background preloader

Risque nucléaire financier

Facebook Twitter

Au Japon, la difficile renaissance de Fukushima. Six ans après la catastrophe nucléaire, le chantier du démantèlement de la centrale reste titanesque.

Au Japon, la difficile renaissance de Fukushima

LE MONDE | | Par Philippe Mesmer (Fukushima (Japon), envoyé spécial) Par son coût, sa dangerosité et sa complexité, le démantèlement des quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima, endommagés le 11 mars 2011 par le séisme et le tsunami de l’est du Japon, reste un chantier hors norme, où les progrès se font à petits pas. Fin 2017, Tepco, l’opérateur du site, devrait commencer à retirer le combustible de la piscine du réacteur 3 avant d’envisager de faire de même aux tranches 1 et 2. Celle du réacteur 4 a été vidée en 2014. Mais le fait marquant de ces dernières semaines est l’effort consenti pour localiser le combustible fondu des réacteurs 1 à 3. Robot irradié.

L’EPR, ce piège dans lequel s’est enfermé le nucléaire français. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Philippe Escande L’atome fait décidément peur à beaucoup de monde.

L’EPR, ce piège dans lequel s’est enfermé le nucléaire français

Sa dernière victime n’est pas un écologiste saisi de frayeur au pied de l’usine de retraitement de déchets de La Hague (Manche), mais le directeur financier d’EDF. Le gardien des chiffres du premier exploitant nucléaire mondial démissionne avec fracas, en raison d’un désaccord sur le projet de construction de deux réacteurs de troisième génération (EPR) à Hinkley Point en Grande-Bretagne. Ce n’est bien sûr pas le risque environnemental qui inquiète à ce point ce grand argentier, mais le risque financier. Selon lui, suivi en cela par d’autres cadres et syndicalistes de l’entreprise, EDF met ses comptes en péril en se lançant aujourd’hui dans la construction de ces monstres de béton et d’acier. Nucléaire : l’EPR en danger de mort. L’EPR est-il condamné ?

Nucléaire : l’EPR en danger de mort

Présenté, à l’époque de sa conception par Areva, dans les années 1990, comme le nec plus ultra de l’industrie nucléaire française, le réacteur de troisième génération construit à Flamanville (Manche) par EDF est gravement menacé. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient de confirmer que sa cuve − le cœur de la chaudière où se produit la fission des atomes et qui doit être à toute épreuve − présentait une « anomalie très sérieuse ». Youtube. La santé financière d'Areva ? C'est Tchernobyl. Pendant quelques minutes ce mercredi 19 novembre, la page d’accueil du site web du constructeur de centrales a affiché un très pertinent « Erreur 404 - Areva » ; d’après Wikipédia, l’erreur 404 signifie que « la ressource demandée n’existe pas ».

La santé financière d'Areva ? C'est Tchernobyl

L’inexistence d’Areva ? Nous n’avons pas cru à cette bonne nouvelle... mais au vu de la situation financière désespérée, même l’ancien président de son conseil de surveillance, Pierre Blayau, récemment démis de ses fonctions, envisageait sérieusement le « démantèlement » du groupe, selon la presse. Le site web d’Areva affiche désormais, sur un bandeau noir dont la couleur mortuaire est de circonstance, un laconique « AREVA suspend ses perspectives financières pour 2015 et 2016 ». Et l’action du groupe, que l’on croyait déjà au plus bas, vient de plonger encore de 15 %. Dans la novlangue caractéristique du lobby nucléaire, l’industriel en perdition fait dans le registre énigmatique : Traduisons ce charabia en clair... Le nouveau patron d'Areva est prêt à en finir avec les centrales EPR. C'était prévisible...

Le nouveau patron d'Areva est prêt à en finir avec les centrales EPR

L'action Areva dévisse ce mercredi en Bourse, après nos révélations de la veille selon lesquelles l’entreprise est dans une situation financière, mais aussi industrielle, désespérée. Mardi, la cotation a été suspendue, tandis que la société confirmait ce que Challenges avait écrit : l’imminence d’un profit warning sur les résultats. Les explications sont alambiquées: Areva a indiqué ne plus pouvoir garantir son objectif d'un cash-flow opérationnel libre "proche de l'équilibre" car "certains des encaissements clients mentionnés (…) sont susceptibles d'être reportés sur l'exercice 2015". La prévision d'une baisse de 10% de son chiffre d'affaires cette année est confirmée. Toutes les perspectives financières pour les deux prochaines années sont suspendues "dans le cadre des travaux menés à échéance régulière par le directoire en matière de gestion prévisionnelle de l'entreprise".

La fin d'un mythe soigneusement entretenu.