background preloader

Article 2: iGEM + analyse des documents

Facebook Twitter

iGEM dernière version. Analyse des documents Article 2 iGEM. Des français au MIT pour une compétition de biologie synthétique - Consulat Général de France à Los Angeles. Les 5, 6 et 7 novembre dernier s’est déroulé au MIT de Boston l’iGEM (International Genetically Engineered Machine), une compétition mondiale de biologie synthétique.

Des français au MIT pour une compétition de biologie synthétique - Consulat Général de France à Los Angeles

Il s’agit pour les étudiants de modifier une bactérie par l’insertion d’ADN afin de lui donner une nouvelle fonction. Les équipes françaises ont eu l’opportunité de présenter leurs projets devant les meilleures équipes mondiales et un jury d’experts en biologie de synthèse. Les résultats ont été dévoilés lundi 7 novembre lors de la cérémonie de remise des prix qui a clôturé l’événement et distingué quatre équipes finalistes : Imperial College London – MIT - University of Washington - ZJU China. Parmi elles, l’équipe américaine de Washington a été désignée comme “Grand Prize Winner“, suivie par l’équipe londonnienne (“1st Runner Up“) et l’équipe asiatique ZJU-China (“2nd Runner Up“). Dans la catégorie “Environnement”, c’est l’Université de Calgary qui a été primée. Ces biohackers qui "jouent aux Lego" avec l'ADN des bactéries- 15 novembre 2014. Jeudi 30 octobre : dans une immense salle d'exposition du centre des congrès Hynes de Boston (Massachusetts), 2.500 étudiants arborant des tee-shirts aux couleurs de leur université installent des affiches aux titres cinématographiques : "Green Demon", "Operation Debug", "The Transformer", "Sponge Patrol", "The Sexy Plant", "Super Dream Factory"...

Ces biohackers qui "jouent aux Lego" avec l'ADN des bactéries- 15 novembre 2014

Sur ces posters, de petites bactéries ou algues unicellulaires hilares et conquérantes, représentées façon héroïnes de BD, côtoient toute une série de graphiques scientifiques. Mais ces jeunes, qui ont entre 20 et 25 ans, ne se sont pas contentés de "dessiner" ces micro-organismes. Ils les ont "fabriqués", en reprogrammant leur génome pour la mission de leur choix : guérir la maladie d'Alzheimer ou la malaria, détecter précocement la maladie du sommeil, cracher des biofiouls, sécréter de nouveaux parfums et cosmétiques, protéger nos plantes ou dépolluer eaux douces et océans... "Au début, les biologistes criaient au fou" Le FBI aux aguets. Main Page - ung.igem.org. Team:Copenhagen/Project.