background preloader

Bonus de Maurice Levy

Facebook Twitter

Maurice Lévy : et en plus, il touche une retraite ! Maurice Lévy (MEIGNEUX/SIPA) Du même auteur Le cas Maurice Lévy n’en finit plus de s’aggraver.

Maurice Lévy : et en plus, il touche une retraite !

La semaine dernière, latribune.fr indiquait que le patron de Publicis allait empocher cette année un bonus gargantuesque de 16 millions d’euros. Aujourd’hui, Marianne révèle que, depuis le 1er janvier dernier, le même exerce sa fonction de président de directoire de Publicis tout en faisant valoir ses droits à la retraite. Ainsi le dirigeant peut-il percevoir une pension (de l'ordre de 8 000 à 10 000 euros par mois selon le service de communication du groupe, qui a confirmé l'information) en plus de ses millions de salaire variable. En février 2010, Henri Proglio avait déjà crée la polémique sur le sujet du « cumul emploi retraite » dans les affaires.

«Rendons hommage à l'honnête monsieur Baroin» (François Baroin - DURAND FLORENCE/SIPA) Du même auteur Patatras !

«Rendons hommage à l'honnête monsieur Baroin»

Alors que le torrent de l’indignation consensuelle se déversait tranquillement suite à l’annonce du versement par Publicis d’un bonus de 16 millions d’euros à Maurice Lévy, alors que la droite s’appliquait à coller au millimètre près aux critiques de la gauche contre les rémunérations indécentes (Valérie Pécresse : « Cette rémunération, elle paraît effectivement disproportionnée » ou encore Nicolas Sarkozy : « rémunérations faramineuses […] exorbitantes »), pour faire oublier un quinquennat marqué par le bouclier fiscal et l’envol des inégalités, voilà que le Ministre de l’Economie et des finances met les pieds dans le plat, avec fortes éclaboussures à la clé. Non, ce bonus n’est pas choquant ni anormal. Maurice Lévy (qui, ironie du sort, défendait il y a un an la surtaxation des très riches ) ?

Retrouvez Romain Pigenel sur son blog. Les millions de Maurice Lévy : un nouvel argument de campagne ? (François Hollande et Maurice Lévy - CHESNOT/SIPA) Du même auteur La Tribune l'annonçait lundi : « Publicis verse un bonus de 16 millions d'euros à Maurice Lévy ». Jackpot donc pour ce « gourou de la comm' », mais en période de (post) crise, rien d'étonnant à ce qu'une telle annonce fasse mouche dans la presse : « La rémunération de Maurice Lévy fait scandale » , « Maurice Lévy, le retour des salaires des patrons dans la présidentielle », ... Pourtant, cette information n'a rien de nouveau car Challenges avait annoncé depuis le 2 décembre 2011 le montant que toucherait Maurice Lévy en 2012. L'auteur, Vincent Beaufils, prédisait ainsi : « Maurice Lévy étant un manager auquel ses actionnaires, et notamment la première d'entre eux Elisabeth Badinter, sont très attachés, un accord avait été scellé : pour s'assurer de sa fidélité jusqu'à fin 2011, toute une partie de sa rémunération correspondant au variable de 2003 et 2011, allait être doublée et lui être versée début 2012.

Rémunération de Maurice Lévy: le camp socialiste s'insurge. En meeting à Boulogne-sur-Mer, le candidat PS François Hollande a lancé: "Il y a quand même des inégalités qui ne sont pas supportables dans notre pays, qu'on ne peut pas accepter et ce ne sont pas ces patrons-là qui vont nous faire la leçon sur la compétitivité de l'économie française!

Rémunération de Maurice Lévy: le camp socialiste s'insurge

". M. Hollande avait été récemment l'invité d'un forum sur la compétitivité organisé par Le Monde et l'AFEP (Association française des entreprises privées) présidée par M. Lévy. "Moi qui avait fixé la barre à un million d'euros, sacrée différence! ", a-t-il lancé, en allusion à sa proposition d'instaurer une taxation à 75% pour les revenus supérieurs à un million d'euros par an. Jérôme Cahuzac, conseiller de François Hollande budget et fiscalité, a renchéri dans l'émission "Preuves par 3" (Public Sénat/AFP): "L'inégalité dans la répartition de la richesse produite, quand elle est à ce point, est un désordre et ce désordre, il faut y mettre fin". M. Pourquoi Maurice Lévy ne devrait pas voter François Hollande. Maurice Lévy penche-t-il pour Nicolas Sarkozy, comme 52 % des Français gagnant plus de 60.000 euros ?

Pourquoi Maurice Lévy ne devrait pas voter François Hollande

Il y a deux semaines, le patron de Publicis avait certes réservé le même accueil cordial à François Hollande et à Nicolas Sarkozy, tous deux venus parler compétitivité au colloque de l'Afep, la puissante Association française des entreprises privées dont il est le président. Mais devant le parterre de grands patrons, il avait un peu tancé François Hollande en rappelant leurs inquiétudes quant au coût du travail, ou en multipliant les allusions sur la proposition de taxer les revenus à 75% au-delà de 1 million d'euros.

Des phrases semblant innocentes, mais qui prennent tout leur sens depuis lundi. En effet, le président du directoire de Publicis doit toucher cette année 16,2 millions d'euros de rémunération, selon le rapport annuel du groupe. Pour une taxe exceptionnelle sur les hauts revenus Contre une taxe à 75% Maurice Lévy s'est prononcé contre la taxe de François Hollande. Bonus de Maurice Lévy : Publicis demande des messages de soutien aux salariés. Les managers du groupe de com’ ont demandé aux salariés de signer des messages de soutien au PDG, qui va toucher 16 millions d’euros de prime.

Bonus de Maurice Lévy : Publicis demande des messages de soutien aux salariés

Infosignalée par un internaute Marc (son prénom a été modifié) travaille chez Publicis. Mercredi 28 mars, en fin de journée, il assiste à un drôle de ballet dans l’open space : « Les directeurs appellent les équipes dans leurs bureaux. Comme tout est vitré, tout le monde assiste au manège en se demandant ce qu’il se passe.

Le patron de Publicis Maurice Lévy va toucher 16 millions d'euros.