background preloader

STREET

Facebook Twitter

Réflexions autour des Cultures urbaines. 1Ma rencontre avec Gérard Althabe a dû avoir lieu en 1981‑1982.

Réflexions autour des Cultures urbaines

En m’inscrivant en DEA d’anthropologie urbaine pour renouer avec des études interrompues d’ethnologie à Nanterre, j’ai appris à le connaître d’abord au plan scientifique puis au plan relationnel. Le choix d’un directeur de thèse ne m’a pas questionné longuement. Je souhaitais me situer dans une dimension nettement contemporaine de l’ethnologie et j’ai eu l’intuition, car je mentirais si je disais que je connaissais bien les orientations des travaux de Gérard Althabe, que sa conception de l’anthropologie urbaine et industrielle par le fait qu’elle prenait pour objet les rapports sociaux, serait celle qui correspondait à mes intentions de recherche.

Ce dont j’ai pu m’assurer rapidement. 2Après l’obtention de mon DEA qui traitait d’une petite bourgade du Vexin, j’ai suivi régulièrement son séminaire. Les battles de Street Dance : un entre-deux culturel. 1 Le Djing est l’art du Deejay aussi appelé Disc-Jockey (DJ).

Les battles de Street Dance : un entre-deux culturel

Le rap est une forme d’expression music (...) 2 Danse au sol. 3 On parle souvent de Breakdancing dans les textes anglo-saxons mais le Break est en France une spéci (...) 1Née dans le ghetto du Bronx, la culture hip-hop se revendique de la rue et n’a cessé d’évoluer ces quarante dernières années : ses différentes expressions artistiques se spécialisent, ses modes vestimentaires évoluent, certaines fractions du mouvement s’institutionnalisent (Faure, 2004) et se diffusent à une population élargie.

Les formes artistiques qui s’expriment en son sein sont nombreuses, on peut en dénombrer trois principales renfermant chacune une pluralité de formes d’expression : les formes musicales (Djing Rap, Slam 1,etc.), les formes graphiques (Graff, Tag), les formes dansées : les disciplines du B-Boying, appelé aussi break 2, et celles des Danses Debout. 2La Street Dance apparaît comme un objet tout à fait intéressant pour le sociologue.

TOP 6 des expos de street art à Paris et en Île-de-France. Le street art n'a jamais été aussi présent dans les institutions culturelles : reconnu depuis quelques années comme une culture à part entière, les expositions se multiplient à travers la capitale, avec notamment l'ouverture du premier musée du street art.

TOP 6 des expos de street art à Paris et en Île-de-France

Sortir à Paris a répertorié les meilleures initiatives de la rentrée 2016. Suivez le guide ! L'histoire de l'art de rue commence avec l'histoire de l'art, qui a elle-même débuté le jour où les hommes se sont levés de leur couchette pour dessiner sur les murs. Des milliers d'années plus tard, c'est à New York que l'on a découvert l'art sauvage du graffiti à travers des noms écrits à la va-vite sur les murs du métro. Départ imminent pour le Roscella Bay saison 2. Dans le ciel plutôt obscur de cette année 2015-2016, la découverte du Roscella Bay avait fait partie des rares éclaircies qui nous rappelle qu’être jeune en France, c’est plutôt pas mal.

Départ imminent pour le Roscella Bay saison 2

Avec une belle réussite pour sa première édition, les rochelais ont placé la barre haute et se savent attendu au tournant. L’année de la confirmation pour cette jeune équipe qui a doublé la capacité du festival et rajouté une seconde scène. A première vue, rien qu’en matant la programmation, on peut dire que c’est assez bien parti. Rapport2007. Cultures urbaines - 15 mars 2007. Le street style, la nouvelle forme de photographie de mode populaire. Coco Chanel avait coutume de dire qu’il n’y avait pas de mode si elle ne descendait pas dans la rue.

Le street style, la nouvelle forme de photographie de mode populaire

Et c’est précisément à cet endroit qu’est née la tendance du street style qui fait des émules en ce moment. Car c’est désormais une industrie à part entière, avec ses stars et ses fans. Bill Cunningham, Tommy Ton, Scott Schuman… Ces noms ne vous évoquent rien ? Ils sont pourtant les photographes les plus célèbres du milieu. 20 tendances mode qui feront le printemps-été 2017. Les inspirations du printemps-été 2017 Véritable raz-de-marée modeux, la tendance streetwear raffle tout sur son passage, d’Alexander Wang à Isabel Marant en passant par Chanel dont toutes les silhouettes étaient, lors du show, affublés de casquette sur le côté.

20 tendances mode qui feront le printemps-été 2017

Un paradigme qui semble aller de pair avec l’inflexion sportswear de nombreux créateurs, Donatella Versace la première. Autre tendance forte : celle des années 80 qui, dans un souffle un brin nostalgique, enflamme aussi bien la collection Saint Laurent de ses coupes asymétriques et teintes délurées que les silhouettes Paco Rabanne, Carven ou Veronique Leroy de son aura retro-futuriste. Un retour en arrière qui se double chez Chloé, Prada, Givenchy ou Roberto Cavalli d’un voyage dans les sixties à coups de silhouettes bohèmes, de motifs psychédélique et d’imprimés wallpaper. Les matières tendances du printemps-été 2017. Le skate : de la contre culture à la street culture. Trouvant ses origines dans la contre culture californienne des années soixante, le skate et les lieux qui lui sont associés sont devenus un outil de fabrique de la ville.

Le skate : de la contre culture à la street culture

C’est ce que raconte l’exposition d’architecture, Landskating, présentée à la villa Noailles de Hyères jusqu’au 20 mars 2016. Calme plat en mer. Sale temps pour les surfeurs. C’est pour retrouver les sensations de la glisse sur l’eau, mais transposées sur le béton, que les surfeurs californiens ont inventé le skate dans les années soixante. Les kids, adeptes de ce qui allait devenir un véritable way of life urbain à l’international, étaient loin d’imaginer que cette pratique deviendrait un vecteur de cultures et changerait notre regard sur la ville et son architecture. Réflexions autour des Cultures urbaines. Les battles de Street Dance : un entre-deux culturel. Distinction, appropriation, rébellion, déclassement? Vers une théorie sociologique de la street food. Avant, un fast-food servait des plats bon marché, une nourriture utilitaire, dans des lieux souvent sans âme ou à la décoration criarde, pour une clientèle populaire peu regardante sur l’hygiène et tolérante quant à la teneur calorique de son plat.

Distinction, appropriation, rébellion, déclassement? Vers une théorie sociologique de la street food

Cette dimension populaire de la nourriture à manger avec les doigts, souvent dans la rue, est en train d’être remise en cause par ce qu’il est convenu d’appeler depuis quelques années «la révolution street food». Qu’est-ce que la révolution street food?