background preloader

Apprentissage

Facebook Twitter

Neuroéducation: comment maximiser le potentiel du cerveau de ses élèves. Steve Masson apprend aux futurs enseignants comment maximiser le potentiel du cerveau de leurs élèves. Série «En classe!» Une fois par mois, un journaliste d'Actualités UQAM redevient étudiant et s'immisce dans un cours offert par l'un des 40 départements et écoles de l'Université. Photo: Nathalie St-Pierre Que se passe-t-il dans le cerveau de la personne qui apprend? Quelles stratégies pédagogiques permettent de maximiser les apprentissages? La séance d'aujourd'hui, qui porte sur la plasticité cérébrale et l'apprentissage, constitue le point central du cours d'Introduction à la neuroéducation, lance d'entrée de jeu le professeur Steve Masson, du Département de didactique.

Ce cours optionnel, suivi par une quarantaine d'étudiants en quatrième année du baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire, est inédit dans la francophonie. Connaître le cerveau La première moitié du cours vise à mieux comprendre ce qui se passe à l'intérieur du cerveau humain. Steve Masson,

Neuromythes et enseignement. De récentes études ont montré que les enseignants croient souvent à des neuromythes, c’est-à-dire à de fausses conceptions sur le fonctionnement du cerveau,. Ces neuromythes peuvent s’avérer problématiques pour la réussite des élèves, parce qu’ils peuvent orienter les pédagogues vers des pratiques d’enseignement qui ne sont pas entièrement compatibles avec le fonctionnement du cerveau de leurs élèves. Pour cette raison, dans cet article, les trois neuromythes les plus fréquents en éducation sont présentés et discutés.

Le premier concerne les styles d’apprentissage, le deuxième est lié à la notion de« cerveau gauche et cerveau droit » et le troisième touche aux exercices de coordination visant l’optimisation du fonctionnement cérébral. Neuromythe 1 : Les élèves apprennent mieux lorsqu’ils reçoivent l’information dans leur style d’apprentissage préféré (ex. auditif, visuel ou kinesthésique). Il est temps d’abandonner ces neuromythes au profit d’une pédagogie plus efficace. Conclusion. Synthèse des échanges des participants du symposium. Yolande Nantel est la rédactrice en chef francophone d’Éducation Canada. Elle a été directrice générale de la Commission scolaire des Sommets et directrice régionale de la CSDM, ayant œuvré 35 ans en éducation dans le système scolaire public.

Introduction Le Symposium de l’ACE intitulé La persévérance scolaire - Ce que la neuroscience peut nous enseigner a eu lieu les 4 et 5 novembre 2015. D’éminents chercheurs ont exposé leur point de vue et ont donné des pistes pratiques pour transformer notre conception de l’enseignement et de l’apprentissage. Dr. Daniel Ansari a parlé de la façon de bâtir des bocs de compétences en mathématique avec des faits tangibles émanant du cerveau et du comportement. Steve Masson a expliqué comment combattre les neuromythes, c’est-à-dire mieux comprendre le cerveau pour mieux enseigner et réduire le décrochage scolaire.

Plus de 225 personnes ont assisté à ces trois conférences. Échanges sur l’atelier du Dr. 1. 2. 3. Arrêtons la guerre des maths! 1. 2. Drs. 1. Quelle influence exerce la neuroscience sur l'enseignement et l'apprentissage? Project on the Decade of the Brain (projet de la décennie sur le cerveau) Brain Facts, source d’information faisant autorité et destinée au OECD – Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement (CERI) – Cerveau et International Mind, Brain and Education Society (IMBES) Ansari, D., et Coch, D. (2006). « Bridges over troubled waters: education and cognitive neuroscience », Trends in Cognitive Sciences, vol. 10, no 4, p. 146-151. Ansari, D., Coch, D., et De Smedt, B. (2011).« Connecting Education and Cognitive Neuroscience: Where will the journey take us?

Bruer, J. Campbell, S. Campbell, S. Dubinsky, J. Fischer, K. Goswami, U. (2004). « Neuroscience and education », British Journal of Educational Psychology, no 74 (partie 1), p. 1-14. Goswami, U. (2006). « Neuroscience and education: from research to practice? Loo, S. Cerveau, apprentissage et enseignement. Il y a quelques années, la pertinence de s’intéresser au cerveau en éducation était plutôt limitée. Intuitivement, les chercheurs, les enseignants et les autres intervenants du milieu de l’éducation se doutaient bien de l’existence d’un lien important et profond entre le cerveau et les apprentissages scolaires. Cependant, ce lien n’était ni clair ni appuyé sur des connaissances scientifiques solides, ce qui rendait les retombées éducatives des recherches sur le cerveau somme toute peu nombreuses et fragiles.

Aujourd’hui, par contre, grâce aux avancées considérables de l’imagerie cérébrale et des neurosciences en général, cette situation a considérablement changé. Dans cet article, nous présentons trois grandes découvertes qui permettent non seulement d’établir des ponts plus solides entre le cerveau et l’éducation, mais aussi d’appuyer l’hypothèse selon laquelle mieux connaître le cerveau des élèves peut nous aider à mieux leur enseigner. Mieux connaître le cerveau pour mieux enseigner. Comment s’exercer à apprendre ? Isabelle Le Brun est docteur en neurosciences et maître de conférence à l'Université Joseph Fourier de Grenoble. Elle a conçu et enseigne une UV portant sur les méthodes d'apprentissage, dans le cadre de laquelle elle s'appuie sur les dernières recherches validées dans son champ de recherche (mise en pratique de la diffusion et du développement des savoirs).

Avec son collègue Pascal Lafourcade, ils ont eu l'idée d'écrire un livre pour partager ce qu'ils expérimentent avec leurs étudiants. Ils ont choisi de retenir quatre thématiques liées à l'apprentissage, dans le cadre desquelles les avancées en matière de recherche permettent des applications pratiques : – La mémorisation – L'attention – Les émotions – Les représentations mentales et la résolution de problèmes Le grand intérêt de ce livre réside dans le fait que les auteurs ne se sont pas contentés de faire une synthèse des avancées en matière de recherche pour en déduire quelques pistes à exploiter.

Je dirais A lire ensuite.