background preloader

Marinefridman

Facebook Twitter

Marine Fridman

Près d'un Français sur deux adepte de la consommation "collaborative" 48 % des Français pratiquent la revente d'objets, le covoiturage, le troc ou encore la colocation, et à 63 % pour une raison d'économie financière, selon un sondage TNS Sofres.

Près d'un Français sur deux adepte de la consommation "collaborative"

Près de la moitié des Français (48 %) pratiquent désormais la revente d'objets, le covoiturage, le troc ou encore la colocation, et à 63 % pour une raison d'économie financière, selon un sondage TNS Sofres pour le groupe La Poste. Selon cette étude publiée jeudi, qu'il s'agisse de revendre des objets, d'acheter en première main ou d'occasion, de pratiquer le covoiturage, l'autopartage, le troc, la colocation, la consommation dite "collaborative" n'est plus un microphénomène : désormais, 48 % des Français la pratiquent régulièrement et 32 % disent vouloir s'y mettre, quand 20 % y semblent réfractaires. Au total 8 Français sur 10 pratiquent ou ont l'intention de pratiquer cette nouvelle façon de consommer.

Lire le post de blog : Vingt idées pour dynamiser l'économie du partage dans les territoires. Le choc des valeurs: L’économie collaborative progresse en France et ailleurs. En 2011, Time Magazine a cité la consommation collaborative comme une des 10 grandes idées en cours, qui allaient changer le monde (« Today's Smart Choice: Don't Own.

Le choc des valeurs: L’économie collaborative progresse en France et ailleurs

Share » par Bryan Walsh).Dans son édition sur les tendances 2013, Havas WorldWide avait mis l’accent sur le phénomène du « Co » et ses autres suffixes (Col, Com, Con), qui allaient révolutionner nos modes de consommation et bousculer les entreprises traditionnelles : collaboration, cohorte, community, commitment, connect, cohabitation, copreneurs, co-parenting, Co création, co-authoring, co-education, co-production, etc. 18 mois plus tard, force est de constater que le « Co » s’insère dans nos modes de vie. Ainsi, l’économie collaborative modifie la structure de l’économie (préférence de la location à l’achat, des ménages à la fois producteurs et consommateurs) et commence à générer un chiffre d’affaires significatif.

The Future Of The Sharing Economy Depends On Trust. What's the Future of the Sharing Economy? By SPARKS & HONEY CULTURAL STRATEGISTS The Sharing Economy is a topic that has been garnering a lot of attention lately -- from startups embracing the collaborative model to consumers embracing the age old “sharing is caring” philosophy when it comes to vacation rentals, like AirBnB, or transportation solutions like NYC’s Citibike or Zipcar.

What's the Future of the Sharing Economy?

We at sparks & honey have seen real value in the sharing economy trend as of late and recently partnered with global digital agency, Tribal Worldwide, to host the Collaborative Economy Summit, in which we set out to gather thought leaders in this space an answer one simple question -- where is the Collaborative Economy heading and what value will it bring to business, brands and customers of the future? Turns out we learned a few more interesting things along the way. Here are three key takeaways that emerged from the Summit: Sharing isn't new: Sharing is human nature and has been around since the beginning of time. What the Sharing Economy Means to the Future of Travel – Skift. By Vincent Trivett + Skift Team With the global economic downturn and increasing trust of the Internet and online payments, there has been a major shift towards access of goods over ownership of them.

What the Sharing Economy Means to the Future of Travel – Skift

Inspiring Route - Sharing Economy & Collaborative Consumption. Sharing economy : quel business model ? Les start-up de la consommation collaborative sont nombreuses.

Sharing economy : quel business model ?

On ne peut pas en dire autant de leurs moyens de s'enrichir. Et dire que ce sont les Etats-Unis, chantres de la propriété individuelle, qui sont à la pointe de la sharing economy, en français l'économie du partage... Nul doute que cette ironie du sort aurait amusé les partisans du kolkhoze d'hier – littéralement économie collective. Aujourd'hui, c'est bien l'américaine AirBnB, une plateforme de réservation de nuitées chez les particuliers, valorisée 2,5 milliards de dollars, qui est érigée en symbole de ce mode de consommation alternatif. Lancé en 2008, le site recense 4 millions d'utilisateurs dont 2,5 millions gagnés la seule année 2012. Et pour cause, monétiser la notion de partage n'est pas chose aisée.

Beaucoup de start-up en sont encore à chercher des financements. 714-1-document_file.pdf. Plus d'un tiers des Français séduits par l'économie collaborative. 41% des Français sont disposés à louer leurs objets personnels afin de bénéficier de revenus additionnels.

Plus d'un tiers des Français séduits par l'économie collaborative

Une tendance partagée par la plupart des sondés à l’échelle mondiale selon une étude Nielsen. A noter : la tendance haussière des «micro-entrepreneurs »… et de la location au détriment de l’achat. Cergy Pontoise – 10 juin 2014 - Plus d'un tiers (41%) des consommateurs français sont prêts à partager ou à louer leurs biens personnels, selon une nouvelle étude réalisée par Nielsen. Cette nouvelle approche de l’économie, fondée sur la collaboration entre individus davantage que sur les échanges marchands, a été rendue célèbre par le site de location Airbnb (mise en relation de loueurs de chambres et clients) et permet aux particuliers de tirer profit de la capacité inutilisée de biens personnels tels que maisons, voitures ou équipements sportifs en les louant à d'autres consommateurs.

L'économie de partage, pour qui, pour quoi ? A propos de l’enquête globale Nielsen. ONG-Entreprises : Le choc des valeurs: L’économie collaborative progresse en France et ailleurs. Uber, Airbnb and consequences of the sharing economy: Research roundup. Airbnb's positive economic impact in cities around the world. Etude : Airbnb bénéficie à l’économie locale. Airbnb, le leader mondiale de la location d’hébergements entre particuliers, vient de publier une étude spécifique au marché parisien.

Etude : Airbnb bénéficie à l’économie locale

En effet, Airbnb contribue à diversifier le tourisme à Paris tout en stimulant l’activité économique des quartiers traditionnellement moins touristiques. Le chiffre marquant de cette étude : la communauté Airbnb a contribué à l’activité économique de Paris à hauteur de 185 millions d’euros en un an, soit 1100 emplois induits. Réalisée en collaboration avec Astères, cabinet d’analyse économique, l’étude montre que les personnnes qui louent leur logement sur Airbnb utilisent les revenus gagnés pour arrondir leurs fins de mois en cette période de crise. L’étude révèle également que les voyageurs qui utilisent Airbnb effectuent des séjours plus longs et dépensent plus d’argent à Paris et notamment dans des quartiers qui ne sont habituellement pas fréquentés par les touristes.

Retour sur les principaux résultats de cette étude : A propos de Edwin Mootoosamy.

SEO

Les secrets du 10ème. Google Analytics. Expats. Startup interessantes. Actualité web. Economie collaborative. Actualités voyages.