background preloader

Actions en justice, condamnations

Facebook Twitter

Filière nucléaire : un doute potentiellement explosif. La série noire continue pour la filière nucléaire française.

Filière nucléaire : un doute potentiellement explosif

Après les imperfections dans la cuve de l’EPR de Flamanville, c’est un ensemble de falsifications de dossiers de fabrication de composants nucléaires à l’usine de Creusot Forge qui vient d’être mis au jour, selon Les Échos. D’étranges anomalies Tout est parti des défauts de la cuve de l’EPR. En avril 2015, l’Autorité de sûreté nucléaire tire la sonnette d’alarme après avoir détecté une anomalie dans la composition de l’acier du couvercle et du fond de la cuve du réacteur de troisième génération construit par EDF et Areva. Un audit est lancé pour tenter d’en comprendre l’origine. Confiance rompue L’information met à mal une filière nucléaire française, déjà fragilisée par les retards et les surcoûts de la construction des réacteurs EPR, qu’il s’agisse de Flamanville ou d’Olkiluoto en Finlande.

Les pièces dont les dossiers auraient été falsifiés à l’usine du Creusot présentent-elles un risque ? Un rapport démonte les arguments du nucléaire dans la lutte contre le changement climatique. Image d'illustration (Crédit : Pixabay) Le nucléaire n'est pas la solution miracle pour lutter contre le changement climatique, soutient un rapport présenté mardi par plusieurs organisations non gouvernementales, qui accuse l'industrie nucléaire d'exagérer la contribution de l'atome dans ce domaine.

Un rapport démonte les arguments du nucléaire dans la lutte contre le changement climatique

"L'industrie nucléaire surévalue systématiquement le rôle du nucléaire dans la lutte contre les émissions de GES (gaz à effet de serre) en appliquant un double biais", affirme le document rédigé par le cabinet WISE-Paris et commandé notamment par le Réseau Sortir du nucléaire, le Réseau action climat, France Nature Environnement et Greenpeace. "Le premier est de comptabiliser des émissions nulles ou quasiment nulles pour le nucléaire lui-même. Greenwashing d’EDF : le Jury de Déontologie Publicitaire nous donne raison. Victoires / Installation : Fessenheim EDF cherche à cacher les dysfonctionnements récurrents à Fessenheim d’un coup de peinture verte, par la publication d’une infographie publicitaire présentant sa production d’électricité comme « sans émission de CO2 » [1].

Greenwashing d’EDF : le Jury de Déontologie Publicitaire nous donne raison

Or la filière nucléaire émet du CO2 et d’autres gaz à effet de serre à diverses étapes : extraction minière, conversion et enrichissement de l’uranium ; fabrication, transport et retraitement des combustibles ; construction et démantèlement des installations nucléaires. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ et 4 associations antinucléaires alsaciennes ont donc porté plainte devant le Jury de Déontologie Publicitaire qui, dans un avis rendu le 20 juillet 2015, leur a donné raison ! Afin de lutter contre la désinformation, le Réseau “Sortir du nucléaire“ a publié également une infographie fournissant quelques chiffres peu connus sur le bilan environnemental et social peu glorieux de Fessenheim. Nouvelle embrouille à Fessenheim ! Communiqué commun du Réseau "Sortir du nucléaire", Fédération Alsace Nature, CSFR – Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin, Association Stop Fessenheim, Association Stop Transports – Halte au Nucléaire, Réseau Fukussenheim EDF cache un grave problème, puis rafistole son circuit de sauvegarde en catimini.

Nouvelle embrouille à Fessenheim !

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ et les associations Alsace Nature, CSFR, Stop Fessenheim, Stop Transports-Halte au Nucléaire et le Réseau Fukussenheim viennent de découvrir que des événements extrêmement graves se sont passés à la centrale nucléaire de Fessenheim la nuit du 12 au 13 décembre 2014. YouTube - Broadcast Yourself. Spectacle "L'impossible procès" Du 15 au 21 juillet 2013 Lieu : Avignon (84) 16h30 au Grand Théatre de Montfavet (Salle Polyvalente), 246 rue Félicien Florent Jeudi 22 août 2013 21:00.

Spectacle "L'impossible procès"

Affaire Areva. L’homme qui en sait trop. Un extravagant homme d’affaires, Saifee Durbar, connaît tous les dessous du scandale UraMin.

Affaire Areva. L’homme qui en sait trop

Sa vie tient d’un roman. L’homme d’affaires londonien Saifee Durbar s’est retrouvé au cœur du rachat par Areva de la société UraMin, opération qui défraie la chronique depuis l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris. Pendant quatre ans, cet homme volubile et ­affable, montre de prix au poignet, a été le principal conseiller du président centrafricain François Bozizé. A ce titre, il a eu accès aux affaires sensibles du pays, au premier rang desquelles les ­négociations secrètes avec Areva pour la reprise du gisement d’uranium de Bakouma. Né il y a cinquante-deux ans au ­Pakistan, Durbar évolue dans le monde aventureux des contrats miniers comme un poisson dans l’eau. Toute reproduction interdite. Comment mettre les entreprises multinationales face à leurs responsabilités ? L’action de Sherpa.

Aujourd’hui, les entreprises multinationales étendent leurs opérations tout autour de la planète.

Comment mettre les entreprises multinationales face à leurs responsabilités ? L’action de Sherpa

À travers délocalisations, fusions-acquisitions, alliances commerciales ou investissements à l’étranger, et profitant de la liberté de mouvement des flux financiers, elles semblent se jouer des frontières politiques et des règles qu’on cherche à leur imposer. Revers de cette puissance, les multinationales sont régulièrement accusées de contribuer, à travers leurs opérations, à la destruction de l’environnement, de spolier les communautés riveraines de leurs implantations, ou de violer les droits de leurs travailleurs et de leurs sous-traitants. Des dénonciations qui – faut-il le préciser ? – concernent les entreprises françaises tout autant que les autres. Mais quelles sont aujourd’hui, concrètement, les voies de recours des victimes pour mettre les multinationales qui portent atteinte à leurs droits fondamentaux ou à leur environnement face à leurs responsabilités et obtenir réparation ? Mensonges et condamnations.

Le rapport qui "brise le dogme du nucléaire pas cher" "Le rapport de la Cour des comptes sous-évalue les coûts du nucléaire" Des audits vont être réalisés sur les devis de démantèlement des centrales nucléaires françaises. 2012 - Nouvelle révélation sur la vulnérabilité des réacteurs français. Pas besoin de séisme, de tsunami, ni même d’une erreur humaine pour provoquer la fusion d’un cœur de réacteur nucléaire en France.

2012 - Nouvelle révélation sur la vulnérabilité des réacteurs français

Des documents internes à EDF ont été fournis au Réseau "Sortir du nucléaire" par un certain Monsieur « Atome », agent d’EDF. Ces documents, accompagnés d’une synthèse, montrent que certains composants (robinets, clapets et vannes) du circuit primaire de 31 réacteurs de 900 MWé sont particulièrement sujets à l’usure due à la dégradation thermique des métaux et pourraient se rompre brutalement. Dans les différents scénarios présentés dans les documents EDF, cette rupture brutale, si elle avait lieu sur certains robinets affectés par le vieillissement thermique [1] aurait pour conséquence une perte importante de liquide de refroidissement primaire.

Même l’injection d’eau de secours ne pourrait pas compenser cette baisse du niveau d’eau dans la cuve du réacteur. Le cœur du réacteur ne serait plus suffisamment refroidi et commencerait à fondre. Actualité Science et environnement - article - laposte. Royaume-Uni - Saisine de la Commission européenne sur les subventions allouées au nucléaire. Depuis l’accident de Fukushima, le nucléaire est en déroute dans la plupart des pays européens.

Royaume-Uni - Saisine de la Commission européenne sur les subventions allouées au nucléaire

Cependant, le Royaume-Uni fait figure d’exception. En effet, celui-ci a validé, en juillet 2011, un programme de construction de 8 nouveaux réacteurs. EDF continue ainsi à maintenir ses projets outre-Manche. Toutefois, aucun investisseur privé n’est prêt à financer de nouveaux réacteurs, et la firme française a clairement fait savoir qu’elle comptait sur les aides publiques britanniques. C’est ainsi que, suite à de récentes décisions gouvernementales, le nucléaire britannique bénéficie de nombreuses aides indirectes. Pollution radioactive de nos océans. On parle souvent des pollutions plastiques ou chimiques des océans, mais il est une pollution océanique dont on parle peu, la pollution radioactive.

Pollution radioactive de nos océans

Même si cela semble aujourd’hui scandaleux, pendant 50 ans l’industrie nucléaire s’est débarrassée de ses déchets radioactifs en les jetant dans les océans dans des barils d’acier. La radioactivité des déchets était alors censée se dissiper dans les profondeurs des océans. Depuis 1993, notamment grâce aux campagnes de Greenpeace, il est désormais interdit de rejeter en mer des fûts radioactifs. Transports nucléaires : quand la sûreté déraille. Lors des opérations de redressement, deux mystérieux autres wagons ont été repérés sur les voies. Il s’agissait en fait de combustible usé, en provenance respectivement des centrales de Saint-Alban (Isère) et Tricastin (Drôme). Se trouvaient donc sur les voies au même moment trois convois nucléaires différents, alors même que Saint-Rambert n’est pas un triage ! De plus, cette gare ne possède ni Plan de Matières Dangereuses, ni cheminots formés à leur manipulation.

Ce déraillement a donc apporté la preuve que dans ce corridor ferroviaire traversé par de nombreux convois nucléaire, la sûreté n’est pas assurée. Le déraillement aurait aussi pu concerner un wagon de combustible usé, avec des conséquences bien plus lourdes... Le lundi 21 janvier 2013 à 16h20, à St Rambert d’Albon (Drôme) sur la voie n°51, un wagon [1] transportant cinq conteneurs d’oxyde d’uranium [2] a déraillé lors de la formation d’un convoi de matière radioactive.

Ce que VIVRE a constaté : Comment a été géré l’accident ? Drancy : un wagon de transport chimique a déraillé. Transport Vercelli - La Hague (juillet 2012) - Un convoi de combustible usé italien réalisé dans le plus grand secret. Dans le cadre d’un contrat conclu entre AREVA et la société italienne SOGIN (Société de gestion des installations nucléaires), AREVA doit traiter à l’usine de La Hague plus de 200 tonnes de combustible usé issu des réacteurs italiens en démantèlement. Un accord a donc été signé entre la France et l’Italie en 2006 et a été ratifié par décret en 2007 portant sur l’acheminement de ce combustible entre les deux pays. Blayais - Non-respect du débit de dose réglementaire sur une expédition de combustible usé. La centrale nucléaire du Blayais Le site du Blayais abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de la Gironde, à 50 km au nord de Bordeaux. Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 900 MW.

Un transport de combustible usé dans l’illégalité. Bugey - Déchargement de gravats radioactifs dans une carrière. Un déchargement de gravats radioactifs dans la nature Le 9 août 2011, la centrale nucléaire du Bugey, implantée sur la commune de Saint-Vulbas, à 35 km de Lyon, a procédé à l’évacuation d’une benne de gravats radioactifs, pensant qu’il s’agissait simplement de déchets conventionnels, vers une carrière régulièrement utilisée par EDF et autorisée à recevoir uniquement ce type de matériaux.

Quelques minutes après la sortie du camion, la direction de la centrale s’est rendue compte de son erreur. Bugey - Importante fuite de tritium à la centrale. La centrale nucléaire du Bugey Le site du Bugey abrite la centrale nucléaire exploitée par EDF dans le département de l’Ain, à 35 km à l’est de Lyon. Cette centrale nucléaire est constituée de 4 réacteurs à eau sous pression d’une puissance de 900 MW chacun.

Les réacteurs n° 2 et 3 constituent l’installation nucléaire de base (INB) n° 78, les réacteurs n° 4 et 5 constituent l’INB n° 89. Une inquiétante fuite de tritium La centrale vérifie périodiquement la qualité des eaux souterraines en effectuant et en analysant des prélèvements via des puits de contrôle. Courant octobre, les résultats des prélèvements de l’un des puits, situé entre le Rhône et les unités de production n° 2 et 3, ont montré une concentration en tritium croissante et supérieure au niveau attendu (atteignant 200 Bq/l, contre 8 Bq/l habituellement). La centrale de Bugey a déclaré cet événement à l’ASN le 15 octobre et en a également informé les pouvoirs publics.

Téléchargez notre plainte. Bugey - Recours à l'encontre du décret autorisant le démantèlement de Bugey 1. Centrale du Bugey : EDF mis en demeure par l'Agence de sûreté nucléaire / Brèves / Actualité / Lyon. Octobre 2014 : procès pour travail dissimulé sur le chantier de l'EPR : les protagonistes se défilent pour échapper à la justice. Bouygues et ses sous-traitants Atlanco et Elco devaient comparaître devant le tribunal correctionnel de Cherbourg à partir du 21 octobre. Atlanco ayant disparu dans la nature, l’audience est repoussée à mars 2015. Rappel sur les pratiques de ces entreprises véreuses. Travail dissimulé sur le chantier de l’EPR : une entreprise sous-traitante de Bouygues disparaît dans la nature pour échapper à la justice Du 21 au 23 octobre 2014, Bouygues et ses prestataires Atlanco et Elco étaient censés comparaître devant le tribunal correctionnel de Cherbourg pour "travail dissimulé par dissimulation de salariés et d’activité, prêt illicite de main d’œuvre et marchandage". 460 ouvriers polonais et roumains (163 travaillant pour Atlanco et 297 pour Elco) sont concernés par cette affaire.

EPR de Flamanville : un réacteur et des hommes. Flamanville - Augmentation illégale des limites de rejets dans l’environnement. Santé des mineurs de l'uranium sur les sites d'AREVA au Gabon et au Niger - SHERPA. Nouvelle fuite d'eau contaminée à la centrale japonaise de Fukushima. Six mois après avoir révélé un massif écoulement radioactif à la centrale de Fukushima Daiichi, Tokyo Electric Power (Tecpo) , son exploitant, fait état ce jeudi d’une nouvelle importante fuite sur la partie supérieure d’un réservoir de stockage.

CEA Cadarache - Une inspection inquiétante sur le thème "déchets" A la suite d’un rapport de l’ASN, en date des 7 et 8 février 2011, faisant état d’un certain nombre de violations en matière de gestion des déchets radioactifs sur le site du CEA Cadarache, le Réseau "Sortir du nucléaire" a déposé plainte le 4 novembre 2011. CEA Cadarache - Découverte de 69 sources radioactives non répertoriées. Cadarache est l’un des 10 centres de recherche du CEA. Ses activités sont axées sur l’énergie nucléaire (la fission et la fusion), les nouvelles technologies de l’énergie et la biologie végétale. Le 4 mars 2011, le CEA a déclaré à l’ASN que des sources radioactives, jusqu’à présent non répertoriées, avaient été identifiées dans différentes installations du site de Cadarache.

CEA Cadarache - Infiltrations d'eau dans les installations CABRI et LECA. CEA Cadarache - Dépassement d’une limite de masse de matière fissile à Masurca. CEA Cadarache - Du plutonium en situation illégale. Déchets nucléaires, l’autre scandale : Areva et le CEA « oublient » du plutonium à Cadarache. Paris, le 14 octobre 2009 – Alors que le stockage de déchets nucléaires français en Russie défraie la chronique, Greenpeace accuse Areva et le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) d’être incapables de gérer le plutonium, matière dangereuse issue de l’activité des réacteurs nucléaires. « Nous estimons que la découverte, à Cadarache, de plusieurs kilos de plutonium ayant échappés à tout inventaire constitue une des situations les plus graves et les plus critiques que l’on ait pu rencontrer dans une installation nucléaire depuis longtemps.

C’est tout simplement hallucinant, déclare Yannick Rousselet, responsable de la campagne Énergie/Nucléaire à Greenpeace France. Civaux - Pollution au tritium des eaux souterraines sous la centrale. Civaux - Non-respect des conditions d'autorisation d'un transport de combustible neuf. L'ASN épingle EDF sur des fuites à la centrale nucléaire de Civaux. Bure - Un potentiel géothermique caché. Bure - Un potentiel géothermique caché. Seconde fuite d’acide sulfurique à la centrale nucléaire de Chooz : EDF de nouveau condamnée !

Chooz - Fuite d'acide sulfurique des tours aéroréfrigérantes. Dampierre-en-Burly - Contamination externe d’un agent lors d’une intervention. Dampierre-en-Burly - Non tenue au séisme d'un dispositif associé aux générateurs de vapeur de 3 réacteurs. Centrale nucléaire de Golfech : EDF devra répondre de ses actes devant les tribunaux. Golfech - EDF S.A. hors la loi. Tricastin - Fuite d'uranium à l'usine Socatri : Areva-Socatri définitivement condamnée pour pollution des eaux. Tricastin - Fuite d'uranium à l'usine Socatri. Tricastin - Non tenue au séisme d'un dispositif lié aux générateurs de vapeur du réacteur 1. Centrale de Saint-Laurent-des-Eaux : des accidents passés sous silence. Protection et défense des victimes de crimes économiques - SHERPA.

EDF condamnée pour fuite radioactive chronique. Brennilis - Annulation du décret autorisant le démantèlement de la centrale des monts d'Arrée. Centraco - Explosion d'un four de fusion. Creys-Malville - Un incident passé sous silence à Superphénix. Areva NC La Hague - Remise en cause de la qualité à Mecagest. Paluel - Non-respect de la réglementation lors d'une intervention de maintenance. Penly - Fuite de tritium à la centrale. Comurhex Malvési - Absence d'autorisation INB pour deux bassins d'entreposage. Comurhex Pierrelatte - Surremplissage d’un conteneur d’hexafluorure d’uranium. CEA Valduc - Grave contamination au tritium à Saint-Maur-des-Fossés. FBFC Romans-sur-Isère - Violation des règles d’identification, d’entreposage et de transfert interne de matières fissiles humides.