background preloader

Laïcité et religions

Facebook Twitter

UFAL - Union des FAmilles Laïques. «RAPPORT 2020: POUR LA LAÏCITÉ, POUR LA RÉPUBLIQUE!», Collectif laïque national. L'Observatoire de la laïcité veut rendre obligatoire le baptême civil. Le 13 février, l’Observatoire de la laïcité a adopté un avis en faveur de l’instauration de nouveaux rites civils et républicains.

L'Observatoire de la laïcité veut rendre obligatoire le baptême civil

Pour l’Observatoire, ces rites revêtent une importance capitale puisqu’ils « concourent à une logique de rassemblement de la Nation ». Il en ressort trois propositions touchant directement les municipalités. Donner de la valeur au parrainage civil et républicain L’Observatoire dépoussière là une proposition de loi relative au parrainage républicain du sénateur Yves Daudigny (PS), adoptée à l’unanimité par le Sénat en 2015, et transmise, au cours de son parcours parlementaire, à l’Assemblée nationale en 2017. Aujourd’hui, les maires n’ont en effet aucune obligation de célébrer dans leur commune des cérémonies de parrainage civil. Sur la tenue en elle-même de cette cérémonie, l’Observatoire propose qu’elle puisse être commune à plusieurs enfants, et qu’elle reprenne une définition précise de la laïcité, fournie dans l’avis, afin d’homogénéiser les discours : Les clés de la laïcité - le rôle des collectivités territoriales - Session 3. À propos du cours Qu’est-ce que la laïcité... et que n’est-elle pas ?

Les clés de la laïcité - le rôle des collectivités territoriales - Session 3

Le principe de la séparation des églises et de l’état, c’est-à-dire de leur indépendance réciproque, a été posé par la loi du 9 décembre 1905. La France est ainsi une République indivisible, laïque, démocratique et sociale (article premier de la Constitution de la Vème République) La question de la laïcité et plus largement celle de la question religieuse est depuis la fin des années 1980 (port de foulards par des adolescentes dans un collège de Creil), un sujet régulièrement polémique dans la société française ainsi qu’une notion trop souvent mal comprise ou mal interprétée. Beaucoup de questions se posent, pour les agents publics en particulier et les citoyens en général, sur ce qui est permis ou non, sur les notions de libertés fondamentales, de signes ou vêtements à connotation religieuse, de respect de l’ordre public, de neutralité des différents espaces. Format Ce MOOC comporte 6 séances. Observatoire de la laïcité.

Egalité Laïcité Europe. Le maire et la laïcité – Analyse juridique. 26/10/2011par La rédaction Le respect du principe de laïcité dans la commune exige du maire des efforts constants.

Le maire et la laïcité – Analyse juridique

Cette synthèse juridique fait le point sur les règles applicables, posées par la Constitution, la loi et la jurisprudence récente. Cet article fait partie du dossier: Les élus locaux et le principe de laïcité voir le sommaire Analyse juridique de Aude Lockhart et Jean-Louis Vasseur, avocats à la Cour (SCP Seban et associés) - Le principe de laïcité et son corollaire, la liberté religieuse, sont garantis par la Constitution. - Les maires peuvent s’appuyer sur un corpus important de textes pour faire respecter ce principe.

. - Dans cinq arrêts en date du 19 juillet 2011, le Conseil d’Etat définit cependant un nouvel équilibre entre laïcité, liberté de culte et intérêt public. I. I.1. Le premier article de la Constitution de 1958 consacre le principe de la laïcité de l’Etat et son corollaire : la liberté religieuse et de conscience. I.2. Deux grands principes sont ainsi reconnus I.3. L’arsenal juridique contre les dérives sectaires. SECTES 26/11/2009par admin Hélène Delmotte, rédactrice en chef de "la Gazette-Santé-social", analyse les moyens juridiques dont disposent les maires et les agents pour lutter contre les mouvements sectaires.

L’arsenal juridique contre les dérives sectaires

Cet article fait partie du dossier: Prévenir et réprimer les dérives sectaires : la boîte à outils du maire voir le sommaire I. La loi du 12 juin 2001 tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales a étendu la définition des infractions pénales en la matière et renforcé les peines d’amende et d’emprisonnement. La loi donne une définition de « la secte » : « personne morale [...] qui poursuit des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d’exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui participent à ces activité ».

II. 1.