background preloader

En cours, à suivre

Facebook Twitter

Areva & Uramin, la bombe à retardement du nucléaire français. Stephen Dattels, l’homme invisible Le financier canadien, fondateur d’Uramin, est un homme très discret.

Areva & Uramin, la bombe à retardement du nucléaire français

Aucune photo publique n’existe et son entourage refuse de parler de lui. A quoi ressemble Stephen Dattels ? Est-il grand, petit, maigre, gros, souriant, barbu, chauve ? Porte-t-il des lunettes et le costume-cravate couleur muraille typique des hommes d’affaires ? Dattels, un businessman sans visageNé en 1947, ce financier canadien, par qui le scandale Uramin est arrivé, a des allures d’homme invisible. N’importe quel « businessman » avec un tel pedigree ferait la une des magazines du monde entier et, passerait, comme le milliardaire américain Warren Buffet, pour un gourou.

Barrick Gold, son premier fait d’armes dans le businessDiplôme de droit en poche et après quelques années passées dans une société canadienne de consulting, Stephen Dattels a véritablement fait ses classes et appris le « business » chez Barrick Gold, jusqu’à en devenir le vice-président en charge des finances. Fessenheim, l’atome déchu. Nucléaire : un deal « Flamanville contre Fessenheim » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir Donnant-donnant.

Nucléaire : un deal « Flamanville contre Fessenheim »

Tollé après l’irruption des déchets radioactifs dans la loi Macron. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir.

Tollé après l’irruption des déchets radioactifs dans la loi Macron

Nouvelle embrouille à Fessenheim ! Communiqué commun du Réseau "Sortir du nucléaire", Fédération Alsace Nature, CSFR – Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin, Association Stop Fessenheim, Association Stop Transports – Halte au Nucléaire, Réseau Fukussenheim EDF cache un grave problème, puis rafistole son circuit de sauvegarde en catimini.

Nouvelle embrouille à Fessenheim !

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ et les associations Alsace Nature, CSFR, Stop Fessenheim, Stop Transports-Halte au Nucléaire et le Réseau Fukussenheim viennent de découvrir que des événements extrêmement graves se sont passés à la centrale nucléaire de Fessenheim la nuit du 12 au 13 décembre 2014. C’est bien arrivé : du plutonium dans la Loire ! Début mai 2015, le documentaire "Nucléaire, la politique du mensonge ?

C’est bien arrivé : du plutonium dans la Loire !

" a fait connaître au grand public les accidents nucléaires graves qui se sont déroulés à la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher). En 1980, du plutonium a notamment été déversé dans la Loire ! Nucléaire : l’EPR en danger de mort. L’EPR est-il condamné ?

Nucléaire : l’EPR en danger de mort

Présenté, à l’époque de sa conception par Areva, dans les années 1990, comme le nec plus ultra de l’industrie nucléaire française, le réacteur de troisième génération construit à Flamanville (Manche) par EDF est gravement menacé. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient de confirmer que sa cuve − le cœur de la chaudière où se produit la fission des atomes et qui doit être à toute épreuve − présentait une « anomalie très sérieuse ».

De nouveaux tests doivent être réalisés d’ici à l’automne. L’éventuelle confirmation de ce diagnostic à l’issue des essais porterait un coup fatal à l’EPR. Un tel revers technologique, qui révélerait l’incapacité d’Areva à forger une cuve répondant à toutes les normes de sûreté, aggraverait en effet l’autre point faible de l’EPR : son coût, exorbitant. Les mensonges de l’Andra devant la justice : compte-rendu de l’audience du 5 janvier 2015. Le 5 janvier 2015, l’Andra a été convoquée devant le Tribunal de grande instance de Nanterre suite à l’assignation en justice pour faute déposée par 6 associations (ASODEDRA, BureStop55, Cedra52, Habitants Vigilants de Gondrecourt-le-Château, MIRABEL - Lorraine Nature Environnement, Réseau "Sortir du nucléaire").

Les mensonges de l’Andra devant la justice : compte-rendu de l’audience du 5 janvier 2015

Nos associations mettaient l’Andra en cause pour avoir dissimulé, pendant plus de 15 ans, des informations concernant la ressource géothermique à Bure, qui interdit l’implantation d’un site d’enfouissement de déchets radioactifs à cet endroit-là en raison d’un risque de perforation des déchets. Ce faisant, comme l’a démontré notre avocat, l’Andra a délibérément failli à sa mission d’information et de transparence, à laquelle elle est expressément tenue en tant qu’agence dotée d’une mission de service public. « Nous voulons mettre fin à cet art de la désinformation pratiqué par l’Andra.

Cette désinformation s’est poursuivie en cours de procédure et jusqu’à l’audience. "Des dinosaures dans un champ de fleurs" Des dinosaures dans un champ de fleurs « La France devra s’adapter à la nouvelle donne énergétique et effectuer les transformations qui s’imposent.

"Des dinosaures dans un champ de fleurs"

Ce nouveau monde de l’énergie sera comparable à Internet. Le résultat ne sera pas le produit d’un petit nombre d’ordinateurs géants, mais de millions d’ordinateurs privés connectés entre eux pour constituer un réseau. C’est exactement à cela que ressemblera l’avenir du secteur énergétique. Qu'est-ce que la radio-activité ? Accueil > Formations et ressources > Liste des documentaires - conférences > Qu'est-ce que la radio-activité ?

Qu'est-ce que la radio-activité ?

Recommander cette page à un(e) ami(e) Kezako, la série qui répond aux questions de science, aborde la question "Qu'est-ce que la radiocativité ? " et aborde notamment les durée de vie, les rayonnements ionisants et les effets sur l'organisme. Crédit photo : ESOlex / Shutterstock.com Niveau : Universitaire. Loi sur la transition énergétique : rénovation, automobile, les mesures pour les consommateurs - Sciences. L'examen de la loi sur la transition énergétique, proposée par la ministre de l'Environnement Ségolène Royal, débute mercredi à l'Assemblée nationale.

Loi sur la transition énergétique : rénovation, automobile, les mesures pour les consommateurs - Sciences

Présenté comme un enjeu majeur du quinquennat, ce projet est destiné à alléger la facture de la France tout en réduisant sa dépendance au nucléaire et aux énergies fossiles. Ce projet de loi devrait également "changer la vie des Français", selon la ministre. La remise en cause du nucléaire. On peut déplorer Fukushima, mais on ne peut lui retirer au moins un effet : la floraison de promesses. L’accident de 2011 a forcé le candidat Hollande à concéder deux choses aux écologistes : la fermeture de la centrale de Fessenheim et la diminution de la part du nucléaire dans la production électrique du pays, de 75% aujourd’hui à 50% en 2025.

Or, Hollande peine à matérialiser sa première promesse, intention louable de fermer les deux vieux réacteurs alsaciens - que l’allemand EnBW et un consortium suisse ont contribué à financer aux côtés d’EDF. Mis en service en 1977, ils affichent une vétusté dont personne ne nie le danger. Il y a un hic : ni le gouvernement ni le Parlement n’ont la main. Seuls l’Autorité de sûreté du nucléaire (ASN) et/ou l’exploitant EDF peuvent décider sa fermeture. Le nucléaire en casse tous risques. La fumée qui s’échappe des deux tours de refroidissement encore en activité de la centrale de Chooz (Ardennes) - prononcez «chô»- ferait presque oublier qu’ici on démantèle. Sur ce site nucléaire érigé il y a près de cinquante ans à 55 kilomètres au nord de Charleville-Mézières et à quelques battements d’ailes de la frontière belge, une centaine de techniciens dirigés par EDF s’activent toujours à démembrer le réacteur nucléaire Chooz A. Vingt-trois ans après sa mise à l’arrêt !

Sûreté nucléaire. L’enjeu centrales. Des centrales plus sûres ? Les Veilleurs de Fukushima. Le blog de Fukushima. Le combat de Mr. Idogawa, maire de Futaba. Katsutaka Idogawa est le maire de la petite ville de Futaba, comptant environ 6500 habitants, située à 3 km de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.Suite à l'accident nucléaire du 11 Mars 2011, la ville se trouvera fortement contaminée le 12 Mars avec un niveau de radioactivité plusieurs centaines de fois supérieur à la normale, avant même l'explosion du réacteur 1 qui exposera la population et les services d'urgence travaillant à l'évacuation des habitants à des retombées radioactives notables. Mr. Idogawa est le seul maire des zones sinistrées à avoir décidé dès les premiers instants et de son propre chef d'évacuer la totalité des résidents en dehors de la préfecture de Fukushima.

Une partie trouvera refuge dans un lycée désaffecté de la ville de Kazo, préfecture de Saitama, à 250 km de là dans la banlieue nord de Tokyo, où seront installé des services administratifs et une mairie provisoires. Quelques considérations personnelles pour finir.Concernant le refus de Mr.