background preloader

Mémoire

Facebook Twitter

Les programmes et la transposition didactique. Taches complexes - Sixième - Mathématiques. La proportionnalité Le puzzle de Brousseau (agrandissement d’une figure) Le camping (choix d’un tarif, chercher l’information utile) La décoration de la chambre (calcul d’aire, proportionnalité) Le voyage au ski (lecture de carte, échelles) Excès de vitesse ? (observation d’une vidéo, conversion d’unités, proportionnalité) Grandeurs et mesures Les vaches (capacités, conversions, dénombrement) La géode en boîte (échelle d’un plan) La décoration de la chambre (calcul d’aire, proportionnalité) Excès de vitesse ?

6sensop. Pourqoiletdgde. Le statut de l erreur. L. L’erreur : une typologie possible … Apprendre, c’est oser commencer, se risquer, se remettre en cause. C’est oser échouer ou admettre l’hypothèse d’échouer. Le statut de l’erreur a évolué. Bien analysée par l’enseignant, bien comprise par l’élève, cette erreur peut et doit être formatrice. Mais l’image de l’erreur culpabilisante reste encore bien présente. Philippe Meirieu s’est penché sur le statut de l’erreur (la cassette de sa conférence prononcée au CDDP du Var en 1992 est disponible en prêt au CDDP du Var). Pour Philippe Meirieu, on peut attribuer l’erreur à : - une non compréhension de la coutume scolaire. « La classe est une sorte de société coutumière dans laquelle il existe des règles, le plus souvent implicites, auxquelles l’élève doit se soumettre pour réussir les exercices qui lui sont proposés. » - une non maîtrise des outils et des situations auxquelles ils se rapportent. - une difficulté de décontextualisation. - un mauvais usage des stratégies d’apprentissage.

Google. PlusValuesTice exemples. Les TICE, sources de motivations chez les élèves ? Mercredi 13 novembre 2013. Par Johanna Bongard La motivation est une notion complexe qui mérite d’être questionnée notamment en lien avec les usages des TIC dans l’éducation. Comment pouvons-nous caractériser la part de motivation des élèves dont la genèse serait liée à leurs usages des nouvelles technologies en classe ? Philippe Carré, professeur en sciences de l’éducation note que « pour Bandura, le système de croyance sur son auto-efficacité, ou sentiment d’efficacité personnelle, est au fondement de la motivation, du bien-être et des accomplissements humains » (Carré, 2004, repère 16). A travers son propre site internet Donald Long (2007, page web) interroge lui aussi la notion de motivation et particulièrement dans des contextes d’apprentissage avec les TICE. Chaque carnet élève sera gravé sur cédérom puis remis à l’élève.

Ressources scientifiques Philippe Carré, (2004), « Bandura, une psychologie pour le XXIème siècle ? Ressources associées. Motivation. 04 03STA00089. Autonomie. Ensel169 annexe2V2 986050. Site de Philippe Meirieu. La question de l'autonomie a le mérite de ne pas nous laisser indifférents. Elle suscite même chez les professeurs de vives polémiques : - Les uns invoquent l'autonomie "naturelle" des enfants, leur capacité spontanée à se prendre en charge, leur don d'initiative et leur sens des responsabilités... Cette foi justifie à leurs yeux la mise en place d'un enseignement moins directif : ils laissent chacun organiser leur travail et prennent le risque de la confiance... - Les autres, au contraire, se plaignent du fait que les élèves sont incapables du moindre travail autonome, qu'ils se dispersent, chahutent, en profitent pour ne rien faire dès qu'ils n'ont plus la bride sur le cou.

Ceux-là justifient ainsi le recours à des méthodes autoritaires, l'exclusion définitive du travail de groupe - insurveillable ! - et du travail individualisé - incontrôlable ! Ce n'est pas un hasard si ce mouvement de balancier est si fréquent et, à la réflexion, il n'est pas si curieux. Alors l'enjeu est simple : L’éducation à l’autonomie. Les trois dispositifs impulsés par l’institution au détour de l’an 2000 (TPE en lycée général, PPCP en lycée professionnel et IDD en collège) font d’une certaine autonomie accordée aux élèves un levier pour (re) donner du sens aux activités scolaires et (re) mobiliser les élèves sur les apprentissages.

A la marge du système scolaire, le pouvoir politique impose la généralisation et l’encadrement de pratiques pédagogiques qui ne sont pas nouvelles et qui sont caractérisées par la démarche de projet, une approche inter/pluri/transdisciplinaire et le travail en équipe des enseignants. Notre Groupe de Recherche-Formation a voulu aller voir de plus près ce que ces dispositifs qualifiés de "novateurs" produisent en terme d’éducation à l’autonomie des élèves. De quelle autonomie parlons-nous ? Bien souvent invoquée pour définir les finalités de l’enseignement, l’autonomie devient très vite mystérieuse dès qu’il s’agit de se poser la question des moyens mis au service de cette finalité. Séminaire livret personnel de compétences - Témoignage : mise en œuvre dans la classe. La tâche complexe : définition La tâche complexe est une tâche mobilisant des ressources internes (culture, capacités, connaissances, vécu...) et externes (aides méthodologiques, protocoles, fiches techniques, ressources documentaires...).

Elle fait donc partie intégrante de la notion de compétence. Dans ce contexte, complexe ne veut pas dire compliqué. La définition retenue dans le texte du socle : « chaque grande compétence du socle est conçue comme une combinaison de connaissances fondamentales pour notre temps, de capacités à les mettre en oeuvre dans des situations variées d’attitudes indispensables tout au long de la vie, comme l’ouverture aux autres, le goût pour la recherche de la vérité,le respect de soi et d’autrui, la curiosité la créativité » La tâche complexe : pourquoi ? « Dans la vie courante, les situations sont toujours complexes, à un degré plus ou moins important. Confronter les élèves à des tâches complexes permet de : On va prendre en compte leurs différences :

Ss oper lang. 6e-Atelier sens des opérations. Résolution de problèmes et opérations.