background preloader

Marmen

Facebook Twitter

La musique, une arme efficace contre la dépression des jeunes. La musique, antidépresseur pour les jeunes?

La musique, une arme efficace contre la dépression des jeunes

Encore plus que ne le croyez! Une équipe de la Queen's University de Belfast en Irlande du Nord vient de montrer qu'une cure de musicothérapie ajoutée à un traitement antidépresseur améliore significativement les symptômes dépressifs par rapport à un traitement seul chez des enfants et adolescents de 8 à 16 ans. Cet effet avait déjà été constaté chez certains patients mais aucune preuve scientifiquement valide ne permettait de trancher sur le bénéfice réel de cette approche thérapeutique dans cette population. Voilà qui est fait grâce à cette nouvelle étude destinée à évaluer l'effet de la musicothérapie chez 251 enfants de 8 à 16 ans souffrant de troubles psychiques sévères de type émotionnel, comportemental et/ou social, dont un tiers présentaient une dépression.

A l'issue des douze semaines, les chercheurs ont constaté une réduction significative des symptômes dépressifs chez les enfants ayant suivi le programme de musique. Se soigner avec la musique et le son. En 2009, l’Opéra du Rhin a donné à Strasbourg un unique récital de chant pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Se soigner avec la musique et le son

L’an dernier a eu lieu au centre de culture asiatique Les Temps du Corps, un concert de bols taoïste auquel assistaient des médecins chinois. Neurobiologie_des_circuits_de_la_recompense_et_de_la_motivation.pdf. Musicothérapie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Musicothérapie

La musicothérapie est une thérapie qui cherche à utiliser les propriétés supposées de la musique et du sonore comme support afin de rétablir, maintenir ou améliorer les capacités sociales, mentales et physiques d'une personne. La musicothérapie, entre dans le champ des thérapies à médiation musicale et diffère des techniques dites « psychomusicales » qui touchent plutôt le domaine de la relaxation.

Origines[modifier | modifier le code] Bien que certaines sources indiquent qu'on attribuait à la musique des pouvoirs magiques ou de guérison depuis au moins l'Antiquité, ce n'est qu'au XXe siècle, dans les années 1960, que la notion d'une profession dans ce domaine fait son apparition à l'état expérimental, notamment au Canada et aux États-Unis. Antiquité[modifier | modifier le code] Chez les Grecs[modifier | modifier le code]

Musique et santé : la musicothérapie et la maladie d’Alzheimer. Les bienfaits de la musique pour le cerveau. À l'écoute d'une chanson, il peut arriver de taper du pied et de dodeliner de la tête en rythme.

Les bienfaits de la musique pour le cerveau

C'est parce que la musique stimule les aires motrices du cerveau. «Son impact est très net. Elle peut même nous donner la chair de poule», observe le Dr Pierre Lemarquis, neurologue et attaché d'enseignement à l'université de Toulon. «Ce frisson est lié à la libération d'endorphines qui agissent comme des antidouleurs.» Et de fait, la musique peut être proposée dans certains services hospitaliers en complément des médicaments antalgiques. Plus surprenant, depuis quelques années, elle se révèle aussi un instrument précieux pour réduire les troubles consécutifs à une lésion cérébrale.

Quels sont les bienfaits de la musique sur notre santé ? Les nombreux bienfaits de la musique sur notre cerveau. La musique fait partie de notre quotidien.

Les nombreux bienfaits de la musique sur notre cerveau

Cependant, nous ne nous rendons pas bien compte de l'effet d'un simple air de musique sur notre cerveau mais également sur notre corps. Au cours des années, les recherches en neurosciences et en psychologie ont acquis une meilleure compréhension des nombreux bienfaits d'écouter ou de pratiquer la musique à tous les âges de notre vie. Les bienfaits de la musique. "Traversée directement par les désirs et les pulsions, la musique n'a jamais eu d'autre sujet que le corps" J.Attali.

Les bienfaits de la musique

LA MUSIQUE ET SES EFFETS SUR LE CERVEAU. La musique et ses effets sur le cerveau, est un documentaire (0h26) du magazine de découvertes X-enius, qui s'intéresse à l'influence que la musique a toujours provoqué sur les humains, pourquoi elle est appréciée et nous est indispensable dans notre vie, y compris pour la santé, d'après les nouvelles recherches scientifiques, dont les neurosciences.

LA MUSIQUE ET SES EFFETS SUR LE CERVEAU

La musique est omniprésente dans notre vie, que ce soit à notre domicile, dans la voiture, le baladeur ou lors d'un concert. Cet art est commun à toutes les cultures et l'humanité l'a toujours pratiqué avec passion. Les progrès faits en neurosciences permettent désormais aux chercheurs de mieux appréhender la musique. De la musique, on dit bien souvent qu’elle est universelle ou qu’elle adoucit les mœurs. Musicien ou non, nous avouons presque tous l’apprécier. La musique rend heureux en agissant directement sur le cerveau. Accueil et Soutien Alzheimer. Qu'est-ce que la musicothérapie ?

La musicothérapie : présentation de la musicothérapie. En musicothérapie, les sons et les rythmes deviennent des instruments pour augmenter sa créativité, reprendre contact avec soi et traiter divers problèmes de santé (anxiété, douleur chronique, hypertension, difficultés d’apprentissage, etc.).

La musicothérapie : présentation de la musicothérapie

Compte tenu de son effet sur le système nerveux central, la musique aide à se détendre et à réduire le stress. En tant qu’outil de croissance personnelle, elle permet d’accroître son dynamisme ainsi que d’améliorer ses capacités cognitives (attention, mémoire), psychomotrices (agilité, coordination, mobilité) et socioaffectives. Qui plus est, aucune connaissance musicale n’est nécessaire pour tirer profit de la musicothérapie.

Les musicothérapeutes accrédités possèdent une formation universitaire. En plus d’être des musiciens capables d’improviser, ils doivent connaître le développement psychosocial et neurobiologique, ainsi que les caractéristiques et les besoins liés à divers maux. Musicothérapie active ou réceptive?