background preloader

Ils demandent la sortie du nucléaire

Facebook Twitter

Jeremy Rifkin (économiste, prospectiviste et essayiste) Bernard Lietaer (économiste et co-fondateur de la monnaie unique européenne) "Jamais aucune centrale nucléaire ne tiendrait le coup économiquement si on devait calculer combien ça coûte en tout" Ex-cadre dirigeant de la Banque Centrale de Belgique et un des co-fondateurs de la monnaie unique européenne, Bernard Lietaer est un économiste et spécialiste des questions monétaires reconnu au niveau mondial.

Bernard Lietaer (économiste et co-fondateur de la monnaie unique européenne)

Invité de l’émission Terre à terre sur France Culture le 4 février 2012 pour parler des monnaies complémentaires, Bernard Lietaer illustrait ainsi la focalisation sur le court terme de notre système monétaire : "Jamais aucune centrale nucléaire ne tiendrait le coup économiquement si on devait calculer combien ça coûte en tout. Ce qu’on fait, après vingt ans, c’est zéro. La France peut-elle sortir du nucléaire ? Mikhaïl Gorbatchev (Prix Nobel de la Paix, dernier président de l’URSS)

"Les horribles souvenirs de Tchernobyl et maintenant de Fukushima sont trop frais et trop frappants pour qu’on s’autorise à méditer tout autre choix que celui de mettre fin à notre dépendance à l’énergie nucléaire.

Mikhaïl Gorbatchev (Prix Nobel de la Paix, dernier président de l’URSS)

" Le 27 septembre 2011, en tant que président de l’ONG Green Cross, M. Gorbatchev prenait une position extrêmement claire concernant la sortie du nucléaire, qu’il a malheureusement quelque peu nuancée par la suite, dans une interview accordée au journal Le Monde le 13 mars 2012 : 27 septembre 2011 : "J’applaudis la Suisse de franchir cette courageuse étape visant à mettre fin à sa dépendance à l’énergie nucléaire, et j’exhorte les parlementaires suisses à saisir cette opportunité historique à laquelle ils font face, qui peut garantir à leur pays un futur plus sûr et plus propre.

" (Source : "Green Cross : Switzerland can send global message by voting to end reliance on nuclear energy", 27 septembre 2011) 13 mars 2012 : Lettre ouverte de neuf Prix Nobel de la Paix aux dirigeants du monde. Préférez les énergies renouvelables à l’énergie nucléaire Lettre ouverte de neuf Prix Nobel de la Paix aux dirigeants du monde 26 avril 2011 En ce 25ème anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en Ukraine - et plus de deux mois après les gigantesques tremblement de terre et raz-de-marée qui ont dévasté le Japon – nous, soussignés et lauréats du Prix Nobel de la Paix, vous demandons d’investir dans un futur plus sûr et plus pacifique en vous engageant pour favoriser les sources d’énergie renouvelable.

Lettre ouverte de neuf Prix Nobel de la Paix aux dirigeants du monde

Il est temps de reconnaître que le nucléaire n’est pas une source d’énergie propre, ni sûre, ni économiquement abordable. Nous sommes extrêmement inquiets de voir que la vie des Japonais est menacée par la radioactivité dispersée dans l’air, l’eau et la nourriture suite à la panne qui a eu lieu à la centrale nucléaire de Fukushima. "Vingt-cinq ans après Tchernobyl, il y a des gens qui affirment que les choses s’améliorent. Un rapport démonte les arguments du nucléaire dans la lutte contre le changement climatique. Image d'illustration (Crédit : Pixabay) Le nucléaire n'est pas la solution miracle pour lutter contre le changement climatique, soutient un rapport présenté mardi par plusieurs organisations non gouvernementales, qui accuse l'industrie nucléaire d'exagérer la contribution de l'atome dans ce domaine.

Un rapport démonte les arguments du nucléaire dans la lutte contre le changement climatique

SONDAGE - ENERGIE - NUCLEAIRE : 83 % des Français souhaitent une réduction du nucléaire - Sciences. Une majorité des Français pour une "sortie progressive du nucléaire" - Sciences. Pétition : Pour un référendum - pour sortir du nucléaire.

Ils soutiennent et ont signé la pétition : Danièle Mitterrand, Nicolas Hulot, Patrick Viveret - philosophe, Corine Lepage - députée européenne et ancienne ministre, Yves Cochet - député de Paris et ancien ministre, Philippe Meirieu - vice-président de la région Rhône-Alpes, – magickara

Nucléaire 30 ans d'âge : stop au rafistolage ! Lettre envoyée à votre député-e : Lettre ouverte "Nucléaire 30 ans d’âge : stop au rafistolage" Bonjour, J’habite dans votre circonscription, et je vous écris en perspective du débat parlementaire sur la loi de transition énergétique qui aura lieu à l’automne 2014.

Nucléaire 30 ans d'âge : stop au rafistolage !

Les décisions qui en découleront engageront l’avenir énergétique de la France pour plusieurs décennies et me préoccupent fortement. Lettre d’un père de Fukushima à un père de Tchernobyl. Le 15 Avril 2013, un père qui a quitté Fukushima a expédié une lettre à Leonov, un père du Belarus pour le remercier de ses conseils.

Lettre d’un père de Fukushima à un père de Tchernobyl

Le 26 Mars, Leonov avait donné un ensemble de conseils à des habitants de Fukushima par le canal du World network website à propos de la vie à Gomel, Belarus, après avoir vécu le désastre historique de Chernobyl. Cher Mr. Alexandre Leonov Bonjour. Merci beaucoup pour vos informations précieuses au sujet de la protection des enfants contre les radiations! Nous, parents, nous devons être suffisamment courageux pour protéger nos enfants. Ce n’est pas que nous ayons hérité la planète de nos parents, mais je crois que nous en sommes propriétaires pour nos nos enfants et les générations futures. Ne refaites jamais cette erreur - Lettres d'enfants de Fukushima lues aux Nations Unies. Makis « radioactifs » et Japonais en colère pour l’anniversaire de Fukushima. Une parisienne se laisse tenter par un sashimi au césium « Bonjour Madame.

Makis « radioactifs » et Japonais en colère pour l’anniversaire de Fukushima

Voulez vous goûter à de délicieux poissons péchés au large de Fukushima ? » Mardi 11 mars, la place de la Bastille, à Paris, accueillait un marché aux saveurs atomiques. Déguisés en lobbyistes d’Areva, costard-cravate et pin's à effigie de leur société, et en agents de maintenance nucléaire, quatre membres du collectif Sauvons les riches proposent aux passants makis et sashimis de poissons « contaminés au Césium ».

Tous ne goutent pas au poisson, ni d'ailleurs à la blague. À la terasse d'un café de la place « Nous avons passé un partenariat avec Tepco (opérateur de la centrale de Fukushima) et voulons vous montrer que le nucléaire n’est pas dangereux. Le rassemblement sur les marches de l'Opéra Bastille. Le Japon décide que le nucléaire n'est pas une énergie d'avenir. Le gouvernement japonais a annoncé vendredi l’arrêt progressif de la production nucléaire d’ici 18 ans, dix-huit mois après l’accident de Fukushima qui a provoqué une catastrophe sans précédent dans le monde depuis Tchernobyl il y a 25 ans.

Le Japon décide que le nucléaire n'est pas une énergie d'avenir

Le Japon devient ainsi le troisième pays, après l’Allemagne et la Suisse à annoncer une sortie du nucléaire. La sortie du nucléaire civil a été mise en place en Autriche (1978), Suède (1980), Italie (1987), Belgique (1999 . En l’état actuel des textes la première phase de sortie est programmée pour 2015), Allemagne (qui a commencé en 2000 et confirmé en 2011) et Suisse (2011). Le 13 juin 2011, 25 millions d’Italiens (94% des votants) ont dit “non” à la relance du nucléaire, voulue par Silvio Berlusconi. Japon: manifestation des opposants au nucléaire.

Les manifestants se sont rassemblés dans le parc Hibiya au coeur de la capitale, à deux pas des ministères et autres bâtiments gouvernementaux, avant de marcher vers le parlement.

Japon: manifestation des opposants au nucléaire

Ils ont fustigé l'industrie nucléaire et le premier ministre Shinzo Abe qui plaide depuis son retour au pouvoir il y a un peu plus d'un an pour que soient relancées les centrales de l'archipel, arrêtées par précaution après l'accident de Fukushima. Il juge cette énergie indispensable à un archipel dépourvu de ressources naturelles. «Il est important que nous continuions à nous faire entendre», expliquait un manifestant, Yasuro Kawai, 66 ans, venu de la préfecture de Chiba, à l'est de Tokyo.

Pétition : Après l'Afrique, Areva s'en prend aux Inuit : je dis NON ! Poussières radioactives répandues sur des kilomètres, nappes d’eau contaminées, anciens pâturages des Touaregs saccagés… Les dégâts des mines d’uranium d’Areva au Niger sont considérables.

Pétition : Après l'Afrique, Areva s'en prend aux Inuit : je dis NON !

Mais savez-vous qu’après avoir pollué l’Afrique, elle convoite le grand Nord canadien ? Le grand Nord canadien, ses caribous, ses aurores boréales… et ses mines d’uranium ? Areva veut implanter plusieurs mines d’uranium à Baker Lake, petite ville du Nunavut, ce territoire du Nord du Canada habité par le peuple Inuit. Ce projet menace un écosystème fragilisé par le changement climatique, ainsi que les conditions de vie des Inuit. Chernobyl day 2015 : compte rendu des actions. Du 22 au 28 avril, une cinquantaine d’actions ont été menées pour rappeler que la catastrophe de Tchernobyl – du 26 avril 1986 – n’est pas finie. Le Réseau « Sortir du Nucléaire » a appelé à l’organisation d’actions en hommage aux milliers de victimes de la plus grande catastrophe environnementale et sanitaire en Europe. Des rassemblements, conférences, manifestations, des projections-débats… ont donc eu lieu partout en France. 29 ans déjà, et pourtant les conséquences de cette catastrophe nucléaire sont aujourd’hui encore bien présentes.

En termes de santé publique, l’accident de Tchernobyl a eu des effets épouvantables sur les populations : des cas de malformations congénitales, de cancers de la thyroïde, de maladies héréditaires ont émergé après cet évènement tragique. De même, la nature et l’environnement ont été fortement impactés avec cet accident nucléaire. Juillet 2013 - Le premier cosmonaute japonais tire les leçons de Fukushima. André-Claude Lacoste (président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire française)

"Les contrats de vente de réacteurs nucléaires à l’export sont obtenus à des prix complètement bradés. " Le 6 juin 2012, à l’occasion d’une conférence organisée par L’Usine Nouvelle, le président de l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire française) André-Claude Lacoste a déclaré que "les contrats de vente de réacteurs nucléaires à l’export sont obtenus à des prix complètement bradés. " Lacoste a ensuite enfoncé le clou : "Les prix acceptés par les vendeurs et obtenus par les acheteurs ne sont pas soutenables. […] C’est déjà un problème sérieux, et nous devons nous assurer qu’il ne s’y ajoute pas un dumping au détriment de la sûreté.

" Source : French Nuclear Watchdog Says Orders Won at Too-Low Prices, François de Beaupuy, Bloomberg (nous retraduisons les propos de M. Lacoste de l’anglais, n’ayant pu en obtenir la transcription d’origine en français malgré notre demande à l’auteur de l’article) François Roussely (ex-PDG d’EDF) Tony Benn (ex-ministre chargé du programme nucléaire britannique) "Mon expérience en tant que ministre m’a conduit à devenir opposé à l’énergie nucléaire" Tony Benn, ancien ministre travailliste, en charge à la fin des années 1960 du programme nucléaire britannique, a ré-affirmé son opposition au nucléaire en janvier 2012. "On m’avait dit que l’énergie nucléaire était bon marché, sûre et pacifique. Je me souviens encore d’Eisenhower parlant des "atomes pour la paix" [programme Atoms for Peace]. Peter Bradford (ancien membre dirigeant de l’autorité de sûreté nucléaire des États-Unis)

"L’ennemi le plus implacable du nucléaire dans les 30 dernières années a été non pas le risque pour la santé du public, mais celui pour le portefeuille des investisseurs. " De 1977 à 1982, Peter Bradford a été l’un des 5 dirigeants de la U.S. Nuclear Regulatory Commission, l’autorité de sûreté nucléaire des États-Unis ; il a accédé à ces fonctions sur nomination du Président Jimmy Carter et après confirmation par le Sénat des États-Unis.

Il est actuellement vice-président de l’organisation non gouvernementale Union of Concerned Scientists et il dispense des cours sur l’énergie nucléaire et sur la politique publique à la Vermont Law School. Dans son article "The nuclear landscape" publié en mars 2012 par la prestigieuse revue scientifique Nature, Peter Bradford écrivait : Gregory Jaczko (ex-président de l’autorité de sûreté nucléaire des États-Unis) Theodore B. Taylor (ex-directeur adjoint de l'Agence de défense nucléaire des États-Unis, physicien concepteur d'armes nucléaires) Michel Destot (député-maire de Grenoble, ex-ingénieur au CEA) "Peu d’investisseurs accepteront dans une logique de marché de prendre le risque d’investir dans un réacteur nucléaire à moins que les pouvoirs publics définissent un cadre adapté prenant en charge une partie du risque.

" Docteur en physique nucléaire et ex-ingénieur du CEA, Michel Destot est député de l’Isère depuis 1988 et maire de Grenoble depuis 1995. Tony Benn (ex-ministre chargé du programme nucléaire britannique) Fukushima 9 mars 2013 - 2 ans - le pire est à venir. Yukio Edano (ex-ministre du commerce et de l’industrie du Japon) Mikhaïl Gorbatchev (Prix Nobel de la Paix, dernier président de l’URSS) YouTube - Broadcast Yourself. Mars 2013 : Un physicien nucléaire prend parti pour la fermeture immédiate de Fessenheim.

Fukushima - Que savaient-ils et quand ? - A. Gundersen 11.03.13. Les physiciens dans le mouvement antinucléaire : entre science, expertise et politique. 1 Voir notamment Alain Touraine, Zsuzsa Hegedus,, François Dubet, Michel Wievorka, La prophétie anti (...) 2 Christophe Bonneuil, Introduction au dossier « Engagement public des chercheurs. De la République (...) Les physiciens dans le mouvement antinucléaire : entre science, expertise et politique.

Cet article analyse la mobilisation d’une partie du milieu physicien contre le programme électronucléaire français lancé en mars 1974. Sezin Topçu Cahiers d’histoire 2007. Page en français. Les leçons de Tchernobyl, Dr Alexey Yablokov 12.03.2013. Tchernobyl, Fukushima, conséquences biologiques - Dr T.Mousseau 11 03 2013.