O/K 2010

Facebook Twitter

Après Woerth, feu sur Kouchner au Monde et à l'Assemblée. Un budget serré comme jamais, des diplomates qui font la grimace et un secrétaire d’Etat à la francophonie qui pose sa démission sur fond de polémique sans être remplacé.

Après Woerth, feu sur Kouchner au Monde et à l'Assemblée

Le quai d’Orsay a perdu la main sur la diplomatie française et en cas de remaniement, Bernard Kouchner pourrait bien faire partie de la charrette. L’Elysée a d’autres chats à fouetter, ces temps-ci, certes, mais le temps est à l’orage au dessus du ministère et la Sarkozie prend l’eau de toutes parts. Dans une tribune commune les deux ex-ministres des affaires étrangères, Alain Juppé et Hubert Védrine, lancent un appel alarmiste « Cessez d’affaiblir le quai d’Orsay ! ». Sans jamais citer le nom de l’actuel locataire des lieux, les deux anciens ministres se disent inquiets « pour la France d’un affaiblissement sans précédent de ses réseaux diplomatiques et culturels ».

Kouchner, le premier des «kagamistes» français. A gauche Rose Kabuye, présumée terroriste, qui a accueilli Kouchner à l'aéroport de Kigali Du même auteur Notre fameux ministre des Affaires étrangères est actuellement en tournée en Afrique où, selon le récit médiatique qui en est fait, il est censé concurrencer une nouvelle tournée africaine du ministre des Affaires étrangères de la Chine, Mme Yang Jiech.

Kouchner, le premier des «kagamistes» français

Mais la première étape de son voyage, à Kigali, n'a qu'un lointain rapport avec Pékin. Journalistes et politiques : un tabou français. « Le pouvoir est le plus puissant des aphrodisiaques », disait Henry Kissinger, secrétaire d’Etat de Richard Nixon… et séducteur patenté.

Journalistes et politiques : un tabou français

Que les politiques soient ivres de pouvoir et de femmes n’est plus un secret pour quiconque. Déjà sous les ors de Versailles, les rois affichaient leurs nombreuses maîtresses comme de véritables attributs du pouvoir. Plus récentes sont les relations entre journalistes féminines et hommes politiques. Si la presse se voit déjà, souvent, accusée de connivence avec le pouvoir, les amours – ou les passades – des représentantes des médias avec ceux du peuple ne laissent pas de défrayer la chronique. Avec des retombées redoutables sur les carrières des jeunes femmes. Duel Pouzilhac-Ockrent à France 24 - Médias - Actualité Challenges.fr.