background preloader

EMI

Facebook Twitter

C'est quoi la liberté d'expression ? - Des enfants interrogent un professionnel des médias. C'est quoi un journaliste ? - Des enfants interrogent un professionnel des médias. FactChecking et réseaux sociaux : anatomie d’une fake news | Rue89 Formation. Vendredi 15 septembre dernier, j’intervenais auprès de l’association Camp’TIC à l’occasion de la Controverse Numérique « #TousFactCheckeurs sur les réseaux sociaux ? ». Il s’agissait de déterminer comment lutter contre ces fausses informations qui se répandent de manière virale sur Facebook ou Twitter pour ne citer qu’eux.

Mais revenons d’abord sur ce qu’est une fake news. Aux origines des fake news Ce terme prend son essor lors de la campagne pour la présidentielle américaine où Donald Trump en use et en abuse tout en qualifiant des grands médias américains de « fake news medias » Même si le président actuel américain n’est pas l’origine de la notion de fausse information, il est intéressant de voir que l’usage de fake news s’est systématisé voire industrialisé suite à cette campagne présidentielle. Pour mieux combattre ce fléau, il faut d’abord disséquer son fonctionnement. L’anatomie d’une fake news Qui est l’auteur de la fausse information ? Le poids des mots, le choc des photos En résumé : Théorie du complot - Francetv Éducation. Les théoriciens du complot Eric et Quentin du 14 01. College - Éducation aux médias - Francetv Éducation. Hygiène Mentale.

Site Hygiène Mentale Loading... Working... Un peu d'Esprit Critique La Tronche en Biais - Channel Mycéliums - Channel Mr. Related channels e-penser - Channel AstronoGeek - Channel Officiel DEFAKATOR - Channel ScienceEtonnante - Channel Histony - Channel History Sign in to add this to Watch Later Add to Loading playlists... Comment vérifier les images des réseaux sociaux ? De plus en plus d’intox circulent sur les réseaux sociaux, que ce soit sur les migrants, la guerre en Syrie. En fait sur à peu près tous les sujets d’actualité. Un type de manipulation y fleurit particulièrement : les détournements de photos et de vidéos. La mauvaise nouvelle, c’est que les médias n’ont pas les moyens de vérifier toutes ces images sur le terrain. La bonne, c’est qu’il existe aujourd’hui tout un panel d’outils et de techniques qui permettent d’enquêter sur ces hoax. Comme la désinformation n’est pas née avec Internet, la manipulation d’images n’est pas apparue avec Photoshop et Twitter.

Même si leurs moyens nous paraissent aujourd’hui rudimentaires, les dirigeants soviétiques, pour ne prendre qu’un exemple, avaient pris l’habitude d’effacer de leurs photos les responsables politiques tombés en disgrâce. Le commissaire Nicolai Yezhov et Staline dans les années 1930. Pour tromper les réseaux, rien de mieux qu’une photo ou encore mieux, une vidéo. Peut-on être sûr à 100 % ?