background preloader

Christophe Dejours

Facebook Twitter

Vidéos

Christophe Dejours: «Chacun est seul, plus personne ne se parle» Christophe Dejours est psychiatre et professeur au Conservatoire national des arts et métiers.

Christophe Dejours: «Chacun est seul, plus personne ne se parle»

Avec les équipes de son laboratoire, il a poursuivi, en deux lieux, son étude sur la souffrance au travail. Dans le service de réanimation d’un hôpital en région «Le turnover y est impressionnant et des soignants ont connu des épisodes de décompensation. Dans une bouffée délirante, une médecin a ainsi menacé les infirmières, convaincue qu’elles empêchaient le chef de service de lui avouer son amour. Elle est morte d’un anévrisme un mois plus tard. «Une logique marchande a gagné l’hôpital, les services des hôpitaux français sont mis en concurrence.

«Le prélèvement d’organes sur des patients déclarés morts constitue aujourd’hui une source de "tarification" pour un hôpital. Dans un centre d’appels d’une entreprise privatisée «Un salarié s’est suicidé, un autre a fait un arrêt cardiaque sur son lieu de travail. Restaurer la convivialité. Le choix : souffrir au travail n'est pas une fatalité. Rares sont ceux qui contestent encore les conséquences néfastes des méthodes de travail généralisées au sein des entreprises depuis les années 1990, notamment de l'évaluation individuelle des performances.

Le choix : souffrir au travail n'est pas une fatalité

La mise en concurrence sans limite entre salariés et la solitude qu'elle engendre font souffrir, parfois jusqu'à la mort : la multiplication des suicides en est devenue le sinistre symptôme. Mais ce constat s'accompagne bien souvent d'un certain fatalisme, qui fait comme un écho aux mots de Margaret Thatcher, « il n'y a pas d'alternative ». Ce livre, fondé sur diverses enquêtes de terrain, s'inscrit en faux.

Si les dérives sont graves et se retrouvent aussi bien dans un service de réanimation de l'hôpital public que dans une société commerciale de vente par téléphone, d'autres entreprises se sont montrées capables de mettre en place une nouvelle organisation du travail et d'en recueillir les gains, sur le plan de la santé comme de la productivité. Une étape a été franchie. Le Nouvel Âge du Travail. Portrait : Christophe Dejours. En explorant les liens entre travail et souffrance psychique, le psychiatre et psychanalyste Christophe Dejours (a) a créé une nouvelle discipline et levé le voile sur les effets délétères de certains modes d'organisation et d'évaluation.

Portrait : Christophe Dejours

Depuis son premier livre, Travail, usure mentale, publié en 1980, le psychiatre et psychanalyste Christophe Dejours n'a cessé de dénouer les liens entre souffrance mentale et travail : " Quand, il y a trente ans, je défendais le concept de souffrance psychique, beaucoup ricanaient - les sociologues, qui le trouvaient trop chrétien, comme les syndicalistes, qui jugeaient ce terme petit-bourgeois. Or la souffrance est inévitablement au rendez-vous du travail. Le réfuter revient à faire un contresens théorique. Ce qui n'est pas joué, c'est le destin de cette souffrance. Pour Christophe Dejours, tout commence en 1968. Travail, usure mentale est le fruit d'enquêtes de terrain et d'une confrontation entre psychanalyse, ergonomie et sciences sociales. (a) Elements de psychodynamique du Travail. Psychodynamique Interrogation d'un ergonome.

Psychodynamique du Travail. La psychodynamique du travail. Psychodynamique du Travail. Psychodynamique - PPT. Travail, la grande panne? Travailler mieux pour vivre mieux. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de recevoir le juriste Alain Supiot et le psychiatre et psychanalyste Christophe Dejours pour tenter de savoir s’il est possible de changer le travail et changer la vie ! De gauche à droite : Alain Supiot et Christophe Dejours AC Lochard © Radio France Cela ne devrait pas exister, mais c’est la triste réalité : il existe des femmes et des hommes malades du travail, il se rencontre des épuisés de la vie qui n’ont plus le courage de résister au « management de la peur » et à la pression gestionnaire.

Ceux-la ne supportent plus la dévalorisation de leur métier, ils ont honte de la malfaçon, ils regrettent le temps de la coopération entre collègues ; alors, ils se sentent inutiles, et perdent toute estime de soi. Or contrairement à ce qu’on pouvait attendre, les travailleurs qui se suicident sur leur lieu de travail sont rarement des sujets marginalisés. Ce ne sont pas uniquement les bras cassés qui se suicident au travail. Publications de Christophe Dejours sur Cairn. ➜Recherche avancée Publications de Christophe Dejours diffusées sur Cairn.info Ouvrages L'évaluation du travail à l'épreuve du réel Critique des fondements de l'évaluation Coll.

Publications de Christophe Dejours sur Cairn

Sciences en questions (Editions Quæ, 2003) Présentation/Sommaire Le facteur humain Coll. Présentation/Sommaire Contributions d'ouvrages Le soin en psychiatrie, entre souffrance et plaisir Dans Le souci de l’humain : un défi pour la psychiatrie (ERES, 2010) Premières lignes Consulter 4 € La clinique du travail entre vulnérabilité et domination Dans Travail et santé (ERES, 2010) Premières lignes Consulter 4 € 3. Dans La quête de reconnaissance (La Découverte, 2007) Premières lignes Consulter 4 € Nouvelles formes de servitude et suicide.

Subjectivité, Travail et action. Travail : usure mentale.