background preloader

Stock

Facebook Twitter

Les enfants européens toujours plus menacés de pauvreté. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Manuel Fritsch Tandis que l’Europe s’interroge face aux flux migratoires sur la question de ses frontières, d’autres frontières, à l’intérieur même de l’Union, continuent de se dessiner de plus en plus nettement.

Les enfants européens toujours plus menacés de pauvreté

Dans son étude annuelle sur la situation sociale des pays de l’Union européenne (UE), intitulé « Social Justice Index », le cercle de réflexion allemand Bertelsmann Stiftung met en garde contre les fractures qui se creusent de plus en plus nettement en Europe entre pays du sud et du nord et entre générations. Le rapport, publié mardi 27 octobre, classe les pays membres de l’UE selon six critères de « justice sociale » : pauvreté, éducation, le marché du travail, santé publique, la justice entre les générations et la cohésion sociale. En tout, 35 indicateurs sont utilisés. Les résultats les plus frappants concernent les enfants et les adolescents de moins de 18 ans. Un modèle qui a perdu son pouvoir d’intégration. 10 graphiques sur les « quartiers prioritaires », réservoirs de chômage et de pauvreté. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Dix ans après les émeutes de 2005, les ex-Zones urbaines sensibles n’ont changé que d’appellation.

10 graphiques sur les « quartiers prioritaires », réservoirs de chômage et de pauvreté

Désormais « quartiers prioritaires de la politique de la ville », ces zones continuent de concentrer chômage et pauvreté. Ils ont subi de plein fouet la crise financière de 2008 et ses conséquences, et dans bien des cas, leur situation est pire que voilà une décennie. 7,5 % des Français et 11 % des Franciliens On comptait, en 2006, 4,4 millions de personnes qui vivaient dans l’une des 751 ex-zones urbaines sensibles (ZUS, devenues depuis janvier des « quartiers prioritaires de la politique de la ville » ou QPV), selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), soit environ 7,5 % de la population française.

La seule région Ile-de-France rassemble un quart du total, avec 1,3 million de personnes vivant dans l’une des 157 ZUS de la région, soit 11 % de la population régionale. Qui sont ces habitants ? En partant de Clichy 2/4 : Illzach-Modenheim. En France, une baisse contrastée des inégalités. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel C’est une bonne nouvelle, même si les chiffres restent modestes.

En France, une baisse contrastée des inégalités

D’après l’étude de l’Insee sur « Les niveaux de vie en 2013 » publiée mardi 22 septembre, les inégalités ont un peu baissé en 2013 en France, confirmant la tendance amorcée l’année précédente. « Les inégalités entre les plus modestes et les plus aisés se réduisent », constatent les experts de l’Insee. Pour établir ce constat, les statisticiens de l’institut ont passé en revue plusieurs indicateurs. Dix ans après les émeutes, le sentiment d’abandon des banlieues. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvia Zappi Dix ans ont passé depuis le mouvement de révolte qui a secoué les banlieues et ébranlé la société française.

Dix ans après les émeutes, le sentiment d’abandon des banlieues

Durant trois semaines, après la mort de deux adolescents poursuivis par la police, Zyed Benna et Bouna Traoré, dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005, des pans entiers de la jeunesse des quartiers ont affronté les forces de l’ordre et crié leur rage. Lire aussi : Les émeutes de 2005 racontées par quatre témoins Des heurts qui ont fait des dégâts matériels importants – écoles, gymnases, maisons de quartiers et entreprises saccagés, voitures incendiées – mais qui ont surtout, par leur ampleur, surpris les politiques et déstabilisé l’Etat.

Il a fallu un déploiement de forces de l’ordre sans précédent et la proclamation de l’état d’urgence, inédite depuis la guerre d’Algérie, pour mater la révolte et ramener le calme. Une rénovation spectaculaire du bâti Voir aussi : Le nouveau visage de Clichy-sous-Bois. Inégalités : voulons-nous vraiment combattre l'injustice sociale ? En 2016, 1% de la population mondiale possédera autant que les 99% restants !

Inégalités : voulons-nous vraiment combattre l'injustice sociale ?

Pourquoi les choses ne changent-elles pas ? Le philosophe Patrick Savidan donne une réponse troublante. Heureusement, il y a l'Insee. In extremis, au dernier jour de l'été, le voici qui nous dardait un ultime rayon de soleil : en France, entre 2012 et 2013, l'écart entre les riches et les pauvres a un peu diminué.

Saluons la bonne nouvelle, même si, hélas, une hirondelle ne fait pas le printemps. Le 21 mai dernier, par exemple, à l'occasion d'un rapport de l'OCDE (1) sur cette question, son secrétaire général déclarait : « Les inégalités dans les pays de l'OCDE n'ont jamais été aussi élevées depuis que nous les mesurons. » L'organisation établissait ainsi que le revenu des 10% les plus riches est aujourd'hui près de dix fois plus élevé que celui des 10% les plus pauvres. Voulons-nous vraiment l'égalité ? Inutile de poursuivre, aujourd'hui ces informations sont connues.

LesEducs épisode pilote - vidéo Dailymotion.