background preloader

Assassinat, Violence physique envers les tribus et journalistes

Facebook Twitter

Comment des politiciens et bûcherons brésiliens ont assassiné le Chef indien Eusébio Ka'apor. Les Papous fuient la répression militaire. Des villageois papous ont été déshabillés jusqu'à la ceinture et ligotés dans le dos avant d'être interrogés par la police.

Les Papous fuient la répression militaire

Des centaines de Papous ont fui leurs foyers suite à une opération militaire musclée dans les hautes terres de Papouasie. La répression a eu lieu près de Grasberg – la plus grande mine de cuivre et d’or du monde. Cinq adolescents papous abattus par les forces de sécurité indonésiennes. Des chasseurs-cueilleurs chabu tués par des colons en Ethiopie. La violence contre les Chabu a été décrite comme un 'génocide émergent' par les experts.

Des chasseurs-cueilleurs chabu tués par des colons en Ethiopie

Les membres d’une tribu de chasseurs-cueilleurs seraient pourchassés et tués par des colons qui envahissent leurs terres dans le sud-ouest de l’Ethiopie. Les Chabu, qui sont au nombre de 1500, sont quelques-uns des derniers chasseurs-cueilleurs d’Afrique. Une enquête sur un massacre met en cause l'armée indonésienne. Pendant des décennies, les populations tribales de Papouasie occidentale ont souffert aux mains de l'armée indonésienne.

Une enquête sur un massacre met en cause l'armée indonésienne

Cette photographie 'trophée' a été prise par des soldats, l'année du massacre de Biak, après avoir tué un homme et son neveu de 12 ans. © Survival Un tribunal civil australien, saisi quinze ans après l’affaire du massacre qui a eu lieu en 1998 sur l’île de Biak en Papouasie occidentale, a conclu que les soldats et la police indonésiennes avaient attaqué une manifestation pacifique, tuant ‘un grand nombre de personnes’ et arrêtant de nombreux autres. Bangladesh : dans les Chittagong Hill Tracts les violeurs restent impunis. Une fillette indigène violée et tuée dans les Chittagong Hill Tracts. Famille chakma des Chittagong Hill Tracts, Bangladesh © Mark McEvoy/Survival Une fillette chakma de onze ans a été violée et tuée par un colon au Bangladesh.

Une fillette indigène violée et tuée dans les Chittagong Hill Tracts

Sujata Chakma a été attaquée le 9 mai dernier alors qu’elle gardait les vaches avec son jeune frère près de leur village. Un suspect a été appréhendé, mais les tribus locales estiment qu’il y a de fortes chances pour qu’il ne soit pas poursuivi. Entre janvier et mai 2012, au moins six femmes et jeunes filles jumma ont été violées. L'aveuglement de l'USAID sur les violations des droits de l'homme en Ethiopie dénoncé par le Congrès américain. Le Congrès américain a pris des mesures afin d'empêcher que l'aide humanitaire apportée à l'Ethiopie ne soit utilisée pour financer l'expulsion des tribus mursi, bodi et kwegu de leurs terres ancestrales dans la vallée inférieure de l'Omo. Le Congrès américain a pris des mesures afin d’empêcher que l’aide humanitaire apportée en Ethiopie ne soit utilisée pour financer l’expulsion forcée de peuples indigènes dans le sud-ouest du pays.

Les dispositions de la loi Omnibus de financement 2014 ont provoqué un choc retentissant à l’USAID qui avait déclaré le mois dernier : ‘Il n’existe aucun rapport sur les violations des droits de l’homme, qu’elles soient généralisées ou systématiques’ dans la région. Inde : Un journaliste harcelé après avoir dénoncé l'exploitation sexuelle des femmes d'une tribu.

Les femmes jarawa sont attirées avec de l'alcool ou des drogues et sont exploitées sexuellement par des braconniers sur leur territoire. © Survival Le journaliste militant Denis Giles a été harcelé par la police des îles Andaman, en Inde, après avoir divulgué un rare témoignage de première main faisant état de l’exploitation sexuelle de femmes jarawa par les braconniers.

Inde : Un journaliste harcelé après avoir dénoncé l'exploitation sexuelle des femmes d'une tribu

Denis Giles est le rédacteur en chef du journal local The Andaman Chronicle. Depuis la révélation de ce témoignage, il y a deux semaines, il a été interpellé à six reprises par la police, a été menacé de poursuites pour diffamation et a subi cinq heures d’interrogatoire. Les braconniers pénètrent illégalement dans la réserve des Jarawa et chassent le gibier dont dépend la tribu pour sa survie. Flambée de violences à l'encontre des minorités du Bangladesh. Famille chakma des Chittagong Hill Tracts, Bangladesh © Mark McEvoy/Survival Un organisme de surveillance des droits des minorités du Bangladesh a révélé un niveau de violence ‘alarmant’ envers les femmes et les enfants indigènes des Chittagong Hill Tracts.

Flambée de violences à l'encontre des minorités du Bangladesh

Les Chittagong Hill Tracts, au sud-est du Bangladesh, abritent onze tribus différentes, connues sous le nom collectif de Jumma. Au cours des quatre derniers mois, la Fondation Kapaeng a enregistré neuf attaques graves dans lesquelles quatre Jumma ont été tués, quatre ont été violés et deux enfants ont été agressés. La victime la plus récente est une femme chakma de 32 ans, Pratima Chakma. En juillet dernier, un enfant de 5 ans, Mong Nuching Marma de la tribu marma, l’une des plus importantes des Chittagong Hill Tracts, a été tué ainsi que son grand-père et sa mère. En avril dernier, les colons, soutenus par l’armée, ont incendié six villages jumma suite à un conflit de ce type.

Partager actualité. Une autre victime du ‘progrès’ : un Indien ayoreo décède de tuberculose. Chiri souffrait de maladie pulmonaire chronique après avoir été chassé de sa forêt Chiri Etacore, un Ayoreo-Totobiegosode forcé de quitter sa forêt au nom du ‘progrès’, est mort d’une maladie pulmonaire.

Une autre victime du ‘progrès’ : un Indien ayoreo décède de tuberculose

Il est la dernière victime d’une épidémie de tuberculose et de maladies similaires qui dévastent les villages ayoreo-totobiegosode du Paraguay. Les Ayoreo sont les habitants autochtones du nord du Paraguay et de la Bolivie. La plupart d’entre eux ont été contactés et réinstallés de force, mais certains restent encore isolés dans la forêt, évitant tout contact avec le monde extérieur. Chiri faisait partie d’un important groupe d’Ayoreo capturé lors d’une ‘chasse à l’homme’ en 1986, une expédition dans laquelle l’organisation missionnaire fondamentaliste New Tribes Mission était étroitement impliquée.

Chiri travaillait sans relâche, avec d’autres membres de la tribu, pour préserver leur terre ancestrale d’une attaque de la part des colons qui ont envahi leur territoire. Partager actualité. Interdiction de la chasse au Botswana : tandis que les Bushmen meurent de faim, les safaris sont autorisés. Un Bushman chassant à la lance. 'Alors, vous lui parlez et la regardez dans les yeux.

Interdiction de la chasse au Botswana : tandis que les Bushmen meurent de faim, les safaris sont autorisés

Elle sait qu'elle doit vous donner sa force pour que vos enfants puissent vivre'. © Philippe Clotuche/Survival Un poisson d’avril? Le président Khama a banni la chasse à l’échelle nationale, même pour les Bushmen qui chassent pour se nourrir – mais une exception est faite pour les chasseurs de trophées qui payent jusqu’à 6 000 euros pour abattre des girafes ou des zèbres. Alors que de riches touristes sont invités à se rendre au Botswana pour chasser le gros gibier dans des ranchs privés qui n’ont pas été frappés d’interdiction, les Bushmen de la Réserve du Kalahari central, qui chassent avec des lances, des arcs et des flèches depuis des millénaires, sont arrêtés, battus et emprisonnés parce qu’ils pratiquent la chasse de subsistance.

Mise en scène de chasseurs bushmen destinée aux touristes, en réalité ils ont été frappés d'interdiction de chasse. © Botswana Tourism/www.botswanatourism.co.bw. Survival appelle à la libération des journalistes et des prisonniers politiques en Papouasie occidentale. Les Papous ont énormément souffert de la brutalité militaire indonésienne depuis 1963. © Survival Les deux journalistes français, Thomas Dandois et Valentine Bourrat seront jugés aujourd’hui par les autorités indonésiennes à Jayapura en Papouasie occidentale sur l’accusation d’’usage abusif de visas d’entrée’, après avoir été arrêtés en août dernier alors qu’ils réalisaient un reportage pour Arte.

Survival appelle à la libération des journalistes et des prisonniers politiques en Papouasie occidentale

Un nouveau rapport dénonce les exactions commises à l'encontre de centaines de Bushmen au Botswana. Mogolodi Moeti fait partie des centaines de Bushmen qui ont été victimes de violences aux mains des gardes forestiers et de la police.

Un nouveau rapport dénonce les exactions commises à l'encontre de centaines de Bushmen au Botswana

Il a déclaré : 'Ils m'ont dit que même s'ils me tuaient, aucune charge ne serait retenue contre eux car ce qu'ils faisaient était un ordre du gouvernement'.