background preloader

Condition de travail

Facebook Twitter

Proches aidantes du baby-boom : le piège financier. Selon des estimations du Vérificateur général du Québec datant de 2001, mais toujours utilisées aujourd’hui, les proches aidants feraient économiser 4 milliards de dollars au système de santé québécois chaque année.

Proches aidantes du baby-boom : le piège financier

Le poids réel des pertes financières des proches aidants, lui, est moins connu – pertes surtout assumées par les femmes de plus de 45 ans. Une Québécoise sur deux aura à tenir ce rôle au cours de sa vie. Peut-on éviter l’appauvrissement de la prochaine génération d’aînées? Chaque semaine au Canada, 2,2 millions d’heures de travail sont perdues pour les quelque 8 millions de proches aidants qui s’occupent de gens ayant une incapacité, qu’elle soit causée par une maladie, la vieillesse ou un handicap. Entre janvier et mai 2016 seulement, 95 500 Québécois ont abandonné leur emploi en raison d’« obligations personnelles et familiales », dont 73 500 femmes, estime Statistique Canada.

Cinquantenaires sous pression Entreprises embêtées, système de santé engorgé Pression démographique. Le communautaire : l’avenir des soins aux personnes vulnérables? Le scénario se répète souvent.

Le communautaire : l’avenir des soins aux personnes vulnérables?

Après avoir attendu six mois, une personne âgée et malade reçoit enfin l’aide de son CLSC. Mais c’est insuffisant. Car la majorité des aînés en perte d’autonomie sévère n’ont pas les moyens de payer pour des soins privés d’appoint, même si les entreprises qui les offrent refilent une partie de la facture à l’État, selon le Réseau FADOQ. Que fait alors la proche aidante lorsqu’elle est à bout de souffle et que les CHSLD débordent? Elle se tourne vers le communautaire Au Regroupement des aidants naturels du Québec, le nombre d’organismes membres a triplé depuis 15 ans. « Le rôle de nos organismes a changé, précise le coordonnateur, Mario Tardif. Les organismes pour personnes âgées ne sont pas les seuls sous pression. Une place plus grande Cette année, Québec a prévu 60 M $ d’argent neuf en soins à domicile. Prendre les choses en main en attendant une nouvelle économie. Dans une société plutôt riche comme la nôtre, on ne peut se permettre d’être complaisant à l’égard du fait que 733 700 salarié·e·s occupent des emplois à bas salaire qui ne leur permettent pas de subvenir à leurs besoins, ce qu’on appelle des salaires non viables.

Prendre les choses en main en attendant une nouvelle économie

L’ambition pour quoi faire ? Lorsque Châtelaine m’a demandé, pour le numéro de la rentrée sur l’ambition, ce que le fait d’être ambitieuse m’avait apporté, je suis demeurée perplexe.

L’ambition pour quoi faire ?

Me définir comme telle ne m’avait jamais traversé l’esprit. D’autant plus que, symptôme de ma jeune vingtaine assurément, je me sens comme un imposteur dans 90% des activités que j’entreprends. Ambitieuse ? Mais non. Travaillante et chanceuse, au mieux. À LIRE: Ambitieuse, moi? Les 20 ans de la Loi sur l’équité salariale.

Les organisations syndicales revendiquaient le salaire égal pour un travail équivalent depuis les années 1970.

Les 20 ans de la Loi sur l’équité salariale

Après de longues batailles, l’Assemblée nationale a adopté la Loi sur l’équité salariale en 1996. Sur le terrain, la législation a fait toute la différence, d’après les centrales syndicales. Retour et bilan. Lorsque Francine Lévesque est entrée sur le marché du travail comme préposée aux bénéficiaires à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont en 1977, il y avait des postes de niveau 1 et des postes de niveau 2. Quelle était la seule différence entre les deux ? « Ça a été aboli en 1979, mais il restait encore beaucoup de discrimination systémique ; on ne faisait pas exprès, mais les femmes se retrouvaient toujours dans des métiers moins bien rémunérés », raconte Francine Lévesque, aujourd’hui première vice-présidente de la CSN. Pourtant, depuis 1975, la Charte des droits et libertés de la personne exige un salaire égal aux employés qui accomplissent au même endroit un travail équivalent. À force de solidarité féminine.

Adoptée il y a 20 ans, la Loi sur l’équité salariale fait maintenant bien partie de la réalité du monde du travail.

À force de solidarité féminine

Mais à l’époque, la faire adopter avait nécessité une longue lutte. Particulièrement de la gent féminine dans les syndicats, les groupes de femmes et les partis politiques. Retour sur les événements avec des acteurs et actrices clés de l’époque. Quand la maladie appauvrit. Gravel le matin - Journal. Collectif Ethique sur l’étiquette. Consensus droite-gauche contre les régimes à deux vitesses. En s’attaquant de front à la notion d’ancienneté, les jeunes libéraux ont mis en évidence cette semaine un étonnant consensus gauche-droite sur les clauses de disparité de traitement, dites « orphelin ».

Consensus droite-gauche contre les régimes à deux vitesses

Or cette fois, on ne parle pas d’iniquités dans les salaires, mais bien dans les régimes de retraite et dans les avantages sociaux. Lors de son congrès qui se tiendra cette fin de semaine, la Commission-Jeunesse du Parti libéral va proposer que le gouvernement clarifie la Loi sur les normes du travail pour abolir les disparités de traitement en fonction de l’embauche tant dans les régimes de retraite que dans les régimes d’assurance collective, les fameuses « clauses orphelin ».