diffèrent selon le sexe, chaque individu posséderait un mélange de caractéristiques masculines et féminines.

Cela remet en question l'adage selon lequel les femmes viennent de Mars et les hommes de Vénus, affirment les chercheurs. « Ce qu'on démontre, c'est qu'il y a de multiples façons d'être un homme ou une femme et non une seule », explique Daphna Joel, psychologue à l'Université de Tel-Aviv et auteure principale de l'étude, publiée lundi dans Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. « Nous sommes tous des mosaïques uniques. » — Daphna Joel, psychologue à l'Université de Tel-Aviv et auteure principale de l'étude Des différences notables, selon d'autres chercheurs D'après M.

Le cerveau a-t-il un sexe ? Le troisième cerveau. Les systèmes de neurones miroirs. La simplexité - Berthoz. De la perception à l'action - Berthoz. Le système anti-distraction de cerveau. Psychologie & distractionDes chercheurs découvrent le système anti-distraction de cerveau Deux psychologues de l'Université Simon Fraser ont fait une découverte sur le cerveau qui pourrait révolutionner la perception et le traitement par les médecins des troubles de l'attention. Crédits : Andrey Shadrin Cette découverte montre que des facteurs environnementaux et/ou génétiques peuvent faire obstacle ou supprimer une activité spécifique du cerveau que les chercheurs ont identifié comme nous aidant à nous prévenir de la distraction. Le Journal of Neuroscience vient de publier un article sur la découverte du Prof. John McDonald, Professeur de psychologie et de son doctorant John Gaspar, qui a fait cette découverte durant sa thèse de recherche de Master.

Cette étude peut également intéresser les chercheurs menant des travaux sur les troubles associés à des déficits d'attention, telle que la schizophrénie. Miroir virtuel qui reflète l’activité du cerveau. Rôle potentiel des facteurs psychologiques. Revue de neuropsychologie. Comprendre le cerveau. Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux. Neurosciences, sciences cognitives, neurologie. Les neurosciences fondamentales s’intéressent à la biologie des cellules neurales et de leur communication, à la physiologie de la sensation, de la perception, de l’action et de la décision, à l’intégration de ces niveaux d’analyse dans le comportement et la cognition des organismes.

Les neurosciences cliniques visent à comprendre, prédire, diagnostiquer et guérir les troubles neurologiques, les troubles psychiatriques et les pathologies des organes des sens. Outre les enjeux scientifiques et médicaux, le développement des neurosciences représente aussi des enjeux sociétaux, éthiques, juridiques non négligeables. La compréhension de la cognition humaine peut, par exemple, nourrir des réflexions sur les méthodes pédagogiques et les meilleurs moyens de diffuser à tous les apprentissages. . © Inserm, P. Dournaud Explants de cellules neuronales granulaires du cervelet murin - Bleu : marqueur des noyaux cellulaires, vert : marqueur des prolongements neuronaux.

Introduction aux neurosciences. Stanislas Dehaene. Les grands principes de l'apprentissage. Les neurones de la lecture par Stanislas Dehaene. Quel circuit cérébral mobilise-t-on pour lire? La conscience (dé)-codée de Stanislas Dehaene. Livre DehaeneMême pas peur. Pas peur du secret de «l’âme». De «l’énigme de l’esprit». Voire de la «transcendance» nécessairement attachée à la conscience dont «l’essence» serait à jamais insaisissable.

Stanislas Dehaene, assis bien droit dans son bureau, si neuf qu’il en est absolument vide, de Professeur au Collège de France - institution savante aux cours ouverts à tous créée par François 1er - n’a peur de rien. Stanislas Dehaene en a si peu de crainte qu’il propose un livre titré Le Code de la conscience (1) et n’hésite pas à jouer le rôle du commissaire scientifique pour «C3RV34U- l’expo neuroludique» (2) de la Cité des Sciences à Paris où les dernières avancées des neurosciences sont décortiquées et présentées au public le plus large. Après trente ans de recherches au cours desquelles le cerveau est devenu «transparent» aux instruments inventés par les physiciens, il prétend réduire ce mystère philosophique à un «phénomène de laboratoire». Credo matérialiste Orgueil démesuré ? Association neuroéducation. Et si les neurosciences pouvaient aider le changement ? #neuroscience par @ceciledemailly.

Institut français de l'éducation. Article Tiberghien. Neuropsychologie. Neuropsychologie et fonctions cognitives. Réseaux de neurones. Le cerveau à tous les niveaux. Psychologie cognitive et Neurosciences. Vulgaris Médical Neurologie. Le monde d'apres : le cerveau. Comment l'hypnose agit sur le cerveau. Cerveau en argo.