background preloader

GEOPOLITIQUE

Facebook Twitter

LES ANIMAUX MENACÉS PAR LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE. Studies offer new glimpse of melting under Antarctic glaciers. Ours blanc. Changement climatique, extraction de pétrole et de gaz en offshore, essor du commerce maritime, surexploitation des ressources marines : chaque jour, l'Arctique se fragilise un peu plus et avec elle, les populations des ours blancs.

Ours blanc

On dénombre actuellement entre 20 000 et 25 000 ours polaires dans le monde, dont la survie ne tient plus qu’à une mince couche de glace. Parmi les 19 sous-populations existantes - les deux tiers se trouvant au Canada - six sont en déclin ou présentent des signes de déclin marqué. Une vie dépendante des glaces de mer Et pour cause, dans les baies d’Hudson et de Baffin, les glaces de mer craquent trois semaines plus tôt qu’en 1979. La période réservée à la chasse et au prélèvement de nourriture, indispensable à la constitution des réserves de graisse de l'ours polaire, est donc racourcie.

La fonte des glaciers en Antarctique ? Une hausse des mers de 3 mètres. Les grands glaciers de l'Ouest de l'Antarctique s'effondreraient si ceux du bassin Amundsen, plus petits, étaient totalement déstabilisés sous l'effet du réchauffement, un scénario qui verrait le niveau des océans augmenter de trois mètres sur plusieurs siècles.

La fonte des glaciers en Antarctique ? Une hausse des mers de 3 mètres

Une étude des scientifiques de l'Institut Potsdam sur la recherche climatique publiée lundi dans les Comptes-rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS) souligne que les glaciers de l'Amundsen perdent déjà de leur stabilité. Ils seraient le premier "verrou" à sauter dans le système climatique de l'Antarctique, expliquent-ils. Un point de non retour. Les simulations effectuées par ordinateur révèlent que la fonte des glaces en cas de réchauffement des océans peut déclencher un mouvement de fonte qui se poursuit ensuite pendant des siècles, voire des millénaires, soulignent-ils. La fonte de la glace dans l'Arctique atteint un nouveau record. Selon Julienne Stroeve, du Centre américain de données sur la neige et la glace, la formation de glace de mer arctique semble être terminée pour cette année, bien qu'il puisse encore y en avoir à quelques endroits précis.

La fonte de la glace dans l'Arctique atteint un nouveau record

La glace de mer arctique diminue d'environ 5 % chaque dix ans. Son étendue maximale cette année est plus d'un million de kilomètres carrés en deçà de la moyenne des 30 dernières années - soit un rétrécissement d'environ 7 %. C'est aussi 1 % de moins que le dernier creux record de l'hiver, enregistré en 2011. De plus, les scientifiques ont remarqué que l'étendue de la glace atteint désormais son niveau maximal plus tôt dans l'année et que la fonte s'amorce aussi plus rapidement. Mme Stroeve a affirmé que ce nouveau record s'expliquait par le mouvement des eaux de la mer de Barents, au nord de la Russie, comme c'est généralement le cas les années de très bas niveau de glaces marines.

Voici à quoi ressemblerait la Terre si toutes les glaces du globe fondaient. Plusieurs études le confirment : les banquises perdent du terrain d'année en année.

Voici à quoi ressemblerait la Terre si toutes les glaces du globe fondaient

Mais à quoi ressemblerait notre planète si toute la glace avait fondu ? Comme on peut s'en douter, les conséquences seraient pour certains désastreuses. La surface de la banquise n'a jamais été aussi réduite. C'est l'annonce inquiétante que vient de faire le National Snow and Ice Data Center (NSIDC). L'ours polaire de l'Arctique ne va pas bien. C'est ce que révèle une nouvelle étude réalisée à partir de données recueillies sur une période de 10 ans dans les Territoires-du-Nord-Ouest, au Yukon et en Alaska, régions qui bordent la mer de Beaufort, dans le nord-ouest de l'Arctique canadien.

L'ours polaire de l'Arctique ne va pas bien

Les chercheurs, dont des spécialistes d'Environnement Canada et du U.S. Geological Survey, y ont non seulement recensé les ours polaires, mais ils ont aussi évalué leur état de santé, leur âge et le taux de survie des oursons.Ils ont découvert que la population d'ours polaires dans la mer de Beaufort avait chuté de près de 50 % au milieu des années 2000.

Entre 2003 et 2007, seuls deux des 80 oursons recensés dans la banque de données ont atteint l'âge adulte. À ce moment, la population d'ours polaires ne comptait plus que 900 individus dans cette région. La fonte de deux glaciers du Groenland pourrait faire monter le niveau marin de 1 mètre. Le glacier Zacharie, l’un des plus gros de la calotte arctique, connaît un retrait accéléré depuis 2012, selon une étude publiée dans « Science ».

La fonte de deux glaciers du Groenland pourrait faire monter le niveau marin de 1 mètre

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir C’est une nouvelle alerte sur le front du climat. Elle nous vient du Grand Nord.