background preloader

Contre le bio

Facebook Twitter

Forum-Les méfaits de l'agriculture bio? L’industrialisation du bio. Avec un chiffre d’affaires qui a augmenté de 19% en 2009 pour les produits bio, le secteur a le vent en poupe.

L’industrialisation du bio

Longtemps délaissé par les supermarchés et les industriels car considéré comme marginal, le bio est devenu pour eux incontournable. Le problème est que nous sommes face à une industrialisation du bio. Il faut, à la manière des produits conventionnels, plaire au plus grand nombre en créant des produits aseptisés, bien emballés, au goût passe partout.

Le « Bio » et ses limites. Qu’est-ce que l’alimentation biologique ?

Le « Bio » et ses limites

L’agriculture biologique est un système de production agricole qui respecte l’environnement dans un sens général et se base sur trois principes fondamentaux : • Cette méthode de culture respecte la santé des consommateurs en leur offrant des aliments sains et contrôlés. • Elle respecte la nature par un choix des variétés adaptées au climat local, par la rotation des cultures (terres en jachère) et interdit l’utilisation de produits chimiques de synthèse. • Elle respecte également les animaux en leur offrant une nourriture dite « bio », privilégie les races du terroir et interdit l’utilisation de certains médicaments (antibiotiques pour les cochons par exemple).

Pour ou contre ? Le bio en 5 arguments... Le bio n'est pas meilleur pour la santé. Faut-il encore manger bio?

Le bio n'est pas meilleur pour la santé

La question mérite, une nouvelle fois, d'être posée après la publication cette semaine dans la revue Annals of Internal Medicine, d'une étude dont les conclusions montrent clairement que les aliments issus de l'agriculture biologique ne sont pas meilleurs pour la santé que ceux produits par l'agriculture conventionnelle ou «chimique». Alors que le consommateur les paie en moyenne, et au bas mot, 25 % plus cher! Cette fois, le coup est parti des États-Unis. Souhaitant répondre avec des arguments solides aux patients qui leur demandent s'ils doivent ou non «passer au bio», des médecins de l'université de Stanford ont épluché pas moins de 237 études scientifiques dans lesquelles aliments biologiques et conventionnels étaient comparés de façon rigoureuse.

L'exception du phosphore À leur grand étonnement, les chercheurs ont constaté qu'il n'y avait pas de différence significative entre les deux catégories de produits. Les fausses promesses du bio. Après avoir été considéré pendant des décennies comme marginale et sans intérêt, l’agriculture biologique (AB) serait aujourd’hui le modèle idéal d’agriculture.

Les fausses promesses du bio

Il est vrai qu’à force d’entendre les abondantes critiques à l’égard de l’agriculture conventionnelle, notamment au sujet des pesticides, on serait enclin à plébisciter ce type d’agriculture, censé être plus propre pour l’environnement et proposer des produits de meilleure qualité sanitaire. Santé, environnement : les fausses croyances du bio Cependant, la réalité n’est pas aussi évidente que le suggère l’essentiel de la communication officielle autour du bio. Premièrement, sur le terrain, les faits ne confirment pas que l’AB serait la meilleure pratique agricole pour l’environnement. Certes, si l’on prend pour mesure la quantité d’herbicides déversés sur un hectare, l’AB est incontestablement plus « propre » que toute autre forme d’agriculture.

Aux racines idéologiques du bio atlantico sur facebook notre compte twitter Je m'abonne. Les agriculteurs ne sont pas des pollueurs empoisonneurs. Pourquoi je ne mange pas "Bio" ... Un peu comme le terme « écologie » qui de la science glisse vers la politique (cf un précédent article), il est des glissements sémantiques et néologismes qui en disent long sur notre société : « Manger bio », voilà une expression qui, il y a 20 ans encore, signifiait pour la plupart des français manger un yaourt nature (celui qui enlève le stress des exams vous savez !).

Pourquoi je ne mange pas "Bio" ...

Journée mondiale de l'alimentation : non, le bio n'est pas forcément durable. Des activistes de l'ONG AnimaNaturalis lors de la journée mondiale sans viande, le 2 octobre 2013, à Barcelone (L.GENE/AFP).

Journée mondiale de l'alimentation : non, le bio n'est pas forcément durable

L’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire, y compris les mangeurs, peut contribuer à l’alimentation durable. Mais ce processus est lent, notamment parce qu’il est mondial. Le durable, le long terme, c’est surtout une préoccupation des riches, qui n’ont plus à se tracasser du court terme. Quand ils lisent "alimentation durable", les pauvres pensent "alimentation" et les riches "durable".