background preloader

Manarchitecture

Facebook Twitter

MAN. BiOGRAHIE. Né en 1969 à Paris, nationalité française Diplômé de l’école de Paris-Belleville en 1999, il travaille pendant ses études à l’agence de Pierre-Louis Faloci pour le Musée archéologique du Mont-Beuvray.

biOGRAHIE

Passerelle urbaine / Mascate. Passages c/ouverts.

Passerelle urbaine / Mascate

Malgré son assèchement, le lit du wadi Al Azaiba installé à cinq mètres en dessous du niveau de la ville marque une frontière entre une rive et l’autre. La passerelle piétonne, un axe majeur, doit franchir presque 80 m… C’est une situation particulière puisque l’obstacle à franchir s’est retiré et que nous n’avons pas à faire un exploit technique semblable au franchissement d’un fleuve, d’un précipice ou encore d’une autoroute.

C’est avant tout une passerelle qui s’apprécie autant du dessous que du dessus puisque nous déambulons librement dans le lit du fleuve. Là où d’autres passerelles se soucient moins de leur sous-face, celle-ci devient primordiale. Château d’eau. Une fabrique dans le paysage.

Château d’eau

Beaucoup de châteaux d’eau ont été construits dans les années 1960, ils constituent dans le paysage de grands signaux perçus plus ou moins bien selon les situations. De nombreuses communes ont essayé de les camoufler, de les intégrer en ayant recours à la création de fresques, et à la plantation de quelques arbres, mais sans jamais vraiment réussir à les rendre incontestables dans le paysage. Dès lors, une autre voie s’impose, celle de traiter ces objets à la manière d’une « fabrique contemporaine » dont la présence assumée participe au paysage. Pavillon Seguin.

« Le bâtiment accompagne l’horizontalité de l’île Seguin.

Pavillon Seguin

De ce fait, il devient un signal qui se doit d’être visible de nuit comme de jour, et le support d’un panorama paysagé et séquencé. » Ce pavillon d’information a été commandé par la ville de Boulogne, il expose et confronte le futur de l’île Seguin à son passé industriel. Le bâtiment, qui a vocation à être déplacé, est constitué par l’assemblage de quinze containers entièrement démontables. La relation du projet avec le jardin et les rives est primordiale, le bâtiment est soulevé pour libérer au maximum l’espace et faciliter la relation avec le paysage, les vues et la perspective des allées. A l’étage, sur un unique plateau, l’exposition du Pavillon mêle passé, présent et futur du lieu. Entrée du lycée Gutenberg. Boutique Pain de Sucre. « Ce projet retrouve des vertus oubliées du commerce parisien : la pleine visibilité de l’entresol et la façade légère en bois. » La boutique se situe au 14 de la rue Rambuteau, elle vient en prolongement de l’actuel « Pain de sucre », pâtisserie renommée du quartier du Marais, à Paris.

Boutique Pain de Sucre

Aéroport de Phnom Penh / Espace VIP. Financé par le Groupe Vinci, ce bâtiment autonome accueille les personnalités internationales ou gouvernementales dans l’enceinte de l’aéroport international de Phnom Penh.

Aéroport de Phnom Penh / Espace VIP

Étant donné l’environnement assez chaotique de l’aéroport, le parti pris architectural a été, dès le départ, de s’en protéger. Le projet présente ainsi des paysages introvertis sur lesquels les espaces du bâtiment s’ouvrent à l’image des temples plats angkoriens dont les enceintes concentriques marquent la frontière entre le monde des hommes et celui des dieux.

Les jardins sont constitutifs du projet. Les intérieurs et les extérieurs s’imbriquent en créant une impression de fluidité entre les différents espaces. Centre de conférence Kantha-Bopha. Genèse du projet.

Centre de conférence Kantha-Bopha

Situé à Siem Reap, petite ville incontournable pour la visite des temples angkoriens, ce projet de centre de conférence rattaché à l’hôpital pédiatrique de Kantha-Bopha a été initié par le médecin suisse Beat Richner. En créant la fondation Kantha-Bopha, Richner a réhabilité un hôpital en déshérence et construit deux nouveaux centres destinés aux soins gratuits pour les enfants du pays. Au-delà du projet humanitaire, son projet visait à faire de Siem-Reap un lieu d’échanges international.

Villa Lomé. « S’échapper du contexte urbain pour retrouver une île dans la ville ».

Villa Lomé

La parcelle, toute en longueur (80 x 22 m) et orientée est/ouest est située à une centaine de mètres de l’océan sur une des artères du damier urbain menant au front de mer. L’isolement et la sécurité ont été les données premières du projet et la présence des murs de clôture, une contrainte à sublimer. Les constructions viennent s’implanter dans la largeur du terrain, elles se développent le long d’un axe principal venant chercher des vues latérales sur des jardins et des espaces intérieurs à la manière d’un cloître. Les séquences s’enchaînent dans la profondeur du terrain et sont rythmées par la trame des poteaux des murs de clôture ; la dimension des ouvrages est donnée par ce rythme de 3 m. Le travail a été planifié en étroite collaboration avec le paysagiste Michel Audouy car le projet se nourrit autant du bâti que du paysage qui est entièrement à inventer. Villa Nou-Cinq. S’affranchir des contraintes du lot à bâtir.

Villa Nou-Cinq

Le terrain, un trapèze de 728 m2 , situé entre deux parcelles construites orientées plein ouest, donne sur une petite vallée boisée des Hauts-Fonds de Grande Terre. Il présente en outre une forte pente : sur une largeur de 20,5 m du côté du chemin d’accès, le dénivelé est de sept mètres. La maison est composée par deux corps de bâtiment venant se fondre dans la pente et le paysage : l’un recevant les pièces à vivre ; l’autre, les chambres. Le projet profite de cette forte déclivité pour dégager des vues par un jeu de terrasses décalées et orientées sur la vallée qui préserve aussi l’orientation des bâtiments voisins.

Un jardin planté vient s’insérer entre les deux bâtiments afin d’amener une ombre suffisante sans pour autant cacher la vue. La canopée des arbres à venir relie ces deux volumes tout en venant tempérer l’atmosphère des lieux, très exposés au soleil. Comble/s des Vosges. Meudon on the side. Une extension sous contraintes.

Meudon on the side

Dans le projet d’agrandissement de cet ancien commissariat transformé en maison d’habitation, deux paramètres limitaient notre champ d’intervention : la possibilité de ne créer une extension que que sur une partie très excentrée et fermée du terrain, et l’obligation de suivre des courbes d’élévation au sol qui ne permettaient de créer sur notre parcelle que peu de surfaces. D’autre part, l’orientation au nord de la maison et de la partie de terrain à bâtir, coincée entre trois murs, nous a décidés à traiter ce projet non plus comme une extension au sens classique du terme mais comme une construction autonome créant son propre axe d’orientation (choix d’un recul permettant de créer un patio, baies et trémies au sud, en fond de parcelle ; ouverture totale à l’est sur le jardin). Contrastes apparents. Détails / projet Oman. Détails / château d’eau. Détails / château d’eau Dammarie-les-Lys / Retour au projet DAMMARIE LES LYS1 nb DAMMARIE LES LYS11 nb Unregistered version. Images / pavillon Seguin.

Images / lycée Gutenberg. Images / Pain de sucre. Images / VIP. Images / Kantha-Bopha. Images / villa Lomé. Images / villa Lomé Retour au projet planslomé2012 planslomémasse Unregistered version. @import url(' all; Images / villa Nou-cinq. Images / Meudon on the side. Images / Meudon on the side Retour.