background preloader

Progrès dans le respect des animaux

Facebook Twitter

Pour que l’empathie envers les animaux soit enseignée à l’école ! Plus personne ne s’en rappelle mais, à une époque lointaine, l’éthique animale figurait dans les manuels scolaires de tous les petits français (entre 1883 et 1923).

Pour que l’empathie envers les animaux soit enseignée à l’école !

Aujourd’hui, alors que ce thème est peu à peu reconnu comme étant l’un des enjeux majeurs de notre société moderne, un groupe de philosophes, chercheurs, juristes, vétérinaires et psychologues militent pour que, de nouveau, les enfants apprennent l’empathie envers les animaux. Gros plan sur une initiative inattendue mais très pertinente. Ces professionnels ont tous fait le même constat : « En France, les animaux en tant qu’individus sont largement absents des programmes de l’enseignement. Ils y demeurent évoqués sous l’angle de l’espèce – comme des illustrations de la classification – rarement pour eux-mêmes. » Cet appel, d’un genre plutôt surprenant, s’appuie sur des arguments forts et sensés. Ce qui est bon pour les animaux serait également bon pour notre société. Cet appel sera-t-il entendu ? Des photos magiques d'une ville japonaise envahie par des daims. INSOLITE - La ville japonaise de Nara est envahie par des daims régionaux, les "shikas".

Des photos magiques d'une ville japonaise envahie par des daims

Depuis des décennies, ils sont près de 1200 à profiter du parc, mais aussi des rues, en toute liberté. Nara était la capitale du Japon dans les années 700, désormais la ville est indiscutablement connue dans le monde entier pour être le territoire de hordes de daims, étrangement polis. La photographe japonaise Yoko Ishii a découvert ces animaux fascinants durant une sortie scolaire lorsqu'elle était enfant. Depuis, elle continue de rendre visite aux shikas afin de les prendre en photo. Le résultat est hypnotisant. Corine Pelluchon : "Les violences infligées aux animaux sont le miroir d’une humanité qui a perdu son âme"

Parole de Corine Pelluchon, une philosophe engagée sur la cause animale, une cause universelle, dans un Manifeste qui pose un constat, mais propose aussi des pistes pour une transition de nos sociétés, la cause animale en soulignant tous les disfonctionnements.

Corine Pelluchon : "Les violences infligées aux animaux sont le miroir d’une humanité qui a perdu son âme"

Aujourd'hui, dans Paso Doble : Corine Pelluchon, philosophe, professeure à l'Université Paris-Est-Marne-la-Vallée, spécialiste de philosophie politique et d'éthique appliquée pour le Manifeste animaliste, politiser la cause animale, aux éditions Alma. Nous devons penser la transition vers une société plus juste envers les animaux, prenant en compte leurs intérêts, et supposant des innovations et des aides aux personnes qui vivent de l’exploitation animale. Il ne s’agît pas d’accuser les éleveurs ni les peronnes qui travaillent dans des delphinariums mais de les aider à se reconvertir à moyen et long terme. Pour aller plus loin * Le site de Corine Pelluchon * Le twitter de Corine Pelluchon Intervenants. Le crapaud: 1001 façons d'aimer l'écologie. En Espagne, la Catalogne interdit les animaux sauvages dans les cirques.

Les dompteurs de fauves seront bientôt bannis de Catalogne.

En Espagne, la Catalogne interdit les animaux sauvages dans les cirques

Mercredi 22 juillet, le Parlement régional a voté l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques. Fini les acrobaties avec des éléphants, les fauves sautant dans un cerceau, les crocodiles ouvrant leur gueule sur la tête de leur dompteur. La région du nord de l’Espagne rejoint la liste de pays qui ont déjà voté un règlement similaire, parmi lesquels la Belgique, le Portugal, la Grèce ou l’Autriche. Lire aussi : Les animaux sauvages bientôt chassés des chapiteaux Les cirques ont deux ans pour appliquer la nouvelle norme, qui figure dans la loi de protection des animaux. . « Loi hypocrite » Avant de soumettre aux députés régionaux l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques, les militants avaient déjà fait un travail de sensibilisation auprès de la population et des mairies, diffusant des vidéos ou réalisant des enquêtes d’opinion.

. « Des fêtes barbares » autorisées. La fin du plus grand rituel-sacrifice d'animaux mondial. Le Népal met fin au plus grand sacrifice animal au monde Si chaque petite victoire compte pour les défenseurs de la cause animale, cette victoire-ci n’est pas des moindres.

La fin du plus grand rituel-sacrifice d'animaux mondial

Après des années de pressions, de revendications et de pétitions signées par des centaines de milliers de personnes, le Népal vient enfin de céder aux appels des ONG et de l’opinion publique en mettant fin au sacrifice de 500 000 animaux ayant lieu durant le Gadhimai Festival. Une décision historique encourageante pour toutes les causes similaires… Les exemples de cruauté animale ne manquent pas dans l’actualité, mais pour une fois, les associations de défense des animaux ont de quoi se réjouir. Le Gadhimai Festival, une fête hindoue célébrée tous les 5 ans au Népal, se déroulera désormais sans faire couler le sang d’aucun animal. Une tradition ancestrale Tous les 5 ans, 5 millions de pèlerins entreprenaient ce voyage, dont 80% d’indiens amenant avec eux les animaux à sacrifier durant ces deux jours de festival.