background preloader

Crise de l'UE

Facebook Twitter

Tsipras: «J’ai pris la responsabilité de signer un accord auquel je ne crois pas» Il aura fallu 17 heures de négociations entre les 19 dirigeants de la zone euro pour arriver à un accord sur la crise grecque dans la nuit de dimanche à lundi.

Tsipras: «J’ai pris la responsabilité de signer un accord auquel je ne crois pas»

Un accord auquel Alexis Tsipras « ne croit pas » a-t-il avoué ce mardi soir à la télévision nationale ERT1 à la veille du vote crucial au Parlement. « J’assume mes responsabilités pour toute erreur que j’ai pu commettre, j’assume la responsabilité pour un texte auquel je ne crois pas mais je le signe pour éviter tout désastre au pays. » ► Ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Alexis Tsipras « Une sale nuit pour l’Europe » « La nuit de l’accord a été une sale nuit pour l’Europe qui a mis beaucoup de pression sur un pays, sur un peuple », explique le Premier ministre. « Mais contrairement au premier texte, nous sommes parvenus à un accord qui ne nous mène pas à une impasse », nuance-t-il. ► Ce qu’il faut retenir de l’« Agreekment » Le message antidémocratique des créanciers © Capture d’écran ERT1.

#ThisIsACoup: Germany faces backlash over tough Greece bailout demands. The draconian list of demands eurozone leaders handed to the Greek government in return for a European bailout has inspired a social media backlash against Germany and its hawkish finance minister, Wolfgang Schäuble.

#ThisIsACoup: Germany faces backlash over tough Greece bailout demands

ž#ThisIsACoup was the second top trending hashtag on Twitter worldwide – and top in Germany and Greece – as eurozone leaders argued through the night to convince the Greek prime minister, Alexis Tsipras, to take the deal or face bankruptcy and his country’s expulsion from the euro. The hashtag also featured strongly in Finland, whose government is open to the idea of a Grexit. — Joseph Weisenthal (@TheStalwart)July 12, 2015Interesting. #ThisIsACoup is also the top trending topic in Germany! Pic.twitter.com/iuKR3GYTqD — Sarianna Nikkola (@kreetalainen)July 12, 2015This is the #Finland I'm proud of! It was given impetus when Paul Krugman, the Nobel laureate economist, praised it on his New York Times blog: “The trending hashtag ThisIsACoup is exactly right,” he wrote. Killing the European Project - The New York Times. Suppose you consider Tsipras an incompetent twerp.

Killing the European Project - The New York Times

Suppose you dearly want to see Syriza out of power. Suppose, even, that you welcome the prospect of pushing those annoying Greeks out of the euro. Even if all of that is true, this Eurogroup list of demands is madness. The trending hashtag ThisIsACoup is exactly right. This goes beyond harsh into pure vindictiveness, complete destruction of national sovereignty, and no hope of relief. La trahison de Tsipras? Les propositions soumises par Alexis Tsipras et son gouvernement dans la nuit de jeudi à vendredi ont provoqué la stupeur.

La trahison de Tsipras?

Elle reprennent largement, mais non totalement, les propositions formulées par l’Eurogroupe le 26 juin. Elles sont largement perçues dans l’opinion internationale comme une « capitulation » du gouvernement Tsipras. La réaction très positive des marchés financiers ce vendredi matin est, à cet égard, un signe important. On sait par ailleurs qu’elles ont été en partie rédigées avec l’aide de hauts fonctionnaires français, même si cela est démenti par Bercy. Ces propositions résultent d’un intense travail de pressions tant sur la Grèce que sur l’Allemagne exercées par les Etats-Unis. Les termes de la proposition grecque Ces propositions sont donc proches de celles de l’Eurogroupe.

De fait, les propositions transmises par le gouvernement grec, si elles font incontestablement un pas vers les créanciers, maintiennent une partie des exigences formulées précédemment. Alexis Tsipras au Parlement européen - 8 juillet 2015. Prime Minister Alexis Tsipras’ message. Prime Minister Alexis Tsipras’ message.

Prime Minister Alexis Tsipras’ message

Home. Grèce : la BCE et la Commission changent la nature du référendum. La décision de la BCE de geler dimanche 28 juin le plafond de l'accès des banques grecques à la liquidité d'urgence (le programme ELA) a modifié entièrement la nature du référendum qui se tiendra dimanche 5 juillet en Grèce.

Grèce : la BCE et la Commission changent la nature du référendum

En théorie, la question posée aux électeurs grecs sera de savoir s'ils acceptent ou non les dernières propositions soumises officiellement par les créanciers le 25 juin dernier. Mais ce gel du programme ELA a rendu inévitable l'instauration de restrictions bancaires importantes. Et depuis que ce lundi 29 juin, les banques helléniques sont fermées et que les rues de Grèce se sont couvertes de longues queues devant les distributeurs de monnaie, la vraie question à laquelle l'électeur grec devra répondre est très différente. Site du collectif unitaire de solidarité avec le peuple grec. Prime Minister Alexis Tsipras’ statement on the latest developments. « Les créanciers veulent tuer le serpent dans l’œuf ! Politis.

« Les créanciers veulent tuer le serpent dans l’œuf !

Quelle est la réelle situation des retraites en Grèce ? Dimitris Stratoulis : Ces cinq dernières années de mémorandum les retraites grecques ont subi des baisses de 35% à 50%. La moyenne des retraites principales est de 665 euros et la moyenne des complémentaires est à 168. 40% des retraités sont sous le seuil de pauvreté et 60% ont des revenus inférieurs à 700 euros par mois. La majorité des retraités sont dans un véritable épuisement social. Que demandent les créanciers ?