background preloader

Sauvegarde des territoires ancestraux et tribus

Facebook Twitter

Au Canada, un rapport compare les réserves indiennes au système de l’apartheid. Contemplez le visage de ces Indiens projetés sur la forêt amazonienne avant qu’ils ne disparaissent. Restez curieux.

Contemplez le visage de ces Indiens projetés sur la forêt amazonienne avant qu’ils ne disparaissent

Suivez nous ! Sous toutes ses formes, le street art nous offre matière à réflexion sur notre environnement, l’approche qu’on en a ou notre manière d’en être dépendant. Pour la première fois, cette forme d’expression se déplace jusque dans la forêt amazonienne sous l’impulsion de Philippe Echaroux, un artiste aussi talentueux qu’engagé. Almir Narayamoga Surui est le chef de la tribu des Suruis, un peuple de la forêt amazonienne délaissé du reste du monde et menacé par les catastrophes écologiques. Gardienne de la forêt, la tribu fut chargée par le gouvernement de protéger son territoire et d’y replanter des arbres pour en sauver l’écosystème.

Water Seer : une éolienne qui fabrique de l'eau potable. L’eau est une ressource essentielle.

Water Seer : une éolienne qui fabrique de l'eau potable

Aussi, quand elle se fait rare, l’homme n’a pas d’autre choix que de la faire apparaitre. Et nul besoin d’être un magicien pour y parvenir : l’ingéniosité et l’imagination de certains conduisent chaque jour à de nouveaux « miracles ». Dernier exemple en date : cette drôle d’éolienne qui capture le vent… pour le transformer en eau !

Cette petite invention permet de collecter jusqu’à 37 litres d’eau par jour, et ce, même dans les régions les plus arides du monde, sans qu’aucune source extérieure d’énergie ne soit nécessaire ! Edward Loure, le masaï qui défend par la loi ses terres ancestrales de Tanzanie. « Notre terre est tout pour nous.

Edward Loure, le masaï qui défend par la loi ses terres ancestrales de Tanzanie

Si nous n’avons pas de pâturage, nous n’aurons pas nos vaches. Et sans nos vaches, nous ne pouvons pas survivre », affirme Edward Loure, chef tribal masaï et militant des droits fonciers des peuples autochtones en Tanzanie. Sur l’île de Pâques, les guetteurs de l’océan. Dressés près du minuscule abri de pêche de Hanga Roa aux barques colorées, les moaïs tournent le dos à la mer.

Sur l’île de Pâques, les guetteurs de l’océan

Les guetteurs de pierre de l’île de Pâques ont l’air d’interroger du regard les visiteurs qui viennent les contempler au soleil couchant. Mais, plus loin, du haut de la carrière où elles ont été taillées, les vénérables statues semblent scruter le large et méditer sur l’avenir du Pacifique et des océans de la planète. Solennelles. Une écologie du bien-être. La préservation de notre environnement est l’un des défis majeurs de notre époque.

Une écologie du bien-être

Le sort des générations à venir est entre nos mains. À ce sujet, il faut également souligner que la présence d’un environnement naturel sain contribue remarquablement au bien-être subjectif. Sauvez la planète : le combat d'un chef indien. Message d’un chef indien surui pour sauver la planète : Entre reforestation, gestion durable des ressources et réhabilitation des enseignement de la foret amazonienne.

Sauvez la planète : le combat d'un chef indien

Entretien avec Almir Narayama Surui, et Corinne Sombrun. © Craig Stennett. Hallucinations écologiques. ALERTE ROUGE : le peuple Guarani-Kaiowá à nouveau victime de terrorisme génocidaire. Le pape François appelle à la protection des peuples indigènes et de leurs territoires. Le pape François a reconnu le rôle essentiel qu'ont les peuples indigènes dans la préservation des terres © Fiona Watson/Survival 2010 Dans son encyclique sur l’écologie humaine adressée aux évêques et aux fidèles, le pape François reconnait la relation particulière qu’entretiennent les peuples indigènes avec leurs terres, ainsi que leur rôle dans la protection de l’environnement.

Le pape François appelle à la protection des peuples indigènes et de leurs territoires

Laudato si' (24 mai 2015) 1. « Laudato si’, mi’ Signore », - « Loué sois-tu, mon Seigneur », chantait saint François d’Assise.

Laudato si' (24 mai 2015)

Dans ce beau cantique, il nous rappelait que notre maison commune est aussi comme une sœur, avec laquelle nous partageons l’existence, et comme une mère, belle, qui nous accueille à bras ouverts : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la terre, qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l’herbe ».[1] 2. Ohana signifie famille (Lilo & Stitch) FR. Warkawater, la tour qui transforme l'air en eau. Parmi les métiers du futur, dont la liste est à découvrir dans We Demain n°7, on trouve le « collecteur d’eau atmosphérique ».

Warkawater, la tour qui transforme l'air en eau

Arturo Vittori pourrait bien être le premier d’entre eux. Pour faciliter l’accès à l’eau dans les régions sèches d’Éthiopie, ce designer italien a développé des tours hautes de neuf mètres, chargées de capter l’eau présente dans l’air pour la transformer en eau potable. Warkawater (Warka est le nom d’un figuier africain symbole de fertilité) est constituée d’un filet à mailles fines de nylon ou polypropylène qui condense la vapeur d’eau présente dans l’atmosphère. En bas de la tour, un réservoir permet de collecter jusqu’à 100 litres d’eau potable par jour, selon son créateur. L’ensemble est adossé à une structure tressée à partir de matériaux naturels locaux et ne pèse que 60 kg. Le « livre qui se boit » pourrait révolutionner l’accès à l’eau potable. Une feuille du livre qui se boit © Water is life 3,5 milliards d’être humains boivent chaque année de l'eau dangereuse ou de qualité douteuse, selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 3,4 millions en meurent.

Le « livre qui se boit » pourrait révolutionner l’accès à l’eau potable

Pour y remédier, l’ONG Water is life a imaginé Drinkable Book (« le livre qui se boit »). Un livre un peu spécial, dont les pages prodiguent des conseils sanitaires et hygiéniques… et peuvent servir à filtrer l’eau polluée. Le Drinkable Book est imprimé sur un papier recouvert de nanoparticules d’argent, dont les ions détruisent les virus les bactéries de la typhoïde, du choléra, et de la plupart des maladies infectieuses véhiculées par l’eau. Il suffit d’arracher une de ses pages et de s’en servir comme un filtre à café.

Amérique du Sud

Inde. Afrique. Protection des Terres et de la Terre / Tribus. Assassinat, Violence physique envers les tribus et journalistes. Vols de terres, dégradation, non-restitution des objets / Tribus. Violence et non-respect de la dignité / Tribus. Journée mondiale des droits de l'homme : des leaders indigènes assassinés pour avoir défendu leur territoire. La leader guarani Marinalva Manoel a été poignardée à mort parce qu'elle luttait pour sa terre ancestrale. Pour marquer la Journée mondiale des droits de l’homme, Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes, attire l’attention sur la crise humanitaire que traversent les peuples indigènes du monde entier en rappelant cinq cas récents d’assassinat de leaders indigènes qui ont lutté pour leurs territoires et leurs droits :

Les Nations-Unies condamnent 'la destruction massive' des terres des Indiens isolés. Une femme totobiegosode qui a été chassée de la forêt, Chaco paraguayen. Un haut responsable des Nations-Unies a condamné la ‘destruction massive des écosystèmes (paraguayens)’ qui pourrait anéantir les derniers Indiens isolés du pays. Une exposition photographique met en valeur les peuples indigènes des forêts tropicales. De superbes photos des Indiens awá d'Amazonie brésilienne prises en 2013 par Sebastião Salgado, seront présentées dans le Biome tropical de l'Eden Project en Cornouailles, au Royaume-Uni. Les Awá, qui sont constamment attaqués par les bûcherons clandestins, ont de plus en plus de difficultés à chasser dans la forêt. © Sebastião Salgado/Amazonas/nbpictures.

Des tribus et des agriculteurs s'unissent pour mettre fin à l'expansion de la culture du palmier à huile aux Philippines. Laissez-nous faire! Survival International - Le mouvement pour les peuples indigènes. Selections from The Falling Sky: Words of a Yanomami Shaman, by Davi Kopenawa and Bruce Albert. Epidemic Disease Davi Kopenawa and Watoriki children. (F. Watson-Survival International, 1990.) In the time of our ancestors, the white people were very far away from us. They had not yet brought measles, coughing disease, and malaria into our forest. Our fathers and our grandfathers did not trust the white people and had always feared their epidemic fumes.

Much later, once I had become an adult, I began to ask myself what these white people had come to do in our forest. Now we fear the garimpeiros’ malaria, which is also very fierce. What we call xawara are measles, flu, malaria, tuberculosis, and all those other white people diseases that kill us to devour our flesh. Accueil.