background preloader

Documents nouveaux

Facebook Twitter

Pourquoi devient-on dépendant? Le joueur qui a développé une dépendance aux jeux de hasard et d’argent finit le plus souvent par atteindre une phase de désespoir en voyant son univers s’écrouler.

Pourquoi devient-on dépendant?

Il se retrouve isolé de sa famille, de son entourage et de son milieu de travail. Et c’est dans ces moments difficiles qu’il mesure pleinement les conséquences du jeu sur sa vie et qu’il entreprend une démarche pour s’en sortir. Mais avant d’en arriver là, plusieurs facteurs ont interagi pour développer et installer sa dépendance aux jeux de hasard et d’argent. L’illusion de pouvoir contrôler le hasardIl existe un élément sur lequel l’être humain n’a aucun pouvoir : le hasard. Avec lui, l’intelligence et l’habileté ne comptent pas.

L’appât du gainLes émotions que procure le jeu sont très séduisantes. La fièvre du jeuLa grande majorité des joueurs excessifs ont connu une phase de gains au cours de leurs premières expériences à des jeux de hasard et d’argent. Causes du jeu excessif - Stop-Jeu.ch. « Pourquoi développe-t--on des problèmes de jeux?

Causes du jeu excessif - Stop-Jeu.ch

» Différents modèles tentent d’expliquer pourquoi certaines personnes basculent dans le jeu excessif. Parmi ceux-ci, certains mettent en avant le rôle joué par l’apprentissage. Lorsqu’une personne joue et gagne, elle va apprendre que tel comportement (jouer) est suivi de telle conséquence positive (gagner de l’argent). Ce phénomène est appelé renforcement positif. D’autres modèles expliquent le jeu excessif par des croyances inadaptées de la part des joueurs concernant le jeu et en particulier concernant la possibilité d’influencer positivement l’issue du jeu.

D’autres modèles tendent à montrer que le jeu excessif a également une base biologique. La tendance actuelle est de considérer que les causes du jeu excessif sont multiples et renvoient à des facteurs biologiques, psychologiques et sociaux. Jeux d’argent : sortir de la dépendance. Loterie, grattage, casino, paris sportifs, jeux en ligne… Près d’une personne sur deux déclare jouer à des jeux d’argent et de hasard.

Jeux d’argent : sortir de la dépendance

Et certains en deviennent accros au point de se transformer en joueurs pathologiques. Explications. La dépendance aux jeux d’argent et de hasard a été une première fois mentionnée en 1561, décrite en 1914 puis analysée par Freud en 1928. On prend la chose au sérieux en 1957 avec la sortie de Psychology of Gambling (La psychologie du jeu) rédigé par le psychanalyste Edmund Bergler, considéré comme élément fondateur de ces études. Aujourd’hui, pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’addiction comportementale se définit par l’impossibilité de contrôler une pratique visant à produire du plaisir ou à écarter une sensation de malaise, et d’interrompre sa poursuite malgré ses conséquences négatives.

Un million de Français à risque Les signes qui doivent alerter. Information jeux d'argent. De manière quasi invariable, on estime que cette pathologie concerne un peu plus de 2 % de la population adulte ; le consensus est admis sur ce chiffre par l’ensemble des études internationales.

Information jeux d'argent

L’étude référence date de 1996 (Ladouceur, Jacques, Ferland et Giroux) et situe le taux de prévalence à 2.1 %. On remarque que les taux ont tendance à augmenter dans le temps signifiant aussi que plus il y a accès aux jeux de hasard, plus l’incidence augmente, comme tend à le démontrer l’expérience australienne, un pays qui détient un record en terme de nombre de loteries-vidéos et de joueurs pathologiques, estimés à 7 % de la population.

A Las Vegas, capitale mondiale du jeu, on dénombre aussi plus de joueurs accros que dans la moyenne nationale… Seule certitude, on peut admettre que les joueurs en difficultés se recrutent majoritairement au sein des joueurs réguliers, dont les études de clientèles montrent clairement l’importance : Synthèse ► Parler de dépendance, ce n'est pas parler d'excès ! Les Français ont perdu 10 milliards au jeu en 2015. Dix milliards d’euros.

Les Français ont perdu 10 milliards au jeu en 2015

Telle est la somme rondelette que les Français ont perdue au jeu en 2015, selon les chiffres collectés par Le Monde. Ce montant correspond à tout ce que les particuliers ont misé en un an dans les jeux d’argent et de hasard, comme le Keno, le PMU ou encore la roulette, en retranchant ce qu’ils ont gagné. C’est en quelque sorte le prix qu’ils acceptent de payer pour cet excitant « corps-à-corps avec le destin », selon la formule d’Anatole France. Ces 10 milliards ne sont pas perdus pour tout le monde. Ils permettent de vivre aux entreprises organisatrices de ces jeux, et l’Etat en prélève plus de la moitié sous forme de taxes. En un an, l’argent consacré par les Français aux jeux d’argent et de hasard a augmenté d’environ 2 %, une progression légèrement supérieure à celle des dépenses totales des ménages.

Grands gagnants du moment, les paris sportifs en ligne.