background preloader

L'évolution des pratiques de lecture en France

Facebook Twitter

L'évolution des pratiques de lecture en France peut se voir au moyen des enquêtes qui mettent en lumière les nouvelles tendances des pratiques de lecture des Français.

Enquête lecture :un bilan positif. Plus le regard des chercheurs s'est dégagé des préjugés sociaux et culturels, et plus les pratiques de lecture sont apparues dans leur diversité. Aujourd'hui, la lecture est une pratique plurielle et largement répandue, mais le livre n'est plus son support privilégié. Depuis un peu plus d'un siècle, les élites intellectuelles des nations industrialisées se sont préoccupées des pratiques de lecture de la population et en ont fait un enjeu de politique sociale et culturelle. A la demande des militants, des éditeurs ou des politiques, les chercheurs ont donc mené des enquêtes sur la proportion de lecteurs et de non-lecteurs dans la population, leurs goûts, leurs pratiques ou leurs motivations.

Dans la première moitié de ce siècle, ces enquêtes sont demeurées rares, notamment en raison de l'absence des fondements méthodologiques qu'établira plus tard la sociologie. Des années 70 à aujourd'hui, cette dynamique d'enquêtes s'est évidemment accélérée. Plus de lecteurs, mais moins de lecture. Enquête : Les pratiques de lecture. Le Centre National du Livre a mené une enquête sur les Français et la lecture.

Alors que le marché du livre a baissé en 2014, il s’agit de « comprendre les Français dans leur rapport au livre et à la lecture, à travers l’analyse de leurs pratiques, de leurs perceptions ou de leurs sources de prescription ». Est confirmé le rôle essentiel de la famille : l’importance qu’elle accorde à la lecture pendant l’enfance a un impact particulièrement fort sur le taux de grands lecteurs tandis que l’absence de livres dans le foyer fabrique des non-lecteurs. Les pratiques s’avèrent quelque peu genrées : les hommes lisent plutôt livres d’Histoire, de sciences et BD ; les femmes sont plus lectrices de livres pratiques et de romans. La dynamique de lecture s’affaiblit : si près de la moitié des lecteurs déclarent lire autant qu’avant, la tendance est globalement à la baisse, surtout chez les 15-24 ans (45% lisent de moins en moins de livres contre 33% chez leurs aînés).

Le rapport complet en ligne. Etude sur les français et la lecture. Enquête : quelles pratiques de lecture en France ? Pingz Man, CC BY 2.0 Menée par Marco Caramelli, chercheur à l'INSEEC, l’enquête sur la lecture de romans touchera ces différents sujets et bien d’autres. « L’un des objectifs finaux sera de proposer des moyens d’inciter les Français à lire davantage, cause que nous considérons d’utilité (de santé ?) Publique », explique-t-il. Y répondre prend moins de 5 minutes lorsqu’on est un petit lecteur (ou un non-lecteur) de romans, et une vingtaine de minutes lorsqu’on est un lecteur régulier. Les résultats n’ont en effet pas vocation à être vendus, mais seront simplement publiés dans des revues scientifiques et diffusés gratuitement.

Et son message reste simple : « Si vous souhaitez me donner un coup de main en diffusant mon annonce auprès de vos lecteurs/followers, cela me permettra d’obtenir des résultats de recherche robustes sur un domaine particulièrement important à une époque où la lecture de romans perd du terrain, avec les conséquences désastreuses que nous connaissons tous. » Les Français et la lecture. Vincent Monadé, président du Centre national du livre, en présence de Françoise Benhamou, a présenté l’étude « Les Français et la lecture », confiée à Ipsos, ce lundi 16 mars à 11h au Centre national du livre.

Le CNL porte une action forte et déterminée en faveur du livre et de la lecture, notamment pour intéresser les publics qui en sont éloignés. Inscrivant son action dans la durée, l’établissement continuera d’étudier régulièrement les relations entre les Français et la lecture. L’étude menée à l’échelon national a pour objectif de mieux connaître et comprendre, tant le grand public que certaines populations cibles (notamment les 15-24 ans et les non-lecteurs), dans leurs rapports au livre et à la lecture, à travers l’analyse de leurs pratiques, de leurs perceptions ou de leurs sources de prescription.

Téléchargez et lisez l’étude : Étude sur l'évolution des pratiques. Résumé : Ce mémoire a pour thème la lecture et son impact sur la société. Il propose une mise en contexte historique abordant l'évolution du livre de l'invention du volumen à sa dématérialisation actuelle, grâce aux techniques de numérisation et à internet. L'analyse de ces évolutions, liée à celle des pratiques de lecture et des institutions privées, publiques et politiques permet de comprendre le rôle que le livre et la lecture ont joué dans la société et les différentes fonctions qui leur ont été attribuées.

Il aborde également la sociologie de la lecture, que ce soit au niveau des théories de la réception ou des enquêtes sur les pratiques culturelles afin de mieux comprendre les mécanismes à l'œuvre dans l'acte de lecture et les influences réciproques entre lecture et société. Une analyse plus approfondie de l'offre de lecture en France met en évidence les interrogations et les problèmes liés à la lecture. L’évolution des pratiques de lecture. L’étude d’Olivier Donnat du Département des études statistiques (DEPS) du ministère de la Culture, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique (2009) est une référence incontournable pour qui s’intéresse à l’évolution des pratiques culturelles.

Elle vient de se voir augmentée de plusieurs pages d’études complémentaires la mettant en perspective sur la longue durée via une analyse générationnelle (que le DEPS avait déjà esquissé avec le BIPE en 2007 dans cette étude, voir mon commentaire). Une étude qui ne propose aucun scoop, mais qui approfondit nos connaissances de l’évolution des pratiques de lecture. Si on regarde la question de la lecture, l’étude sur 35 ans, montre plusieurs choses. Quand on observe avec attention les graphiques produits par le DEPS, on se rend compte que la classe d’âge des 15-24 ans demeure celle où les lecteurs de livres sont proportionnellement les plus nombreux, tant dans les années 70 qu’aujourd’hui. Signaler ce contenu comme inapproprié. Mutation de l'animal lecteur.

On lit de moins en moins de livres… Mais l'homme pressé d'aujourd'hui, entouré d'écrans, n'a jamais autant lu ! Où l'on découvre que les pratiques de lecture ont connu bien des mutations. « Je crois que nous sommes, dans l'âme, des animaux lecteurs et que l'art de lire, au sens le plus large, définit notre espèce », écrit Alberto Manguel, dans son Nouvel Eloge de la folie (éd.

Actes Sud). La belle affirmation de l'écrivain argentin ne constitue-t-elle pas pourtant une profession de foi obsolète ? Il y a quelques années, lors d'un colloque sur l'avenir du livre, organisé à Sciences-Po, l'historien et éditeur Pierre ­Nora évoquait ainsi une « rupture civilisationnelle » en cours : « Auparavant, la lecture était considérée tout à la fois comme le moyen d'apprentissage naturel de la langue et comme indispensable à l'apprentissage de la vie. “Plus que jamais auparavant, l'écrit est partout dans nos vies…” « Nous sommes dans un moment de mutation, c'est certain.

Le lecteur, une espèce menacée ? Les jeunes et les livres en 2016. Si le livre reste le premier bien culturel des Français et la lecture l’une de leurs activités préférées, il n’en demeure pas moins que l’un comme l’autre voient leurs poids s’amenuiser, en particulier chez les plus jeunes. Pourtant, l’importance de la lecture dès le plus jeune âge, pour nourrir le futur adulte et citoyen, est primordiale. Le livre et la lecture ouvrent le chemin vers la connaissance, invitent à la découverte, aux rencontres et, en cela, offrent une véritable chance de comprendre le monde et de l’appréhender. Ils sont donc essentiels à la construction de l’individu. Dans ce cadre, le CNL s’attache à mieux connaître le secteur dans lequel il évolue, en interrogeant ses professionnels sur leurs enjeux, leurs mutations, leurs préoccupations ou leurs attentes, mais également en s’intéressant au public, point de jonction de l’ensemble des acteurs en aval de la chaîne du livre.

En général : Les différences majeures entre les cibles : Il en est de même dans le choix des livres : "Les Français et la lecture" : je t’aime, moi non plus. A trois jours du Salon du Livre de Paris, le Centre National du Livre (CNL) et l’institut Ipsos ont braqué leurs feux sur nos habitudes de lecture. Bilan du sondage : mitigé, car si nous lisons de moins en moins, l’attachement que nous portons à cette activité demeure important. État des lieux en quatre questions. Les Français lisent-ils? Oui. Il faut noter ici l’influence déterminante du milieu originel: un Français sur quatre peut dire que la lecture tenait dans sa famille une place importante; parmi ceux qui sont dans cette catégorie, 45% sont devenus de grands lecteurs.

Que lisent-ils ? Tout dépend du lecteur. Ces lectures studieuses, ajoutées aux obligations scolaires, font que leur catégorie peut se targuer d’un score supérieur à celui de leurs aînés (19 livres par an contre 16). Quels sont les freins à la lecture? À 64%, les Français voudraient lire davantage. L’achat en ligne a-t-il pris le pas sur les librairies? Pas forcément. Leo Landon. 6 chiffres clés du livre en France (Synthèse) Une infographie, présentant des données statistiques du secteur du livre en France, a été publiée le 20 mars 2015 par le gouvernement. Elle dévoile des chiffres très intéressants autour des trois thèmes suivants : les Français et la lecture ;l’industrie du livre ;le livre numérique. Les chiffres essentiels Selon une enquête Ipsos de mars 2014 réalisée pour le syndicat national de l’édition, 70% des Français ont lu au moins un livre dans l’année. Cette enquête précise également que les Français lecteurs lisent en moyenne 15 livres par an. Concernant l’industrie du livre, près de 80 000 emplois en France sont directement liés au livre selon une étude économique réalisée par le syndicat national de l’édition.

L’analyse des pratiques de lecture de livres numériques nous apporte d’autres chiffres très intéressants.